Partagez cet article :

Un voyage au Japon devrait inclure les villes suivantes Tokyo, Kyoto et Hiroshima. Beaucoup cependant envisagent sans doute d’éviter Hiroshima pour son douloureux passé. Ils ont tort alors que le musée n’est pas le seul centre d’intérêt de la ville. Il y a aussi des monuments plein d’espoir et le centre-ville qui représente la véritable Hiroshima, ce qu’elle est devenue aujourd'hui...

La ville d'Hiroshima a rapidement oublié son passé pour se réinventer.

Hiroshima est devenue une ville branchée avec de nombreux restaurants gastronomiques : un endroit passionnant pour déguster du saké ou des bières locales.

Cela étant dit, comme le ferait n’importe quel touriste, notre visite d'Hiroshima a commencé sans surprise au musée commémoratif et au parc de la paix d'Hiroshima avant notre découverte du centre-ville.

Que voir à Hiroshima?

Ils s’agira sans doute des premiers souvenirs du bombardement que vous rencontrerez : le grand nombre de grues (oiseaux) dans le ciel d'Hiroshima n’est pas qu’un message de paix. Ces oiseaux ont une signification plus profonde à travers l'histoire de Sadako Sasaki, âgée de douze ans.

Elle avait deux ans quand la bombe nucléaire a été larguée sur la ville. Sa maison était qu'à environ 1,5 km de l'endroit de l'explosion. L'impact fut si fort que la petite Sadako a été éjectée par la fenêtre.

Miraculeusement, elle a survécu. Sa mère l'a soulevée et s'est enfuie, mais tous les deux du marcher dans la pluie noire qui contenait des résidus radioactifs du bombardement.

Sadako a grandi comme une jeune fille normale et apparemment en bonne santé, sans aucun symptômes à priori.

Hélas, en novembre 1954, elle a développé des ganglions lymphatiques, un signe de leucémie. Elle a finalement été diagnostiquée avec une leucémie aiguë maligne au niveau des ganglions lymphatiques et on lui a donné un an à vivre, au mieux.

Une ancienne légende japonaise dit que quiconque plie un millier de grues en origami obtiendra son voeux.

Sadako, souhaitant guérir, passait le plus clair de son temps à construire des grues en origami.

À l'école, ses camarades de classe ont plié des grues pour elle. En octobre 1955, Sadako est morte à l'âge de 12 ans comme de nombreux autres enfants.

Aujourd'hui, au parc de la paix, une statue de pierre représentant Sadako appelle à l'espoir et à l'optimisme. Et les grues en sont un symbole, saluant l’esprit de la fillette.

Vivre Hiroshima

Le parc de la paix a été construit en mémoire de la tragédie par l'architecte Kenzō Tange, qui a reçu le prix d'architecture Pritzker.

Ce qui jadis était une plaie ouverte au coeur de la ville est maintenant un mémorial avec ses musées et ses amphithéâtres qui reçoivent des millions de touristes chaque année.

Une courte promenade dans le parc mène à l’Industrial Promotion Hall, à 600 mètres au sud et à 160 mètres au nord-ouest de l'endroit où la bombe nucléaire a été larguée sur la ville pendant la Seconde Guerre mondiale le 6 Août 1945.

La plupart des gens à l'intérieur de la salle ou A-Bomb Dome sont morts instantanément. Le dôme, en ruine, est resté tel qu’il était après le bombardement et affiche un fort contraste avec les bâtiments modernes et les parcs environnants.

Le musée (ouvert 8h30-18 heures, jusqu'à 17 heures en décembre-février, l'entrée ¥ 200 / ₹ 123; www.pcf.city.hiroshima.jp/virtual/index_e.html) présente principalement des objets et des effets personnels des victimes de la bombe atomique : la boîte à lunch ternie d'un jeune étudiant emportée à l'école le jour du bombardement, les cheveux d'une victime qui sont tombés quelques mois plus tard en raison des effets secondaires de la radiothérapie, une montre piétinée…

L'expérience du musée peut être incroyablement prenante car on y découvre de nombreux détails de cette triste journée via des écrits ou des photographies. Les conservateurs ont réussi à très bien dépeindre l'épreuve du bombardement atomique contre des civils avant, pendant et après l'attaque.

À la fin de la visite qui a duré plus d’une heure, nous nous sommes sentis aussi proches de l’attaque que les victimes. Inutile de dire que cela nous a laissé le cœur lourd.

Conscient de la tristesse que peut causer l’exposition de ses visiteurs, le musée nous a fait ses adieux avec un beau poème d’espoir:

L'automne
à Hiroshima où il a été dit
Pendant soixante-quinze ans, rien ne se développera
De nouveaux bourgeons ont germé
Dans le vert qui est revenu à la vie
Parmi les ruines carbonisées
Les gens ont récupéré
Leur espoir vivant et leur courage.

hiroshima dome bombea

Espérer à Hiroshima

En 1964, le Japon a lancé un appel au monde entier pour une communauté mondiale pacifique sans armes nucléaires ni guerres.

Un survivant de la bombe atomique a construit une cloche, espérant qu'à chaque coup, ses bruits remplaceraient la colère par la paix dans le cœur des gens. A sa surface se trouve une gravure de la carte du monde sans aucune frontière.

À côté de la cloche se trouve un étang de lotus qui a germé à partir de graines extraites d'un site estimé à plus de deux siècles.

C'est un geste pour apaiser la douleur horrible que les victimes ont endurée à la suite de leurs brûlures.

Aujourd’hui cet appel est malheureusement resté une lettre morte alors que de nombreux conflits ont embrasé le monde ces dernières années tuant de nombreux enfants innocents, notamment au Moyen-Orient.

Manger à Hiroshima

Portons un toast à la résilience d’Hiroshima qui a transformé ses ruines pour devenir une magnifique ville, à sa vie nocturne animée et à ses nombreux restaurants.

okonomiyaki hiroshima

L’Okonomiyaki est une savoureuse galette japonaise, spécialité d’Hiroshima. Ne manquez pas d’y goûter. Il s’agit d’une préparation à base de crêpes avec du chou, des nouilles, une sauce et une garniture de votre choix : les garnitures les plus prisées sont le porc et les calamars. Même si à priori cette mixture ne semble pas très appétissante, détrompez-vous. Goûtez-y et vous en reprendrez.

Les chefs cuisiniers les ont fait griller devant nous en hachant finement le chou et les nouilles avec beaucoup d’agilité. Une fois la préparation terminée, ils nous l’ont servie dans la zone de restauration où nous l’avons dégustée.

Nous avons mangé ces délicieux okonomiyakis dans un petit restaurant pittoresque appelé Omotenashi Foodtaka (Tél .: +81 829235572; 5-3-36 Itsukamachi Saeki-Ku), à environ 15 minutes de marche du musée commémoratif de la paix d'Hiroshima.

Un okonomiyaki de base commence à environ ¥ 1000 / ₹ 618. Les prix des garnitures peuvent aller de 200 ¥ / 123 ¥ à 600 ¥ / 370 ¥. Nous nous sommes gavés de poitrine de porc et de calamars accompagnés de bière japonaise Asahi bien fraiche.

Boire à Hiroshima

En parlant de bière, le Japon se perfectionne dans l’art de la bière et de petites microbrasseries se sont multipliées ces dernières années dans tout le pays.

Au centre-ville d'Hiroshima, on trouve Raku, un pub de charme (ouvert samedi-dimanche de 12h à 12h, lundi et mercredi de 17h à 12h, jeudi et vendredi de 12h à 14h et de 17h à 12h; rakubeer.jp).

Ce pub a été inauguré en 2011 et est l'un des deux pubs d'Hiroshima spécialisés dans l'authentique bière artisanale japonaise. Raku sert un total de 17 bières artisanales en provenance de tout le pays. Les plats inspirés de la bière tels que les hot-dogs Raku Beer et Stout Curry servis ici sont incontournables. L’happy hour a lieu de 17h à 19h.

Il n’est pas surprenant qu’Hiroshima dispose de nombreux bars à saké dans toute la ville.

C'est la boisson traditionnelle et la plupart croient encore que le saké a des propriétés médicinales.

L'élégant bar Koishi Sake (ouvert de 15h00 à 2h00; koishi-sakebar.jp) se spécialise dans cette boisson d'alcool de riz enivrante au riz. Ce bar est parfait à la fois pour les néophytes et pour les connaisseurs de saké. Il sert plus de 30 variétés de saké (à partir de ¥ 600 / 370 yens par tasse) provenant de régions réputées, comme Takehara et le Saijo voisin. Pour découvrir plusieurs saveurs de saké, choisissez l’offre de dégustation, qui propose 12 sakés sélectionnés dans de petites tasses.

Le quartier de Saijo se trouve à 40 minutes de route du centre d'Hiroshima. L’office de tourisme situé à l’extérieur de la gare de Saijo propose une carte en anglais de toutes les brasseries (saijosake.com). Bien que les dégustations soient gratuites, il est toujours agréable d’acheter une petite bouteille pour montrer à l’hôte que son saké est apprécié.

Prier à Miyajima

L'île de Miyajima est une bonne option pour une excursion d'une demi-journée et mérite une visite pour ceux qui s'intéressent à la mythologie japonaise. Elle se trouve à seulement 20 minutes en ferry du port d'Hiroshima. Les billets sont disponibles à proximité des quais d'embarquement (410 ¥ / 247 ¥).

Miyajima signifie «île sanctuaire» en japonais en raison de son magnifique sanctuaire Itsukushima. Montez votre respect en vous rendant au quai d'embarquement.

En naviguant, vous profiterez d’une vue dégagée sur le Torii ( porte japonaise ) qui accueille les ferries en route vers l'île.

On croit que le «grand Torii» est une porte entre le monde des esprits et le monde humain.

Nous avons mis les voiles à marée haute et la porte est apparue comme si elle flottait mystérieusement sur l'eau.

A marée basse, vous pouvez très bien marcher jusqu'au pied du Torii. J’ai pris tellement de photos sur l'îleque je peux vous assurer en toute confiance que le Torii et son paysage d’arrière-plan sont l'un des endroits les plus pittoresques du Japon.

Cela étant dit, dès que vous descendez du bateau, soyez prêt à être accueilli par de nombreux cerfs qui se déplacent librement et n’ont pas peur de s'approcher des visiteurs.

Soyez averti, même si vous pouvez penser que ce sont des créatures végétariennes, si vous tenez une brochette de poisson, les cerfs affamés risquent de vous en prendre une bouchée. Ne vous sentez pas obligé de la partager; mais si vous le faites, ils se feront un plaisir de se faire prendre en selfie avec vous.

Se déplacer autour d'Hiroshima

Achetez le pass JRail hebdomadaire (29 110 ¥ / 18 000 ¥) pour des trajets illimités sur le train à grande vitesse et tout autre train du réseau JR. Les billets de train et de ferry pour Saijo et Miyajima sont inclus dans ce pass. Il est disponible uniquement pour les touristes (il est interdit aux détenteurs de passeports japonais) et peut être acheté en ligne depuis votre pays d'origine (japanrailpass.net).

Les taxis sont facilement disponibles pour se déplacer dans la ville.

  
NE MANQUEZ AUCUNE INFORMATION : JE M'ABONNE A LA NEWSLETTER!
DISCUTEZ DE CET ARTICLE, DONNEZ VOTRE AVIS, DONNEZ-NOUS UNE INFORMATION: CREEZ UN SUJET DANS LE FORUM

REPORTAGES ASIE

Suivez l'actualité avec la newsletter :

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre la limitation de vitesse à 80km/h pour les routes nationales?
Aller en haut