Partagez cet article :
Grégoire Aplincourt président du SPAF

  Air France prévoit de supprimer 8000 à 10000 personnes soit 15 à 20% des employés du groupe. Grégoire Aplincourt, président du SPAF s'inquiète du fait que les prêts, qui sont pour lui de la dette à long-terme, vont faire empirer la situation de l'emploi au sein du groupe dans le futur...

Business Traveler : de nombreuses compagnies aériennes étrangères, appliquent une politique de licenciements massifs en raison de la crise sanitaire. La situation en France est-elle différente de celle des autres pays ?

Grégoire Aplincourt, Président du Syndicat des Pilotes d’Air France (SPAF) :  la France a fait un choix différent, le gouvernement a décidé de favoriser le maintien de l’emploi. L’Etat a fait un prêt à Air France pour maintenir l’emploi et éviter une vague de licenciement. Le problème, c’est qu’un prêt n’est pas une aide. Ce n’est pas un sauvetage de l’emploi. Cela crée un nouveau remboursement de la dette et ça nous défavorise par rapport à la concurrence. Surtout quand des compagnies comme Ryanair constituent déjà une concurrence déloyale. Sur le long terme, l’avenir n’est pas assuré.

Business Traveler : quel est l’impact des mesures de compensations associées à cette aide ?

Grégoire Aplincourt : Air France va être obligée de perdre sa clientèle affaire. En plus des vols long-courriers supprimés (NDLR: du fait de l'épidémie), nous aurons moins de vols domestiques. Nous allons subir la suppression des escales à Bordeaux et de tous les vols sur les distances faisables en moins de 2h15 de train. Ces mesures sont faites pour baisser l’empreinte carbone (NDLR : à un coût très important car la Cour des Comptes a indiqué que que le coût public de la tonne de carbone évité est particulièrement élevé pour les LGV et que l’investissement dans les LGV ne participe que très faiblement à la politique de développement durable) tandis que nous nous endettons encore. Nous ne pourrons donc pas acheter du matériel aéronautique moderne et moins polluant.

Business Traveler : vous n’êtes donc pas satisfait du choix du gouvernement ?

Grégoire Aplincourt : la dette ne protège pas l’emploi. Air France n’a pas fait payer sa dette par les contribuables par le passé, on aurait dû sauver une compagnie qui est capable de s’auto-financer.

Les annonces qui ont été faites sont incohérentes, il faut sauver l’emploi sur le long terme. Si une rivière se creuse et que vous devez la traverser, soit vous construisez un pont, soit vous la traversez à la nage mais si vous avez un lourd sac-à-dos, il faudra vous en débarrasser. La situation est similaire, sans subvention, le trafic ne repart pas et il faut licencier pour soutenir le poids de la dette.

Business Traveler: quelles seront les conséquences des décisions du gouvernement sur l'emploì?

Grégoire Aplincourt : ces décisions auront un impact très important. A long terme, elles vont être dangereuses et vont détruire l’emploi. On ne prend pas les bonnes initiatives alors que nous avons déjà remboursé une dette de 6 milliards d'euros ces dernières années. Nous embauchons des jeunes pour contrebalancer les départs, mais la situation va très vite être bloquée.

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ NOS JOURNALISTES : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

La presse a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur de la presse comme jamais, les lecteurs doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des journaux indépendants présentant des informations de qualité. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de presse indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal au journalisme qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres magazines, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce au soutien financier des lecteurs, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et donner encore plus la parole aux lecteurs. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir un journalisme de qualité ouvert et indépendant et ceci pour de longues années. Chaque contribution des lecteurs, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 8 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

NEWSLETTER

Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...

SONDAGE

Pour presse plus libre préférez-vous?
Aller en haut

S'inscrire à notre Newsletter: