Etes-vous favorable au retour du port du masque dans les transports?

Vous aimez notre site? : FAITES UN DON.OU ABONNEZ-VOUS

Cookies

BusinessTravel.fr et ses partenaires utilisent des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur, réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services ou des publicités ciblées et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux.

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr ou Abonnez-vous!

Partagez cet article :

Le sud-ouest de la France vient de subir d'importantes inondations quelques semaines après l'Europe Centrale. Ces événements pourraient se reproduire plus fréquemment dans l'avenir du fait du changement climatique...

Ce n'est pas le déluge annoncé dans la Bible mais tout de même, on a rarement vu cela dans la première ville de pélerinage catholique en France.

La basilique de la ville de Lourdes est sous 3,5 mètres d’eau et il s’agit de la deuxième crue sévère du Gave de Pau en moins d’un an.

Alors que des pompes vident actuellement la basilique, les dommages pourraient être importants au niveau des sanctuaires de la ville: des dommages estimés à plusieurs dizaines de millions d’euros selon le maire de Lourdes cté par le Figaro.  

Le Président de la République qui devait participer à l’anniversaire du Fonds Axa pour la recherche cet après-midi s’est finalement déplacé dans le sud-ouest du fait de l'actualité: pourtant l’événement organisé par Axa avait notamment pour thème le changement climatique (voir ci-dessous)...

Il a visité Saint-Béat en Haute-Garonne où les rues sont recouvertes de 30 cm d’eau et a annoncé qu'une procédure allait être lancée afin de classer les inondations subies par la ville en catastrophe naturelle.

De son côté, la région Midi-Pyrénées pourrait débloquer un fonds de 5 millions d’euros d'après Toulouse7.

Au total, trois personnes seraient mortes en France suite aux intempéries: deux personnes agées se sont noyées dans les Haute-Pyrénées mercredi 19 juin et un automobiliste s’est fait piégé dans son véhicule dan les Landes selon le Parisien.

Un tiers des trains TGV et Intercités ont été perturbés par les intempéries.

La situation va s’améliorer selon Vigicrue dans le sud-ouest au niveau du Gave de Pau et des autres bassins.

«Seul l'Adour Moyen, l'aval de la Midouze (40) et certains cours d'eau du Lannemezan (32 et 82) connaitront encore des hausses en raison de la propagation des crues formées sur l'amont des bassins il y a 2 jours» explique Vigicrue.  

L'Europe Centrale sous les eaux début juin

Hormis la France, d’autres inondations ont ravagé en début de mois une grande partie de l’Europe Centrale dont l’Allemagne, la République Tchèque, la Hongrie, l’Autriche, la Slovaquie et la Pologne.

En Allemagne les transports ont été perturbés dans de nombreuses régions et des milliers d’habitants ont du déménager en toute hâte.

La rivière Saale en Allemagne au niveau de la ville de Haale a atteint son plus haut niveau depuis 400 ans selon Air Worldwide et la rivière Elbe à Dresde avait vu son niveau croitre de 7 mètres!

Globalement ces inondations ont causé la mort de 6 personnes en Allemagne contre 10 en Hongrie, 2 en Autriche et 1 personne en Slovaquie.

La situation s'améliore en Allemagne dans les villes et communes touchées par les inondations du Danube, de l'Elbe, de la Mulde et de la Saale: « l'infrastructure touristique est en grande partie rétablie» a assuré l'Office Allemand du Tourisme.

La crue de l'Elbe dans le Brandebourg n'est cependant pas encore tout à fait surmontée et comme de nombreuses digues sont très affaiblies, certaines régions au nord de l'Allemagne restent toutefois en état d'alerte pour les prochains jours.

La note pourrait être salée pour les assureurs...

Le coût de ces  inondations (les plus fortes depuis 2002) pourraient coûter 5,8 milliards d’euros aux assureurs rien que pour l’Allemagne.

Le géant de l’assurance Axa, qui fêtait ce jour les 6 ans de son fonds pour la recherche a abordé le thème du changement climatique et de ses conséquences au niveau financier.

«On voit une tendance à l’augmentation des risques climatiques avec une augmentation des événements extrêmes comme les inondations» a déclaré David Cadoux, de la Direction des Risques du Groupe AXA.

«En Allemagne, les inondations de 2002 ont été l’événement du millénaire avec d’importants dommages sur une grande partie du bassin de l’Elbe. Nous essayons d'effcetuer des recherches pour prévenir ces inondations. Par exemple, nous savons que les inondations sont souvent précédées par une forte humidité de la terre dans tout le bassin ou dans le bassin supérieur» a déclaré le professeur Uwe Ulbricht, de la Freie Universitat de Berlin.

Il est l’un des spécialistes des inondations du bassin de l’Elbe qui avait subi de fortes inondations en 2002 et est financé pour ses travaux par le fonds Axa.

Les assureurs financent la recherche fondamentale pour tenter de prévenir les risques

L’assureur a investi 100 millions d’euros ces 6 dernières années pour financer des projets de recherche dans le cadre de son fonds créé en 2007 et a déclaré ce jour qu’il allait continuer à investir 100 millions ces 5 prochaines années.

«Un investissement difficile au regard de la situation économique, soit 20 millions d’euros par an mais profitable à tous...» a déclaré Henri de Castrie, le président d’Axa.

Pour les assureurs comme Axa, le mécénat de la recherche sur les risques environnementaux ou socio-économiques n’a finalement pas de prix face aux changements drastiques en cours tant au niveau du climat que de l’économie mondiale...

Selon l’Agence Européenne pour l’Environnement les inondations, tempêtes et autres événements hydro-météorologique qui comptent pour 2/3 des coûts des catastrophes naturelles ont augmenté depuis 1980.

«Il est probable  que la hausse des températures en Europe conduira à des inondations plus fréquentes et plus intenses dans de nombreuses régions» indique l’Agence dans son rapport...

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ-NOUS : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

Notre site a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur du tourisme comme jamais, les internautes doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des sites indépendants offrant des informations de qualité, ce qui est de plus en plus rare. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de tourisme indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal à l'information qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres sites, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce à votre soutien financier, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et publier des informations de qualité. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir une information en toute indépendance et ceci pour de longues années. Chaque contribution, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 10 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

SONDAGE

Etes-vous favorable au retour du port du masque dans les transports?

NEWSLETTER


S'inscrire à la newsletter de Business Traveler France
Aller en haut

Vous aimez ce site?

Soutenez-nous via OKPAL OU

ABONNEZ-VOUS