Partagez cet article :

Le président américain Donald Trump a annoncé de nouvelles restrictions de voyage entre l'Europe et les États-Unis, dans le but de stopper la propagation du coronavirus SARS-CoV-2... 

Les voyageurs qui ont séjourné dans l'un des 26 pays de la zone Schengen, dans les 14 jours précédant leur voyage aux États-Unis, se verront refuser l'entrée à partir de 23H59 heure de l'Est des Etats-Unis le vendredi 13 mars.

Les pays en question sont les suivants: Autriche, Belgique, République tchèque, Danemark, Estonie, Finlande, France, Allemagne, Grèce, Hongrie, Islande, Italie, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Norvège, Pologne, Portugal, Slovaquie , Slovénie, Espagne, Suède et Suisse.

L'interdiction ne s'applique pas aux résidents américains et le Royaume-Uni n'est pas affecté, ni l'Irlande ni un certain nombre d'autres pays européens ne faisant pas partie de l'espace Schengen.

Donald Trump a déclaré: «L'Organisation mondiale de la santé a déterminé que plusieurspays de l'espace Schengen connaissent une transmission interhumaine soutenue du SRAS-CoV-2. L’espace Schengen compte actuellement le plus grand nombre de cas confirmés de COVID-19 en dehors de la République populaire de Chine. Au 11 mars 2020, le nombre de cas dans les 26 pays de l'espace Schengen était de 17 442, avec 711 décès, et montre une croissance continue élevée des taux d'infection. Au total, au 9 mars 2020, l'espace Schengen avait exporté 201 cas de COVID-19 vers 53 pays. De plus, la libre circulation des personnes entre les pays de l'espace Schengen rend difficile la gestion de la propagation du virus. Le gouvernement des États-Unis n'est pas en mesure d'évaluer et de surveiller efficacement tous les voyageurs qui continuent d'arriver de l'espace Schengen. Le potentiel de transmission non détectée du virus par des personnes infectées cherchant à entrer aux États-Unis depuis l'espace Schengen menace la sécurité de notre système de transport et de nos infrastructures ainsi que la sécurité nationale. Compte tenu de l'importance de protéger les personnes aux États-Unis contre la menace de cette maladie transmissible nuisible, j'ai déterminé qu'il est dans l'intérêt des États-Unis de prendre des mesures pour restreindre et suspendre l'entrée aux États-Unis, de tous les étrangers qui étaient physiquement présents dans l'espace Schengen au cours des 14 jours précédant leur entrée ou tentative d'entrée aux États-Unis. La libre circulation des échanges entre les États-Unis et les pays de l'espace Schengen reste une priorité économique pour les États-Unis, et je reste déterminé à faciliter le commerce entre nos nations.»

La déclaration précise que l'interdiction «restera en vigueur jusqu'à ce qu'elle soit levée par le président». Dans un tweet, Donald Trump a déclaré qu'elle durerait 30 jours.

Selon le vice-président Mike Pence, «l'épicentre du coronavirus est désormais en Europe». 

Cette décision est d'une énorme portée pour les économies américaines et européennes alors que parallèlement les cours des bourses s'éffondrent dans le monde entier. Elle va notamment avoir un impact important sur les compagnies aériennes alors que de nombreuses routes transatlantiques sont parmi les premières au monde comme Londres-New York ou Paris. Concernant le secteur du tourisme dans son ensemble, cette décision. va également condurie à l'annulation de nombreux voyages dans les deux sens ce qui risque de fragiliser de nombreuses agences de voyage... 

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  
Aller en haut

S'inscrire à notre Newsletter: