Etes-vous pour ou contre le passage de la retraite de 62 à 64 ans?

Vous aimez notre site? : FAITES UN DON.OU ABONNEZ-VOUS

Cookies

BusinessTravel.fr et ses partenaires utilisent des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur, réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services ou des publicités ciblées et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux. Refuser et s'abonner.

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr ou Abonnez-vous!

Partagez cet article :

L’Union Européenne veut mettre en place des règles parmi les plus strictes dans le domaine de l’automobile ce qui avantage les pure players étrangers comme Tesla. Les constructeurs automobiles allemands l’ont bien compris et commencent à vouloir changer la donne. L'Allemagne s'est opposé en toute logique à la fin des voitures thermiques que l’UE prévoyait pour 2035…

Quasiment aucun pays au monde n’a décidé d’interdire la commercialisation de voitures thermiques mais l’UE voulait le faire. Pour quelles raisons? Sans doute idéologique puisque ce sont aux consommateurs de choisir les meilleures technologies. Heureusement les constructeurs allemands se sont aperçus que la fin des voitures thermiques voulue par les politiciens de l’UE allaient les désavantager. L’Allemagne a donc opposé son veto et a été rejointe depuis par plusieurs autres pays comme l’Autriche, la Pologne, l’Italie et la Bulgarie. Bizarrement le gouvernement français qui dispose pourtant d’entreprises avec un poids majeur sur le marché automobile ne s’y est pas opposé contrairement aux deux autres grands pays dans ce domaine que sont l’Allemagne et l’Italie.

D’autres pays comme la Slovaquie la Hongrie ou la Roumanie pourraient se rallier à cette fronde ce qui serait une bonne nouvelle face aux idéologues de l’UE. L’UE travaille donc à conserver les moteurs thermiques à carburant de synthèse. Et comme l’a rappelé Thierry Breton, « si on va à la fin des moteurs thermiques en 2035, ça ne veut pas dire pour autant la fin des moteurs thermiques sur la planète. Nous sommes 440 millions d'habitants dans l'Union européenne sur une planète de bientôt 9 milliards d'habitants et tous les pays ne vont pas passer à l'électrique en même temps, que ce soit en Afrique, en Amérique du Sud, en Inde ». Il a évoqué le bon sens s'écartant ainsi des dogmes de la présidence de l'UE.

En voulant interdire les voitures thermiques en Europe, l'UE désavantage ses industriels automobiles sur les marchés export

Même en Europe les véhicules électriques ne séduisent pas tous les pays. La part de marché de l’électrique atteint 15% en Europe du nord et de 3,8% en Europe du sud. Et dans le reste du monde la part de marché des véhicules électriques reste très faible. Même si elle a dépassé10% en Chine, en Corée elle n’atteint même pas 1% en Amérique latine, en Russie, 1,5% seulement au Moyen-Orient comme le note le cabinet d'études JATO. En entrainant les constructeurs vers le tout électrique l’UE sonne le glas des exportations de voitures européennes vers le reste du monde: une folie.

La norme Euro 7 voulu par l'UE va tuer les marges des constructeurs européens face à leurs concurrents américains ou asiatiques

Les constructeurs européens critiquent également la norme Euro 7 qui compte durcir les barèmes antipollution avec des critères impossibles à tenir selon les constructeurs européens. Toutes ces réglementations rajoutent des coûts aux fabricants ce qui fait la joie de leurs concurrents basés en chine ou aux Etats-Unis qui peuvent afficher des marges bine plus importantes. Rien que pour Renault la norme Euro 7 devrait coûter 1 milliard d’euros. On voudrait saborder l’industrie automobile européenne qu’on ne ferait pas autrement.

Tesla profite de toutes ces règles mises en place par la bureaucratie de l'UE

Ces réglementations mises en place par les pontes de l’Union Européenne avantagent les pure players dans le domaine de l’électrique comme l’américain Tesla. Ainsi le Model Y de Tesla s’est vendu à 137000 exemplaires en 2022 alors que le constructeur américain a baissé ses prix de 20% en début d’année dernière. Tesla a aussi vendu 91500 Model 3. Tesla se classe donc en seconde position derrière Volkswagen qui a écoulé 350000 véhicules électriques. Stellantis arrive en 3ème position avec 230000 véhicules électriques.

Et l’assaut de Tesla sur l’industrie européenne se poursuit. Le véhicule avec le plus d’immatriculations en janvier 2023 a été « le Tesla Model Y avec 7174 unités loin devant le Dacia Spring (4242 unités), la Volkswagen ID.4 (3812), l’ID.3 (3348) ou la Fiat 500 électrique (3248). Au total Tesla a totalisé 9400 immatriculations en janvier avec tous ses modèles (Model Y/S/3) soit une hausse de 1018% bien loin de celle des constructeurs européens ». A titre de comparaison Volkswagen n’a augmenté ses ventes que de 29% comme Audi, contre +28% pour BMW ou 16% pour Mercedes. Si cette tendance favorable à Tesla se poursuit les constructeurs européens vont être laminés. 

A vouloir avancer trop vite vers l’électrique l’UE ne permet pas à ses constructeurs de s’adapter et en faisant peur aux consommateurs européens avec la menace de la fin des voitures thermiques, ceux-ci se ruent sur les marques des pure players comme Tesla.

Comme pour le nucléaire, l’UE va-t-elle changer d’avis? Ce serait la moindre des choses mais l’on reste étonné que des lois aussi extrémistes comme la fin de voitures thermiques en 2035 aient pu être envisagées et encore plus votées…

Il est à noter que le problème est également le même dans l'immobilier à vouloir rénover trop vite les vieux immeubles, on tue le marché de l'immobilier locatif (L'UE vient de voter une loi accélérant la rénovation des bâtiments). Alors qu'il y a déjà une pénurie de logements, certains propriétaires vont abandonner ou revendre leurs biens, les rénovations coutant trop cher. Cela va créer une inflation de loyers sur le marché locatif. Cette volonté de l'UE de mener des lois toujours plus restrictives est très discutable. Ainsi une étude allemande citée par le Monde montre que  la consommation d’énergie baisse dans un premier temps suite à une rénovation pour revenir à son niveau initial après rénovation soit un manque d'intérêt économique total. Il en est de même dans l'automobile. SI l'on voulait limiter les émission de CO2 il suffirait de favoriser l'achat de petites voitures thermiques plutôt que de prôner une migration vers l'électrique (voir notre article: généraliser la voiture électrique, un non sens écologique). Or c'est la tendance inverse qui a lieu : les consommateurs achète des véhicules toujours plus grands notamment avec la mode des SUV...

  

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre le passage de la retraite de 62 à 64 ans?

NEWSLETTER


S'inscrire à la newsletter de Business Traveler France
Aller en haut

Vous aimez ce site?

Soutenez-nous via OKPAL OU

ABONNEZ-VOUS