La France a le pire déficit commercial de l'UE. Pensez-vous que l'export devrait être une priorité du gouvernement?

Vous aimez notre site? : FAITES UN DON.OU ABONNEZ-VOUS

Cookies

BusinessTravel.fr et ses partenaires utilisent des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur, réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services ou des publicités ciblées et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux.

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr ou Abonnez-vous!

Partagez cet article :

L'OMS a déclaré qu'il fallait supprimer les passes pour voyager. L'Union Européenne veut au contraire miser sur les passes, au mépris des règles de libre-circulation. Elle montre ainsi son vrai visage...

L'Organisaiton Mondiale de la Santé a déclaré la semaine passée qu'elle voulait que les Etats suppriment les passes pour les voyages.

Or voici que comme une provocation la Commission Européenne annonce qu'elle est favorable à la règle des passes pour voyager.

« Les ministres de l'UE sont parvenus aujourd'hui à un accord sur la mise à jour des règles visant à faciliter la libre circulation en toute sécurité dans l'UE pendant la pandémie de COVID-19. Cet accord fait suite à la proposition de la Commission du 25 novembre 2021 » indique un communiqué de l'UE.

L'UE ajoute « procurer de la clarté et de la prévisibilité à nos citoyens est essentiel pour que les voyages s'effectuent en toute sécurité, et ce grâce à notre certificat COVID numérique de l'UE, qui est bien établi et qui a fait ses preuves. Aujourd'hui, les États membres ont confirmé une nouvelle fois que la possession d'un certificat COVID numérique de l'UE en cours de validité devrait en principe être suffisante pour voyager pendant la pandémie. Cet accord place donc le certificat COVID numérique de l'UE au cœur même de notre approche coordonnée ».

L'objectif de l'UE est donc d'utiliser ce passe pour mettre en place une identité numérique européenne et bientôt une monnaie numérique. La mise en place de ces systèmes de surveillance conduira tôt ou tard à un modèle à la chinoise.

La vidéo ci-dessous montre la président de la Commission faisant l'apologie de la future identité numérique :

 

L'UE : ennemie des libertés publiques?

Bizarrement le thème de l'Europe est très peu présent dans la prochaine campagne présidentielle alors que l'on voit aujourd'hui que l'UE semble être l'ennemie des libertés publiques en empêchant les européens de voyager sans passe sanitaire alors que ce droit à la libre-circulation est inscrit dans les traités.

Au final la libre-circulation n'aura été qu'une chimère de l'UE pour mettre en place des passes numériques bien plus coercitifs que les passeports utilisés avant Schengen pour se rendre dans tous les pays d'Europe. L'épidémie de Covid n'est qu'une excuse pour ces passeports numériques vaccinaux prévus dès 2019, avant l'épidémie de Covid (NDLR : voir ci-dessous le document officiel de l'UE datant de cette époque).

vaccinationcard ue 2022

La France a-t-elle intérêt à faire partie de l'UE telle qu'elle est aujourd'hui?

A ce titre, on se demande quel est aujourd'hui l'intérêt pour la France de rester au sein de cet organe supranational qui ne travaille pas dans l'intérêt des français : la mise en place de l'euro a totalement effondré notre base industrielle (voir la France accumule les déficits ), la politique énergétique est une catastrophe comme on le voit actuellement en poussant les énergies renouvelables et le gaz au détriment du nucléaire, l'Europe n'est d'aucune aide pour notre système de défense, l'ensemble de l'écosystème high-tech européen a été transféré aux Etats-Unis et les politiques ultra-libérales ont permis à de grands groupes étrangers de racheter les fleurons industriels français. Aujourd'hui en plus de tous ces aspects négatifs, l'Europe veut imposer de manière non démocratique des passes pour se déplacer qui préfigurent l'identité numérique européenne couplée à l'accès à la monnaie numérique.

L'UE travaille aujourd'hui à mettre en place un modèle à la chinoise sur notre continent contraire au modèle de la plupart des pays d'Europe et de la France qui a toujours été de défendre les libertés. Même les pires dictateurs n'avaient pas pensé conditionner les voyages, l'obtention d'un prêt, la possibilité de dépenser à l'identité numérique et donc l'obligation vaccinale ou toute autre obligation qui passera par la tête des dirigeants de l'UE. La perspective d'un retour au totalitarisme est aujourd'hui présente dans l'identité numérique de l'UE.

Une autre Europe reste à inventer vite ou sinon il vaudrait mieux la quitter : les anglais l'ont compris et ont quitté l'UE car ils pensaient qu'elle n'était pas réformable...

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ-NOUS : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

Notre site a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur du tourisme comme jamais, les internautes doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des sites indépendants offrant des informations de qualité, ce qui est de plus en plus rare. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de tourisme indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal à l'information qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres sites, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce à votre soutien financier, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et publier des informations de qualité. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir une information en toute indépendance et ceci pour de longues années. Chaque contribution, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 10 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

 

 

Aller en haut