Partagez cet article :

Les plages du Golfe d'Orosei sont parmi les plus belles du monde. Hors saison, on peut même y jouer aux Robinsons, car la plupart des plages ne sont accessibles qu'à pied ou en bateau.

Vous avez déjà entendu parler de la Costa Smeralda au nord-est de la Sardaigne avec ses millionnaires, ses yachts démesurés et ses plages aux couleurs des Caraïbes.

Si vous préférez une ambiance plus paisible, mais un décor digne d'un film en panoramique, le Golfe d'Orosei est peut-être la prochaine destination de vos vacances.

Le Golfe a pris le nom de la petite ville d'Orosei, à son extrémité nord, un ancien port pisan, décimé par les pirates et les maladies qui renait de ses cendres grâce aux touristes.

On peut y musarder dans le centre historique relativement préservé avec ses églises blanches et ses maisons blanchies à la chaux: qu'il fait bon s'attarder pour prendre un verre dans la jolie place aux allures tropicales au pied de la cathédrale di San Giacomo.

En sortant de la ville, on découvre l'immense carrière de marbre à ciel ouvert qui mord le flanc des montagnes: c'est elle qui a permis à la ville de connaître des années de boom économique.

Aujourd'hui, l'on peut y commander des colonnes, des bustes pour quelques centaines d'euros, pour le plus grand plaisir des amateurs!

La route plonge dans l'azur du Golfe d'Orosei

Après une demi-heure de route et un éventuel arrêt à Dorgali réputée pour son artisanat, la route plonge le long des falaises des monts Gennargentu vers une mer à l'azur irréel (il existe une autre route encore plus impressionnante pour se rendre au petit port de Cala Golone mais elle est mal indiquée: en conduisant sur celle-ci on a presque l'impression de plonger dans la mer à chaque virage!).

Le village de pêcheurs de Cala Gonone a su garder son charme malgré les hordes de touristes qui en font leur base l'été venu pour explorer les criques secrètes du Golfe d'Orosei: mieux vaut venir hors saison pour savourer son ambiance paisible.

Pour rejoindre les plages du Golfe, il n'y a que deux solutions: la marche ou le bateau.

De nombreuses escouades de bateaux publics font la navette vers les plages, mais l'on peut aussi louer l'un des nombreux zodiacs à disposition sur le port (ou des yachts en fonction de son budget).

cala-luna-oroseiFlagrances de Myrtes...

Les balades à pied sont une bonne occasion d'admirer les panoramas exceptionnels de la côte tout en profitant des saveurs odorantes du maquis: myrtes, lavandes, thym...

Le sentier qui part de Cala Fuili, aux eaux émeraudes, vers la grotte Blue Marino est accessible même aux non sportifs (1H30 A/R): l'arrivée aux grottes demande un peu d'effort tout de même!

Une corde permet de descendre un rocher à pic, suivi d'un escalier époustouflant à flanc de collines.

...grottes sous-marines

La grotte a été l'un des derniers abris du phoque moine devenu malheureusement rarissime dans les eaux de la Méditerranée, même si on l'a aperçu récemment dans les eaux du Golfe réputées parmi les plus pures de la Grande Bleue.

Le fracas du ressac, la pénombre et l'isolement font qu'hors saison on pourrait presque se croire transporté aux temps préhistoriques, là où les premiers hommes ont gravé quelques dessins encore visibles aujourd'hui.

Après l'on peut poursuivre la balade vers Cala Luna à l'ambiance tout aussi sauvage hors saison, avec ses grandes grottes, ses murs d'escalades et ses eaux transparentes comme de l'eau de roche.

On dit que cette plage a été baptisé en l'honneur de son sable qui aurait le soir venu, la même couleur que la lueur de la Lune.

Cala Goloritze: l'une des rares plages classées par l'UNESCO

cala-goloritze-oroseiPlus loin le long du Golfe s'égrènent des plages toutes plus belles les unes que les autres comme Cala Sisine, Cala Biriola, Cala Mariolu ou Cala Goloritze, cette dernière étant classée au patrimoine mondial de l'humanité tellement elle est belle (elle est inaccessible en bateau).

Pour ceux qui n'aiment pas les plages, cette région méconnue cache également bien des trésors: elle recèle l'âme de la Sardaigne avec le site préhistorique de Tiscali (qui a donné son nom à l'opérateur Tiscali, origine de la fortune du plus riche milliardaire de l'île), le grand canyon européen Gola Su Gorrupu ou les étendues sauvages de l'Alopian del Golgo: à noter pour les randonneurs que le Selvaggio Blu est un peu l'équivalent du GR20 en Corse (le parcours de 45km se fait en 7 jours environ).

Ici la beauté se cache à chaque détour de sentier et c'est peut-être pour cela que l'île de la Sardaigne compte un record de centenaire: tout ici est beau et bon.

On oublie vite ce monde matérialiste pour plonger comme les centenaires vers le bonheur: 

Nel blu dipinto di blu, felice di stare lassu...

INFORMATIONS PRATIQUES GOLFE D'OROSEI:

Le golfe d'Orosei est accessible depuis l'aéroport d'Olbia à une centaine de kilomètres au nord ou depuis celui de Cagliari où volent de nombreuses compagnies low-cost.

Des ferries relient également Olbia à Marseille si vous souhaitez emmener votre véhicule.


HOTELS A CALA GONONE:

- Hôtel Villa Gustui Maris: L'hôtel offre une vue exceptionnelle sur le Golfe depuis la piscine ou les chambres. Un excellent rapport qualité-prix.

- Hôtel Blu Marino sur le port est plus central. Son restaurant panoramique au dernier étage vaut le coup d'oeil (tarifs un peu plus élevés qu'ailleurs) ainsi que son bar design face au port qui a des allures de lounge à la Miami avec ses banquettes blanches et sa musique branchée.

RESTAURATION:

On trouve d'excellents restaurants de fruits de mer ou de cuisine traditionnelle le long de long du front de mer, le Lungomare: on y mange quasiment sur la plage, bercé par le bruit du ressac.

Le matin ou en fin d'après-midi, les criques du Golfe se parent de toutes les teintes de bleu: aigue-marine, azur, cyan, cobalt, indigo, marine, turquoise, saphir...

Les spécialités de ne manquent pas: sanglier, thon et espadons en saison, gnochettis sardi (petites pâtes dures en forme de coquillage), le pane carasu (de fines tranches de pâte à pain délicieuses, un peu comme le pain hindou), le porceddu (cochon de lait cuit sur un lit de feuilles de myrtes), capretto, agneaux et chevreaux a carraglu (viande cuite dans un trou et recouverte de myrte) fromage pecorino (le plus réputé d'Italie), des délicieux raviolis maisons et des vins sardes qui sont souvent très bons.

De nombreux agriturismo proposent des menus rustiques mais avec de bons ingrédients dans l'arrière-pays (assez chers néanmoins autour de 30 euros).

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
  

NEWSLETTER

Cet article, ce site vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...


REPORTAGES EUROPE

NEWSLETTER

Cet article, ce site vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...

SONDAGE

Avez-vous déjà acheté un billet en classe économique premium ?
Aller en haut
Vols en promo, cliquez ci-dessous: