La France a le pire déficit commercial de l'UE. Pensez-vous que l'export devrait être une priorité du gouvernement?

Vous aimez notre site? : FAITES UN DON.OU ABONNEZ-VOUS

Cookies

BusinessTravel.fr et ses partenaires utilisent des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur, réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services ou des publicités ciblées et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux.

Partagez cet article :

L'Europe va être la plus grande perdante des tensions actuelles en Ukraine alors que l'affaire aurait du être réglée depuis longtemps via la neutralité du pays. L'inflation risque de se transformer en hyperinflation, crise de la dette qui devrait sans doute entrainer l'explosion de la zone euro...

Avant de parler des sanctions et de leur impact il faut rappeler pourquoi ce conflit était évitable.

Après la chute du mur de Berlin, les occidentaux avaient promis à Gorbatchev que l'OTAN ne s'élargirait pas vers l'ouest.

L'OTAN n'a pas respecté sa parole de ne pas s'étendre vers l'est

Cette parole n'a pas été respectée et en 1999 l'OTAN a même pris l'initiative d'entrer en guerre contre la Yougoslavie sans aval de l'ONU. Cet article du Monde Diplomatique résume très bien pourquoi l'Occident est en grande partie fautif de cette escalade en Ukraine.

Dans les années 2000, les États-Unis annoncent leur intention d’installer des éléments de leur bouclier antimissile en Europe de l’Est, contraire à l’acte fondateur Russie-OTAN (signé en 1997). En décembre 2001 les États-Unis se retirent du traité Anti-Ballistic Missile (ABM, 1972) et en avril 2008, Washington exerce une forte pression sur ses alliés européens afin d’entériner la vocation de la Géorgie et de l’Ukraine à intégrer l’OTAN, alors même que la grande majorité des Ukrainiens est alors opposée à une telle adhésion.

Dans le même temps, les États-Unis poussent à la « «reconnaissance de l’indépendance du Kosovo, ce qui constitue une nouvelle violation du droit international, puisqu’il s’agit alors juridiquement d’une province serbe ».

La Russie leur répond en intervenant militairement en Géorgie en 2008, puis en reconnaissant l’indépendance de l’Ossétie du Sud et de l’Abkhazie. Ce faisant, le Kremlin signale qu’il fera tout pour empêcher un nouvel élargissement de l’OTAN vers l’est.

Fin 2013, Européens et Américains apportent leur soutien aux manifestations en Ukraine qui aboutissent au renversement du président Viktor Ianoukovitch, dont l’élection en 2010 a pourtant été reconnue comme répondant aux standards démocratiques. « Pour Moscou, les Occidentaux ont soutenu un coup d’État afin d’obtenir coûte que coûte le rattachement de l’Ukraine au camp occidental. Dès lors, les ingérences russes en Ukraine — annexion de la Crimée et soutien militaire officieux aux séparatistes du Donbass — sont présentées par le Kremlin comme une réponse légitime au coup de force pro-occidental à Kiev » indique le Monde Diplomatique. Rappelons que l'Ukraine est depuis l'un des pays les plus corrompus au monde et que ses dirigeants ont été cités dans les Pandora Papers pour des investissements via des sociétés offeshore. Le quotidien ukrainien Slidvsto avait publié à l'époque un article expliquant le scandale impliquant le gouvernement ukrainien dévoilé par les Pandora Papers.

Ainsi on voit que depuis la chute du mur de Berlin, l'OTAN s'est constamment étendu à l'est alors que c'est la Russie qui a principalement gagné la Seconde Guerre Mondiale.

N'oublions pas que c'est la Russie qui a marqué un tournant dans la Seconde guerre mondiale en battant les troupes nazies sur le front de l'est, notamment lors de la bataille de Stalingrad qui a sonné le glas des armées nazies. Les américains n'ont décidé de débarquer qu'une fois qu'ils étaient sûrs de gagner via les pertes immenses occasionnées par l'armée russe à l'armée d'Hitler. Les russes ont été le peuple qui a le plus payé lors de la Seconde guerre mondiale avec environ 26,6 millions de morts soit bien plus que les juifs, les américains ou les européens de l'ouest du continent.

La neutralité de l'Ukraine était et reste la solution la plus raisonnable

Tous ces rappels historiques sont importants pour montrer que les pays d'Europe n'avaient pas intérêt à provoquer la Russie via l'élargissement de leur zone d'influence en Ukraine. Le plus simple aurait été de garantir au pays un statut neutre avec respect des différentes parties du pays sans discrimination entre les russophones et les autres. L'Ukraine aurait continué d'être un pont entre l'est et l'ouest de l'Europe et prospérer économiquement.

Alors que les occidentaux et les européens sont coupables d'avoir pousser la Russie à réagir après tant d'années de provocations, ils ont décidé de sanctions très fortes contre la Russie qui risquent de se retourner fortement contre eux comme par effet boomerang.

L'Europe et la France vont fortement souffrir des sanctions infligées à la Russie

Et ce sont les pays de l'UE et l'Ukraine vont le plus pâtir de cette situation.

Les pays de l'UE produisent en effet peu de matières première et sont fortement dépendants pour l'énergie.

Or les prix du gaz, du pétrole vont connaître une hausse très importante alors que la Russie est l'un des plus grands producteurs mondiaux dans ce domaine. La Russie représente 32% des réserves de gaz et est le 2ème producteur de gaz et de pétrole au monde.

Les européens et les français qui dépensent déjà un budget important pour le chauffage vont devoir soit arrêter de se chauffer soit voir leur budget exploser pour atteindre une très grande part de leurs revenus.

Cette situation deviendra vite intenable. Les cours du pétrole ont repris leur escalade jeudi 3 mars le WTI dépassant 115 dollars le baril, un record depuis 2008, et le Brent frôlant 120 dollars, toujours dopés par les incertitudes sur l'approvisionnement générées par la guerre en Ukraine. Rappelons que sans gaz ou pétrole, l'industrie ne vas pas tenir longtemps ou va devoir produire à des coûts démesurés ce qui va totalement déstabiliser l'économie européenne.

De même les sanctions vont affecter les livraisons de matières premières dont la Russie regorge. Est-il sérieux pour l'économie européenne de se priver des richesses de la Russie qui représente 11% des terres immergées ? La production d'aluminium présent dans de nombreux produits va baisser et connaître une hausse des prix sans pareil.

La Russie fournit 80% des besoin en alumine en France rappelle France Info, une poudre blanche extraite de la bauxite indispensable à la production d'aluminium. Ces coûts supplémentaires vont avoir un impact sur de nombreuses filières: automobile, défense, emballage, bâtiment, aéronautique.

Les sanctions vont aussi affecter la fourniture de métaux comme le nickel, le cuivre,le cobalt, le palladium, de même que les engrais, le bois (la Russie possède le 1/4 des réserves au monde) et la famille des platinoîdes: iridium, ruthénium, rhodium, palladium, osmium, platine au coeur de nombreuses filières de haute technologie.

La tonne d'aluminium a atteint jeudi à 3.691,50 dollars sur le marché londonien des métaux de base (London Metal Exchange, LME), un nouveau sommet historique, quand le nickel a grimpé à 27.815 dollars la tonne, un record depuis 11 ans. (voir )

Au niveau alimentaire, l'impact va être également très fort, la Russie représente 1/4 de la production mondiale des produits de la pêche et dans le domaine des céréales cela va être bien pire. La Russie est le 1er exportateur mondial de blé et l'Ukraine le 5ème et pèsent 30% des ventes. Cela signifie que le monde est à la merci de ces deux pays pour se nourrir sans parler des exportations de maïs, colza et tournesol. On voit donc que les sanctions économiques vont être totalement improductives pour l'économie mondiale et particulièrement pour l'économie européenne.

Alors que l'inflation était déjà importante du fait des émissions monétaires sans contrôle réalisée durant la crise du Covid et que les économies et les banques européennes étaient déjà au bord de la banqueroute de par leurs dettes immenses, les sanctions vont entraîner une hyperinflation et l'aggravation de cette situation déjà très tendue. L'inflation a atteint 5,8% en février dans la zone euro du jamais vu depuis longtemps du fait de la flambée du prix de l'énergie et désormais des produits alimentaires.

Cette situation va surement engendrer une hausse des taux d'intérêts qui conduire à une récession, voire une crise de la dette et probablement à l'explosion de la zone euro. Les ménages français et européens vont subir dans les prochaines semaines une perte de leur pouvoir d'achat jamais vue tout cela parce que l'Europe et les Etats-Unis ont refusé de ne pas étendre leur sphère d'influence en Ukraine. C'est totalement illogique à moins que l'objectif soit de mettre en place un reset de l'économie via le chaos dans les pays occidentaux comme le pensent ou le veulent certains.

P.S: il est à noter que seulement 30 pays ont voté les sanctions contre la Russie soit les pays européens, le Royaume-Uni et les Etats-Unis à l'Assemblée Générale des Nations Unies.

sanction onu russie

 Voir aussi:

https://institutdeslibertes.org/guerre-russie-ukraine-consequences-economiques-et-financieres/

https://www.upr.fr/actualite/ukraine-asselineau-repond-a-macron/

Ukrain on Fire d'Oliver StoneUkrain on Fire d'Oliver Stone

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ-NOUS : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

Notre site a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur du tourisme comme jamais, les internautes doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des sites indépendants offrant des informations de qualité, ce qui est de plus en plus rare. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de tourisme indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal à l'information qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres sites, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce à votre soutien financier, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et publier des informations de qualité. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir une information en toute indépendance et ceci pour de longues années. Chaque contribution, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 10 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

 

 

SONDAGE

La France a le pire déficit commercial de l'UE. Pensez-vous que l'export devrait être une priorité du gouvernement?

NEWSLETTER


S'inscrire à la newsletter de Business Traveler France
Aller en haut