Partagez cet article :
Une hôtesse avec un masque de la compagnie aérienne United

L'Association du transport aérien international (IATA) a déclaré qu'elle soutenait le port de masques faciaux mais qu'elle s'opposait aux mesures de distanciation sociale à bord, alors que les compagnies aériennes réfléchissent à la manière de rétablir la confiance des passagers...

«Le port de masques par les passagers et l'équipage réduira le risque déjà faible, tout en évitant les augmentations dramatiques des coûts pour le transport aérien qu'entraîneraient les mesures de distanciation sociale à bord», a déclaré la IATA dans un communiqué publié sur son site Internet.

Cette déclaration intervient alors qu'un nombre croissant de compagnies aériennes ont répondu à la crise du coronavirus en exigeant des masques pour les passagers et l'équipage, ainsi qu'en déployant des mesures de distanciation sociale telles que le blocage des sièges intermédiaires lors de la réservation ner la propagation de la maladie.

De grands transporteurs comme Emirates, United, American Airlines et Japan Airlines ont tous bloqué des sièges intermédiaires sur tout ou partie de leurs vols. Certaines compagnies aériennes ont également été critiquées récemment pour avoir renoncé aux mesures de distanciation sociale à bord, comme la compagnie aérienne irlandaise Aer Lingus qui a fait l'objet d'un examen minutieux pour avoir effectué un vol de Belfast à Londres sans distanciation sociale.

Le risque de transmission du virus est faible dans un avion même sans masque

L'IATA a déclaré que le risque de transmission du virus dans un avion était faible «même sans mesures spéciales».

Selon la IATA cela est dû au fait que les passagers ne sont face à dos avec des interactions face à face limitées. Par ailleurs, les avions sont équipés de filtres à air à haute efficacité (HEPA) qui assurent une «circulation d'air frais» et qui filtrent l'air des virus et bactéries et les sièges constituent une barrière pour la personne de devant.

La IATA a également déclaré que le flux d'air du plafond au sol réduit davantage le potentiel de transmission vers l'avant.

«L'environnement de la cabine rend naturellement la transmission des virus difficile pour diverses raisons», a déclaré Alexandre de Juniac, directeur général et PDG de l'IATA.

«Le dépistage, la couverture du visage et les masques font partie des nombreuses séries de mesures que nous recommandons. Cependant, laisser le siège du milieu vide ne l'est pas », a-t-il ajouté.

Laisser un siège libre couterait bien trop cher

La compagnie aérienne mondiale a déclaré que laisser les sièges du milieu vides marquerait la fin des voyages bon marché.

«Les compagnies aériennes se battent pour leur survie. L'élimination du siège du milieu augmenterait les coûts. Si cela peut être compensé par des tarifs plus élevés, l'ère des voyages abordables prendrait fin. Par ailleurs, si les compagnies aériennes ne peuvent pas récupérer les coûts avec des tarifs plus élevés, les compagnies aériennes feront faillite », a déclaré Juniac.

Il a ajouté que ceux qui dans sur les avions feraient «changer fondamentalement» l'économie de l'aviation car les compagnies aériennes devraient vendre moins de sièges à des coûts plus élevés. La IATA a déclaré que «les tarifs aériens devraient augmenter considérablement - entre 33% et 58% selon la région - juste pour atteindre le seuil de rentabilité» si des mesures de distanciation sociale étaient prises.

La IATA propose également d'autres mesures de sécurité en plus des masques faciaux, y compris la prise température, la limitation des mouvements dans la cabine, un nettoyage fréquent et plus approfondi de la cabine et une «restauration simplifiée» qui réduit les mouvements de l'équipage et l'interaction avec les passagers. Il a ajouté que les tests Covid-19 et les passeports d'immunité pourraient également être inclus comme mesures de sécurité.

«L'industrie aéronautique travaille avec les gouvernements pour reprendre les vol lorsque cela pourra être fait en toute sécurité. Les preuves suggèrent que le risque de transmission à bord des avions est faible. Et nous prendrons des mesures, telles que le port de couvre-visages par les passagers et de masques par l'équipage, pour ajouter des couches de protection supplémentaires », a déclaré Juniac.

Des compagnies aériennes telles que United, American Airlines et Singapore Airlines ont déjà exigé que les agents de bord portent des masques.

Récemment, Air France et KLM ont annoncé que les passagers devront porter des masques faciaux à compter du 11 mai. Il reste une lueuru d'espoir pour l'aérien.

Seul espoir pour l'aérien : que l'épidémie soit saisonnière et qu'elle disparaisse avec l'été

De grands professeurs avaient indiqué au début de l'épidémie que celle-ci pourrait être saisonnière comme de nombreuses épidémies. Le Professeur Didier Raoult à Marseille a indiqué tout récemment qu'il pensait également que l'épidémie serait saisonnière. Si cela s'avérait vrai, le secteur aérien pourrait retrouver le chemin de la croissance plus rapidement que prévu...

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ NOS JOURNALISTES : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

La presse a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur de la presse comme jamais, les lecteurs doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des journaux indépendants présentant des informations de qualité. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de presse indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal au journalisme qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres magazines, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce au soutien financier des lecteurs, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et donner encore plus la parole aux lecteurs. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir un journalisme de qualité ouvert et indépendant et ceci pour de longues années. Chaque contribution des lecteurs, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 8 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

Aller en haut

S'inscrire à notre Newsletter: