Partagez cet article :

De nouveaux retards sont à prévoir pour la remise en service du B737 MAX alors que la Federal Aviation Administration a trouvé « un risque potentiel que Boeing doit résoudre »…

Les B737 MAX de Boeing sont mis à terre depuis quelques mois dans le monde entier suite à deux accidentes mortels.

Dans un communiqué la FAA américaine a déclaré : « la FAA a mis en place un processus très complet, sans date précise, pour le retour en service du B737 MAX. La FAA lèvera l’interdiction de vol quand elle le jugera opportun. Nous continuons à évaluer ls modifications logicielles du MACS et nous travaillons sur les obligations nécessaires en terme de formation. Nous répondons aussi aux recommandations reçues par le Technical Advisory Board. Le TAB est un organisme indépendant auquel nous avons demandé d’étudier notre travail pour le retour en service du B737 MAX. Concernant le problème le plus récent, la FAA est conçue pour découvrir et mettre en avant des risques potentiels. La FAA trouvé » récemment un risque potentiel que Boeing doit résoudre ».

Boeing a diffusé un communiqué : « la sécurité de nos avions est notre plus grande priorité. Durant l’étude de la FAA de la mise à jour du logiciel du B737 MAX et des sessions récentes en simulateur, la FAA a identifié un problème supplémentaire et a demandé à la compagnie de le résoudre via les changements logiciels qui ont été développés depuis les 8 dernier mois…Boeing est d’accord avec cette décision et travaille sur cette modification logicielle. Répondre à cela permettra de réduire la charge de travail du pilote en prenant en compte une source potentielle de problème de commande du stabilisateur. Boeing ne proposera pas de certification pour le B737 MAX par la FAA tant qu’elle ne sera pas satisfaite et qu’elle ne pourra pas proposer une remise en service sécurisée du B737 MAX ».

Cette faille de sécurité aurait été détectée par des pilotes de la FAA lors des tests sur simulateurs la semaine dernière a expliqué une source proche du dossier sous couvert d'anonymat à l'AFP.

Le problème semble être complexe et lié également au microprocesseur en plus du logiciel.

Selon deux sources industrielles, c'est un défaut du microprocesseur, qui a tendance à orienter le nez de l'avion vers le sol. Il n'est pas dit que le microprocesseur ait joué un rôle dans les accidents sus-cités.

Les pilotes ont eu du mal à reprendre vite le contrôle de l'avion après l'activation du système anti-décrochage MCAS, mis en cause dans l'accident de Lion Air du 29 octobre 2018 (189 morts) et du crash d'Ethiopian Airlines du 10 mars dernier (157 morts).

Nous avions indiqué dans un article les limites de l'automatisation poussée des avions et de la complexité des systèmes.

L'action de Boeing a clôturé en baisse de 2,91% à Wall Street, du fait des doutes des milieux d'affaires sur la levée de l'interdiction de vol frappant les B737 MAX depuis le milieu du mois de mars 2019.

American Airlines et Oman ont été affectés notamment par la mise à terre de leurs B737 MAX tandis que Ryanair a retardé la livraison de son premier B737 MAX jusqu’à l’hiver prochain au plus tôt.

Au salon du Bourget le groupe anglais IAG a signé une lettre d’intention pour commander 20 B737 MAX qui seront livrés en 2023 et 2027 ce qui montre la confiance du groupe anglais dans la résolution des problèmes liés au B737 MAX.

Espérons que Boeing résolve ces problèmes rapidement alors qu'elle a conçu un excellent avion le B787 qui a aussi eu quelques soucis à ses débuts mais pas aussi graves que ceux du B737 MAX.

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
  

NEWSLETTER

Cet article, ce site vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...

 

Aller en haut