Partagez cet article :

La grève se durçit : Air France prévoit d'opérer environ 40% de ses vols mardi 15 et mercredi 16 septembre contre 48% lundi. La grève pourrait compromettre le retour aux profits de la compagnie cette année...

air-france-b777

 

La grève des pilotes d'Air France se poursuit ce jour. AIr France prévoit 60% des vols annulés mardi et mercredi contre 52% lundi.

La Fédération Nationale de l'Aviation Marchande a vivement critiqué la grève des pilotes d'Air France en estimant qu'elle porte «un grave préjudice à la compagnie Air France, aux aéroports desservis et aux clients».

«Alors que la part du pavillon français recule chaque année, la profession ne peut pas rester indifférente à la situation d’une entreprise française qui dans un environnement concurrentiel déséquilibré propose un vrai plan de développement avec à la clef des emplois et une stratégie de reconquête» a expliqué la FNAM.

La FNAM a indiqué qu'en raison d’une règlementation existante (le CAC – Code de l’Aviation Civile) et des accords d’entreprise qui en découlent, «les pilotes français volent environ 20% à 25% de moins que leurs homologues européens, voire à 35% quand il s’agit de compagnies lowcost. Les pilotes des compagnies françaises volent environ entre 550 et 650 heures par an contre 700 à 750 heures pour les compagnies classiques européennes (de type Lufthansa, British Airways) voire 800 à 850 heures pour les compagnies type lowcost (easyJet, Ryanair).»

La FNAM estime que ce nouveau mouvement social «va gravement compromettre les efforts de redressement et susciter l’incompréhension général» et a rappelé que «depuis 12 ans, le pavillon français ne cesse de perdre des parts de marché et subit un déficit de compétitivité du fait de prélèvements fiscaux et sociaux lourds qui contribuent à asphyxier économiquement le secteur.»

10 à 15 millions de pertes par jour...

Cette grève pourrait durer jusqu'au 22 septembre et remettre en cause le retour aux bénéfices d'Air France-KLM.

Le président directeur général d'Air France, Frédéric Gagey, a indiqué que cette grève ferait perdre 10 à 15 millions d'euros par jour à la compagnie.

Air France recommande à ses passagers dont le vol est annulé de ne pas se rendre à l'aéroport et «de reporter leur voyage ou de changer leur billet sans frais» pour ses clients ayant réservé un vol entre le 15 et le 22 septembre

Les passagers dont le vol est annulé peuvent demander le remboursement du billet, bénéficier d'un avoir valable un an sur Air France /KLM ou profiter d'un report du voyage au-delà du 30 septembre 2014, avec un changement de destination ou de point d'origine.

Les voyageurs peuvent se renseigner sur le statut des sur le site Air France via le lien: http://www.airfrance.fr/cgi-bin/AF/FR/fr/local/resainfovol/infovols/actualiteDesVols.do

Une grève est-elle bien raisonnable à l'heure où Air France tente de devenir plus compétitive?

L'objectif des deux syndicats est de convaincre la direction de fixer un même niveau de rémunération pour les pilotes quelle que soit la compagnie et de leur garantir un contrat Air France.

Air France veut en effet créer Transavia Europe en sus de de Transavia France et Pays-Bas dans le cadre de son plan Perform 2020 afin de se développer sur le marché low-cost et de redevenir rentable sur le marché court/moyen-courrier.

Une issue à la crise entre la direction et les pilotes aurait pu être de négocier le nombre de recrutements plutôt que la préservation des avantages acquis alors que de nombreux jeunes pilotes attendent aujourd'hui à la sortie de l'ENAC, Air France ayant gelé ces recrutements ces dernières années.

«Plus de 300 pilotes attendent à la sortie de l'ENAC que les postes s'ouvrent chez Air France» nous a confié un pilote instructeur à l'aédrome de Toussus le Noble» (voir cet article sur Slate.fr : http://www.slate.fr/story/77550/pilotes-ligne-precarite.

Car du fait de la pression concurrentielle des low-costs (et du refus des pilotes de s'adapter à ce nouvel état de fait), Air France n'embauche plus de pilotes. 

La préservation des avantages acquis est-elle aujourd'hui une lutte utilie alors que la survie de la compagnie et des emplois est en jeu à moyen terme ? Air France ne peut pas perdre éternellement de l'argent sur son activité court/moyen-courrier...

Face à la concurrence des low-cost transeuropéennes comme Easyjet, Ryanair ou Vueling, Air France n'a qu'une solution : se développer à l'échelle de l'Europe ou abandonner à terme de nombreux vols court-courriers du fait des différences de coûts avec ses concurrents.

Au final la compagnie et les pilotes ont les mêmes intérêts…la survie de l'activité et de l'emploi à long-terme.

Pour le moment cette grève profite surtout aux concurrents d'Air France à l'image d'Easyjet qui va proposer 1000 sièges en plus entre Paris, Toulouse et Nice jusqu'à jeudi.

De son côté, la SNCF a annoncé l'ajout de 10500 places supplémentaires sur son réseau TGV :  4500 sièges en sus sont commercialisés sur le réseau TGV Atlantique et 6000 sièges sur le réseau sud-est.

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CREER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

NEWSLETTER

Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...

Aller en haut

S'inscrire à notre Newsletter: