Partagez cet article :
L'immobilier et l'hôtellerie ont été à la base du succès de Donald Trump : quel va être l'impact de son élection dans ce secteur? Description du parcours et des intérêts de Donald Trump...

trump hotel las vegas1

Donald Trump est devenu le 45ème président des Etats-Unis avec 279 Grands Electeurs à cette heure (228 pour Hillary Clinton, décompte au 09/11 à 21H) : il en fallait 270 pour être élu président (les prévisions définitives annoncent 305 grands électeurs pour Trump sur 538).

La quasi totalité des états de l'intérieur ont été gagnés par Trump, Hillary Clinton gagnant les états des côtes ouest, nord-est jusqu'en Virginie et quelques états de l'intérieur du pays comme le Colorado, le Nouveau-Mexique, le Nevada, l'Illinois et le Wisconsin.

Selon la Federal Election Commission, les Démocrates auront reçu 733,5 millions de dollars contre 551,6 millions pour les Républicains.

Alors que Donald Trump a été élu, quelle politique peut-on attendre de sa part vis à vis du tourisme? Pour mieux comprendre le futur président il faut sans doute analyser son parcours, très instructif.

Son parcours présente un fil conducteur : la fortune de Trump est née de ses prises de position dans les domaines de l’immobilier et du tourisme sur les marchés de l'hôtellerie et des casinos.

Trump a investi dans des hôtels, des casinos et a même voulu racheter American Airlines

trump new york chambre

La fortune de la famille Trump a été fondée au départ dans le secteur immobilier : son père Fred Trump d'origine allemande a construit des maisons qu'il revendait et a également été pionnier dans le domaine des supermarchés en libre-service. Pendant la seconde guerre mondiale il a bâti des appartements pour le personnel de la Navy qu'il a loué aux vétérans de retour de guerre.

Il a ensuite construit de nombreux immeubles qu'il a loué à la classe moyenne américaine dans les quartiers de Brooklyn, du Queens et de Staten Island à New York. Son fils Donald Trump l'a rejoint dans sa société en 1968 à l'age de 22 ans.

C'est sans doute pour cela que le nouveau président des Etats-Unis a su si bien analyser les besoins de la classe moyene lors de cette élection.

L'un des premiers grands projets de Donald Trump à Manhattan a vu le jour dans le domaine de l'hôtellerie en 1978 : Trump avait alors transformé l'hôtel Commodore en un hôtel Grand Hyatt en ajoutant une façade en verre et en remplaçant le lobby par un atrium.

C'est grâce à un prêt d'un million de dollars de son père Fred Trump que Donald Trump a pu lancer ce projet: mais il va faire fructifier ce prêt au delà des espérances de son père pour devenir bien plus riche. Un fait est marquant dans l'histoire de Donald Trump son frère ainé alcoolique meurt alors qu'il aurait du être choisi par son père pour hériter de sa fortune. Trump en garde une maxime : ne jamais être faible!

Ce premier projet hôtelier de Donald Trump sera finalement racheté par la famille Pritzkers, fondatrice du groupe Hyatt pour 140 millions de dollar (Hyatt opère toujours le Grand Hyatt à Manhattan qui a été récemment rénové).

En 1981, Trump rachète un immeuble sur la 3ème avenue qui deviendra le Trump Plaza puis la célèbre Trump Tower à Manhattan, siège de la Trump Organization.

En 1984, Trump ouvre l'hôtel/casino Trump Plaza à Atlantic City puis le Trump Castle un immeuble racheté à Hilton.

En 1985 Trump s'empare du projet immobilier Mar-a-Lago à Palm Beach et d'un complexe de condominium à Lee Iacocca qui deviendra le Trump Plaza de Palm Beach. En 1988, Trump rachète l'emblématique hôtel Plaza pour 400 millions de dollars ainsi que le casino Taj Mahal à Atlantic City.

Mais financé avec des Junk Bonds (14% de taux d'intérêts) ce projet sera mis au Chapitre 11 avant que Trump cède 50% de ses parts aux créanciers en échange de taux d'intérêts plus bas.

Trump en profitera pour vendre sa compagnie aérienne Trump Shuttle déficitaire (qui a propsoé des vols entre 1989 et 1992) et son yacht Trump Princess.

Le Taj Mahal sera intégré dans Trump Hotels&Casino Resorts qui sera mise en banqueroute avant d'être transformée en Trump Entertainement Resorts (Trump ne possède alors plus que 10% du Taj Mahal).

En 1989, Trump tentera de racheter, un poids lourd l'aviation, American Airlines, pour 7,5 milliards de dollars mais le projet fut suspendu suite au crash boursier du vendredi 13.  

Du fait des dettes importantes contractées pour ses projets, Trump utilisa plusieurs fois par le passé la loi américaine sur le Chapitre 11 pour restructurer ses dettes : pour le Taj Mahal, le Trump Plaza Hotel and Casino, le Plaza, le Trump Castle Hotel and Casino, pour Trump Hotels and Casino Resorts et pour Trump Entertainment. Trump s'emparera en 1996 du Trump Building et construira en 2001 la Trump World Tower en face du quartier général des Nations Unies. 

Il bâtira également la Trump Place au bord de l'Hudson et héritera de la participation de son père à sa mort évaluée à 250-300 millions de dollars.

La société Trump va également gérer de nombreux terrains de golf aux Etats-Unis et dans le monde. Trump utilisra ensuite à maintes reprises son nom pour céder des droits de licence à de nombreux promoteurs : c'est cette partie de son empire qui serait la mieux valorisée aujourd'hui selon Forbes (même si l'immobilier est une valeur sûre!).

Hormis l'hôtellerie et l'immobilier, la marque Trump est utilisée pour des produits aussi divers que des t-shirts, polos, lunettes, matelas, vêtements, steaks...

Trump : une fortune évaluée à 3,7 milliards de dollars, 324ème personne la plus riche au monde

Au final en 2016, Forbes a évalué la fortune du milliardaire à 3,7 milliards de dollars, soit la 156ème personne la plus riche aux Etats-Unis et la 324ème personne au monde.  

Voilà pour la petite histoire de Trump dans le tourisme. On voit donc que le magnat américain est très lié au monde du tourisme.

De par ses investissements dans l'hôtellerie, Trump a intérêt à développer le tourisme

Il n'a donc aucun intérêt à ce que sa politique en tant que futur président soit défavorable au tourisme. Ces dernières années des millions de dollars ont été investis pour développer la marque USA et le tourisme s'est bien développé aux Etats-Unis sous l'impulsion d'Obama.

L'administration Obama a de plus mis en place un programme de visa valable 10 ans pour développer le tourisme en provenance de Chine.

Malgré sa politique anti-migrants et sa rhétorique parfois protectionniste envers la Chine, Trump va sans doute faire tout son possible pour affecter le moins possible les arrivées aux Etats-Unis. Il a par ailleurs promis des investissements significatifs d'un trilliard de dollars dans les transports dans les 10 prochaines années. Une partie de cette somme devriat être investie pour moderniser les aéroports  et le système de contrôle aérien américain.

Le CEO de Visit Florida, Will Seccombe est optimiste : «l'an passé nous avons accueilli des visiteurs de 190 pays et nous pensons que cela va continuer quelle que soit l'issue de l'élection. Nous prévoyons une bonne année 2017» a-t-il déclaré au quotidien de Floride Tampa Bay.

La menace de suspendre l'émission des visas pour les citoyens des pays «où les contrôles de sécurité ne sont pas faits de manière adéquate» peut avoir un impact négatif.

Mais au final l'enjeu le plus important pour le tourisme aujourd'hui, c'est de diminuer fortement les zones de conflits dans le monde : un point sur lequel le candidat a insisté lors de ses disours. 

Trump a déclaré dans son programme de campagne visible sur son site web de soutien que «la paix via la force serait à la base de son programme avec moins de conflits…».

Une chose est sûre : le businessman Trump de par l'importance du tourisme dans ses affaires a tout intérêt à un monde en paix et au développement du tourisme.

On imagine mal un président mettant à mal son propre Business !

Et si les hôtels Trump ont souffert ces derniers mois en terme de réservations, l'avenir s'annonce sans doute plus prometteur, tant au niveau du taux de réservations, que du développement du Business hôtelier de Donald Trump. A suivre...

https://www.trumphotels.com

Voir le test de l'hôtel Trump Beach Resort de Business Traveller France à Miami.

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ NOS JOURNALISTES : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

La presse a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur de la presse comme jamais, les lecteurs doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des journaux indépendants présentant des informations de qualité. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de presse indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal au journalisme qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres magazines, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce au soutien financier des lecteurs, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et donner encore plus la parole aux lecteurs. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir un journalisme de qualité ouvert et indépendant et ceci pour de longues années. Chaque contribution des lecteurs, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 8 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

NEWSLETTER

Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...

SONDAGE

Pour presse plus libre préférez-vous?
Aller en haut

S'inscrire à notre Newsletter: