Etes-vous pour ou contre le passage de la retraite de 62 à 65 ans?

Vous aimez notre site? : FAITES UN DON.OU ABONNEZ-VOUS

Cookies

BusinessTravel.fr et ses partenaires utilisent des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur, réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services ou des publicités ciblées et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux. Refuser et s'abonner.

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr ou Abonnez-vous!

Partagez cet article :

Alors que les prix des billets vont augmenter en France, ils reculent en Espagne sur les liaisons mises en concurrence. La différence : la concurrence est bien plus forte sur le marché espagnol…

La SNCF a annoncé le 18 novembre une hausse de 5% du tarif des billets à partir du 10 janvier 2023, une hausse qui tombe mal pour le pouvoir d’achat des français et alors que la SNCF est sans concurrence sur certaines liaisons.

En effet une loi est passée en 2020 qui a demandé à Air France de supprimer les vols là où il y a des liaisons TGV de moins de 2H30.

Cela pose des problèmes de marché.

Bien sûr les coûts de la SNCF explosent notamment le coût de l’énergie qui augmente de 180% entre 2022 et 2023 comme le précise l'opérateur dans un communiqué.

Bien sûr, le bouclier tarifaire TGV permettra de limiter la hausse du prix moyen payé par les voyageurs à 5% mais il cachera de grandes disparités de tarifs.

Ainsi les prix minimum INOUI et OUGO ne seront pas augmentés de même que les tarifs OUIGO.

Par contre les tarifs des prix maximum seront augmentés notamment les tarifs pros (Business 17re, Tarif liberté), les abonnements Max et forfaits, les paliers maximum des tarifs loisirs TGV 2nd et 1ère. De plus la gratuité de l’échange sera décalée de J-3 à J-6 et les frais d’échange ou de remboursement passeront de 15 à 19 euros à partir de février 2023.

En Espagne les billets baissent fortement sur les liaisons en concurrence

Mais regardons au delà des frontières. En Espagne la situation est bien différente.

Pourquoi? Parce que l’opérateur national est confronté à une forte concurrence des opérateurs alternatifs au contraire de la France où l’Etat et la SNCF jouent peu le jeu de la concurrence européenne.

Ainsi la SNCF n’est concurrencée que timidement en France sur l’Axe Paris-Lyon avec Trenitalia.

En Espagne la concurrence est féroce et massive notamment sur l’axe Madrid-Barcelone.

De ce fait les prix des TGV entre Madrid et Barcelone ont baissé de 43% durant ces 3 derniers mois par rapport à 2019 alors que le nombre de voyages a cru de 68% note El Pais. On voit donc un double effet de la concurrence en Espagne : une plus grande popularité du train et une baisse des tarifs.

Le prix est passé de 81 euros au 3ème trimestre 2019 à 46 euros pour un billet Barcelone-Madrid au 3ème trimestre 2022 : une sacrée baisse!

La RENFE a été concurrencée sur ce trajet par OUIGO de la SNCF depuis mai 2021 et par l’entrée d’Iryo un nouveau concurrent issu de l’opérateur italien Trenitalia.

Au contraire sur les lignes où il n’y a pas de concurrence comme Madrid-Alicante, Madrid-Malaga ou Séville-Madrid les prix ont augmenté de 14% sur cette même période selon une étude de Trenitalia.

En Espagne, la concurrence va continuer à se renforcer fortement cette année et en 2023 avec l’arrivée d’Iryo sur les lignes Madrid-Valence le 16 décembre puis le 31 mars 2023 sur les lignes Madrid-Cordoue-Séville et Madrid-Cordoue-Malaga et le 2 juin 2023 sur la ligne Madrid-Alicante, soit la majorité des liaisons TGV.

En France le contraste est saisissant alors que la SNCF est très peu concurrencée et alors même que l’on a renforcé son monopole en supprimant les liaisons aériennes courtes.

Les choix politiques pèsent aujourd’hui sur les français : l’arrêt du développement du nucléaire qui a paupérisé la population avec la hausse fulgurante des prix de l’électricité, le choix du tout SNCF via l’arrêt des lignes d’avions quand il y a des TGV de moins de 2H30 et les freins à l’ouverture à la concurrence du marché ferroviaire qui renchérit les tarifs.

Pour les français cela veut dire qu'à partir de 2023 ils devront payer leurs billets de train bien plus chers d’autant plus s’ils sont voyageurs d’affaires.

Une mauvaise nouvelle pour le pouvoir d'achat, la mobilité nationale et les déplacements commerciaux.

  

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre le passage de la retraite de 62 à 65 ans?

NEWSLETTER


S'inscrire à la newsletter de Business Traveler France

Derniers messages du Forum

Aller en haut

Vous aimez ce site?

Soutenez-nous via OKPAL OU

ABONNEZ-VOUS