Partagez cet article :
Leipzig est une ville capitale dans l'histoire de l'Europe : ses foires en ont fait un lieu de métissage unique, tant au Moyen-Age qu'à l'époque de la guerre froide. Son rôle dans la réforme et dans la chute du mur a façonné à jamais le continent européen. Il y a mille raisons d'aller à Leipzig : pour l'Art ( l'Ecole de leipzig ), la musique ( Bach, Schumann, Wagner ou Mendelssohn y ont vécu), pour humer le parfum de l'ex RDA, revivre l'histoire de la chute du mur, faire du shopping ou la fête dans ses bars branchés...

 spinnerei thomas riese 2009

Quel point commun réunit Jean-Sébastien Bach, Felix Mendelssohn, Robert Schumann, Richard Wagner, Angela Merkel et Vladimir Poutine? Aucun apparemment, hormis Leipzig…

Leipzig, une ville à la croisée des chemins...et des destins

Personne ou presque ne connait Leipzig et pourtant celle ville a énormément compté dans l'histoire de l'Europe de l'est, de l'ouest et dans la vie de quelques illustres personnages.

Car Leipzig est située à la croisée des chemins, entre l'est et l'ouest, à l'intersection de la via Regia et la via Emperii : elle a été tout au long de son histoire une ville d'échange entre le monde slave et l'Europe Occidentale.

La ville s'est enrichie dès le Moyen-Age grâce à ses foires, au commerce et aux échanges (déjà) : elle a eu le privilège ( octroyé par l'empereur en 1497 ) d'être la seule à pouvoir organiser des foires dans un rayon de 115 kilomètres.

La place du marché est un beau témoignage de la richesse de la ville à cette époque ainsi que les somptueuses demeures de marchands épargnées par la guerre qui bordent la Katharinenstrasse.

hotel de ville leipzig

L'un des charmes de la ville réside dans ses nombreux passages créés pour les foires (pour vendre même par mauvais temps) : ils ont été transformés depuis en de luxueuses galeries commerciales.

Les allées regorgent de boutiques de marques allemandes chics ou internationales branchées comme Liebeskind ou de cafés réputés où il fait bon se détendre entre deux achats.

maedler passage leipzig andreas schmidt

Une ville d'échanges entre l'est et l'ouest durant la guerre froide

Même pendant la guerre froide, la ville est restée un lieu d'échange, de rencontre entre l'est et l'ouest: les plus grandes foires des pays de l'Europe de l'Est y avaient lieu. Leipzig était alors l'une des principales villes de la RDA.

Les foires étaient l'occasion pour les habitants de commander des victuailles ou des breloques venant de l'ouest : des chambres d'hôtes improvisées, accueillaient nombre de voyageurs d'affaires de l'ouest, les chambres d'hôtels n'étant pas assez nombreuses.

Ils pouvaient ainsi commander 6 mois à l'avance à leurs clients fidèles, les derniers jeans, t-shirts ou disques occidentaux à la mode.

Du fait de ce dynamisme commercial, la ville a vu passer Angela Merkel qui y a étudié la physique à son université, l'une des meilleures des pays de l'est à l'époque et Vladimir Poutine y a été en mission pour humer l'air du temps et surveiller sans doute cette ville réputée progressiste…

Leipzig était à l'époque de la RDA une vitrine pour le bloc de l'est, celle d'un nouveau monde socialiste.

leipzig2016 7228

L'Opéra, joyau de la ville en pierre d'Elbe blanche trône toujours triomphalement sur l'Augustusplatz. En face, pour faire fi du passé, le leader de la RDA, Walter Ulbricht décida de détruire l'église gothique de Saint Paul, selon la doctrine bien connue : la religion étant l'opium du peuple.

A sa place, le plus grand gratte-ciel d'Allemagne (à l'époque) y sera érigé (la vue sur la ville y est superbe depuis le restaurant panoramique) ainsi que la salle de spectacle Gewandhaus, au charme désuet, réputée pour son acoustique exceptionnelle.

Leipzig, berceau du protestantisme et du monde des lettres en Allemagne

Mais paradoxalement, c'est sans doute cette persécution de la religion qui a entrainé la chute du bloc de l'est, comme nous allons le voir plus loin...

A l'époque de la RDA, on n'interdisait pas totalement la pratique religieuse, mais les protestants, surveillés par la police, avaient beaucoup de mal à obtenir un bon emploi.

Le régime communiste a sans doute fait une erreur en oubliant que c'est à partir de Leipzig que la religion protestante s'est développée en Europe.

leipzig2016 7292Martin Luther, étudiait la théologie à Wittenberg à une centaine de kilomètres de Leipzig et ce sont les imprimeries de la ville qui ont fortement contribué à disséminer sa bonne parole au 15ème et 16ème siècle dans toute l'Europe.

leipzig2016 7294

C'est aussi à Leipzig qu'est né le premier quotidien publié au monde en juillet 1650 : l'Einkommende Zeintug comme on peut le voir au très intéressant musée de l'ipprimerie.

La foire aux livres de Leipzig, née au 17ème siècle, existe d'ailleurs toujours (elle a lieu en mars) même si elle a été supplantée depuis par celle de Francfort durant la guerre froide.

Ville d'élection du génie de Bach

C'est sans doute ce foisonnement intellectuel et religieux qui a attiré Jean-Sébastien Bach à Leipzig, la seconde ville de Saxe à l'époque, centre universitaire et d'édition majeur.

Cet immense musicien, très croyant, s'y est installé pendant la majorité de sa vie pour partager sa foi via la musique, jusqu'à sa mort. «Le but de la musique devrait n’être que la gloire de Dieu et le délassement des âmes. Si l’on ne tient pas compte de cela, il ne s’agit plus de musique mais de nasillements et beuglements diaboliques» a déclaré Jean-Sébastien Bach.

C'est à l'église Saint Thomas qu'il composait et jouait ses morceaux chaque semaine sur son orgue (un instrument très novateur à l'époque) pour accompagner les chorales, précurseurs des célèbres gospels afro-américains.

La musique de ce génie reste empreint d'une mystique religieuse incomparable au regard des autres compositeurs.

Pour ressentir le frisson des compositions de J.S Bach, des concerts sont toujours organisés chaque week-end à l'église Saint Thomas ou l'âme du défunt repose en paix.

Leipzig, ou les prémices de la chute du mur de Berlin

Après avoir été au cœur de la réforme en Europe, Leipzig a également été à la base de la chute du mur de Berlin, ce qui est moins connu.

revolution 1989 leipzig

Et la culture religieuse de la ville y a joué un grand rôle : c'est autour d'une église, la Nikolaikirche, qu'ont débuté tous les lundis des manifestations après la prière pour la paix. On les a d'ailleurs surnommé les manifestations religieuses.

Le 9 octobre 1989, à l'occasion du 40ème anniversaire de la RDA, plus de 70000 manifestants se réunirent en scandant le chant «Wir sind das Volk!, Nous sommes le peuple». Des membres du parti occupèrent l'église pour empêcher les prières mais furent vite submergés par les milliers de personnes qui attendaient dehors, paisiblement, avec des chandelles.

Certains manifestants furent battus et arrêtés par la police et le mouvement s'intensifia les semaines suivantes. Le 16 octobre 120000 personnes se réunirent puis 320000 la semaine suivante.

Le mur de Berlin tomba le 9 novembre, en grande partie grâce aux manifestations pacifiques de Leipzig.

Leipzig : capitale de l'Art grâce à Néo Rauch

Paradoxalement, la période qui suivi la chute du mur fut difficile pour la ville : alors qu'elle était un centre industriel important pour le bloc de l'est, ses industries connurent une période de déclin après la chute du mur.

Ce déclin industriel entraina une transformation totale du visage de la ville : cette ancienne cité marchande et industrieuse se mua en l'une des capitales européennes des Arts d'Allemagne et d'Europe.

leipzig2016 157277

Le peintre Néo Rauch fut l'un des premiers artistes à s'installer à la Spinnerei une ancienne usine de coton, reconvertie en un immense atelier d'artistes.

On y trouve aujourd'hui de nombreux marchands d'Art allemands qui mettent en avant les œuvres des peintres de l'Ecole de Leipzig comme la galerie Eigen, très renommée.

leipzig2016 137275

L'usine accueille depuis peu des galeries françaises, preuve de la reconnaissance de la ville sur le marché international de l'Art.

«Le succès de Néo Rauch a eu un fort effet d'entrainement. Lorsque les investisseurs américains se sont intéressés à ses oeuvres, on a vu des hélicoptères se poser sur les toits du Spinnerei remplis d'investisseurs de Manhattan. Du jour au lendemain, le prix de ses toiles s'est envolé ce qui a entrainé à la hausse la cote de nombreux autres artistes locaux» nous explique Lætitia Gorsy de la galerie Dukan.

leipzig2016 097271

Si vous voulez en savoir plus sur l'école de Leipzig, ne manquez pas d'aller visiter le musée der Bildenden Künste.

leipzig2016 7250

Cet immense cube de verre en plein cœur de la ville présente de nombreuses œuvres de peintres de l'école de Leipzig comme celles de Bernard Heisig, Werner Tübke, Neo Rauch, Arne Rin mais aussi une somptueuse collection de peintures de Lucas Cranach, Rubens, Tintoretto ou Rembrandt...

leipzig2016 7248

La ville regorge d'autres lieux dédiés à l'Art comme la Gallerie G2 Kusthalle ou Tapetenwerk non loin de l'usine Spinerrei.

Alors que Leipzig reste encore méconnue sur le marché du tourisme, sa cote pourrait bientôt exploser à l'image de ses artistes !

Leipzig est définitivement une ville où l'on se sent bien :

«Heureux, Tels les soleils qui volent, Dans le plan resplendissant des cieux, Parcourez, frères, votre course, Joyeux comme un héros volant à la victoire!», extrait de l'Ode à la joie composé à Leipzig par Friedrich von Schiller.

www.leipzig.travel

www.germany.travel/fr

INFORMATIONS PRATIQUES :

Y ALLER :

Lufthansa propose plusieurs vols par jour au départ de Paris vers Leipzig via ses hubs de Munich ou Francfort. www.lufthansa.com

SEJOURNER :

- Motel One, Nikolaistrasse 23, www.motel-one.com : un hôtel très bien située en plein centre ville dans la zone piétonne qui offre un bon rapport qualité-prix.

Voir notre test: Test-de-l-hotel-motel-one-leipzig-allemagne.

A NE PAS MANQUER :

- Musée Bach, Thomaskirchhof 15/16 : ce musée est situé tou près de l'église Saint Thomas. Pour tout connaitre sur la vie de ce compositeur de génie. Un musée très didactique et où l'on peut écouter de nombreuses oeuvres du compositeur.

- Ecouter un concert d'orgue à la Thomaskirche, l'église de Bach le vendredi à 18H ou le samedi à 15H: ThomasKirchhof 18, www.thomaskirche.org.

- Visiter les maisons de Schumann ou de Mendelssohn : Maison Schumann, www.mendelssohn-haus.de.

- Musée der Bildenden Kunste, Katarinenstrasse 10. www.mdbk.de : un musée design et éclectique comme on l'aime pour découvrir des oeuvres majeures de Rubens, Tintoretto, Claude Monet ou de peintres allemands méconnus mais talentueux. Le tout dans un bâtiment au design exceptionnel. Très bon moment garanti!

- Musée de l'imprimerie (Museum für Druckkunst), Nonnenstrasse 38, www.druckkunst-museum.de : tout, tout, tout vous saurez tout sur l'imprimerie. Le musée présente de manière très didactique les technologies et l'histoire de l'imprimerie. En prime ateliers gratuits pour imprimer vos propres compositions et boutique avec des souvenirs intéressants (cartes postales pop-up artisanales fleurs de lotus).

- Spinnerei, Spinnereistrasse 7, www.spinnerei.fr : dans une ancienne usine de coton, des ateliers d'artistes-peintres, des boutiques de mode, de céramiques. Un endroit unique avec en prime un restaurant champêtre avec terrasse, très agréable aux beaux jours (Café Versorger).  

- autres galleries à visiter : G2 artspace GottschedstraBe 2, www.g2-leipzig.de. Tapetenwerk : Lützner Strasse 91,www.tapetenwerk.de

- acheter une place pour assister à un concertde musique classique au Gewandhaus, une salle à l'acoustique exceptionnelle qui date de l'ancienne RDA,

- assister à un opéra dans l'une des plus beaux batiments d'Europe (le 3ème opéra le plus ancien d'Europe après ceux de Milan et Hambourg).

Ne pas manquer les multiples restaurant avec des Beer Garden en été et sortir dans les multiples bars qui animent cette ville étudiante (comme celui sur le thème du cyclisme avec de multiples vélos accrochés au plafond).

EXCURSIONS :

porsche leipzig 1- Usine Porsche : pour les amoureux de la marque allemande. Bâtiment ultra design, circuit de course, visite instructives des étapes de fabrication des Porsche et  tests des bolides sur le circuit avant achat !

- En été : faire trempette dans les lacs au sud de la ville et visiter les anciennes usines de charbon.

Crédits photos: @BusinessTravel, Andreas Schmidt, Thomas Riese.

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
  

NEWSLETTER

Cet article, ce site vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...


REPORTAGES EUROPE

NEWSLETTER

Cet article, ce site vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...

SONDAGE

Avez-vous déjà acheté un billet en classe économique premium ?
Aller en haut