Partagez cet article :
Un avion de South African Airways

Afin de réduire ses pertes South African Airways va réduire la taille de son réseau...

À partir du 29 février, ne desservira plus Abidjan via Accra (Ghana), Entebbe (Ouganda), Guangzhou (Chine), Hong Kong, Luanda (Angola), Munich (Allemagne), Ndola (Zambie) et Sao Paulo (Brésil) .

Sur son réseau domestique, elle continuera à desservir Cape Town à partir de Johannesburg avec moins de fréquences, mais mettra fin à toutes les autres destinations, y compris Durban, East London et Port Elizabeth.

Les liaisons domestiques exploitées par sa filiale low-cost Mango ne seront pas affectées.

Les clients réservés sur des vols annulés recevront un remboursement complet ou auront droit à des vols exploités par Mango.

Les liaisons internationales entre Johannesburg et Francfort, Londres Heathrow, New York, Perth et Washington via Accra seront maintenues.

Les services régionaux de Johannesburg vers Blantyre, Dar es Salaam, Harare, Kinshasa, Lagos, Lilongwe, Lusaka, Maputo, Maurice, Nairobi, Victoria Falls, Livingston et Windhoek se poursuivront également.

Les personnes en charge de la restructuration (BRP) ont déclaré que même si un plan complet serait publié fin février, certaines mesures devaient être mises en œuvre plus rapidement en raison d'un besoin «urgent» de réduire les pertes.

Outre les modifications du réseau de routes, South African va redéployer des avions plus économes en carburant, optimiser ses structures organisationnelles et va renégocier des contrats avec ses fournisseurs.

Les personnes en charge de la restructuration ont déclaré que «des programmes de rationalisation sont à l’étude pour les filiales de SAA, ainsi que la vente de certains actifs», afin d’améliorer les liquidités.

Afin de rassurer les passagers potentiels, ils ont ajouté que de nouveaux changements d'itinéraire ne sont pas attendus.

Le nombre d'employés sera réduit, mais le nombre de suppressions d'emplois n'a pas été annoncé.

South African Airways a été sauvée de la faillite fin janvier, lorsqu'elle a reçu un fonds d'urgence3,5 milliards de rands (185 millions de livres sterling) de la Banque de développement du gouvernement de l'Afrique australe.

La compagnie aérienne a été placée sous une forme de protection contre les faillites en décembre, mais un prêt public de 2 milliards de rands (104 millions de livres sterling) a été reporté, le ministre des Finances sud-africain affirmant que le plan de sauvetage ne pouvait pas augmenter le déficit budgétaire du pays.

La compagnie aérienne d'État n'a plus réalisé de bénéfices depuis 2011 et les renflouements financiers au cours des trois dernières années ont atteint plus de 20 milliards de rands (1 milliard de livres sterling).

Les personnes en charge de la restructuration disent qu’ils envisagent maintenant de «développer une compagnie aérienne durable, compétitive et efficace».

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  
Aller en haut

S'inscrire à notre Newsletter: