Partagez cet article :

langesohn-3montres.jpgAu plus profond de la campagne allemande se trouve une petite ville avec une grande réputation. Glashütte, avec une population de 2500 habitants, réside au coeur de l'Allemagne, près de la République tchèque. C'est une ville réputée pour son industrie horlogère de luxe.



Les visiteurs arrivant à l'aéroport de Dresde sont assaillis par d'énormes bannières publicitaires vantant des montres haut de gamme, et c'est là le secret de Glashütte : cette petite ville discrète est en fait un véritable géant de l'horlogerie. Elle abrite plusieurs marques de luxe dont Lange & Söhne, détenue par le groupe basé en Suisse Richemont, ainsi que des marques telles que IWC, Panerai et Baume & Mercier.

L'histoire improbable de l'arrivée de Glashütte à cette position avant-gardiste est étroitement liée au passé de Lange & Söhne. La compagnie a construit et développé des montres  tout au long des 16 dernières années, ce qui la fait ressembler à une simple marque parmi tant d'autres dans l'histoire de l'horlogerie - une apparence trompeuse. Lange & Söhne fabrique des montres de poche depuis 1864, grâce à un homme du nom de Ferdinand Adolf Lange. Après avoir appris le commerce de l'horlogerie, Lange a fait la promesse de changer le destin d'un petit village de l'Allemagne rurale : Glashütte. En 1843, il a contracté un prêt afin de former 15 jeunes habitants défavorisés à la fabrication de montres. Aujourd'hui, un tel projet ferait l'objet d'un documentaire télévisé.

La légende de Lange se perpétue aujourd'hui dans les écoles d'horlogerie, où les jeunes de la ville apprennent ce métier exercé par leurs parents et leurs grands-parents avant eux. Ils commencent directement à l'école où ils passent trois ans à développer leurs compétences de base. Lange & Söhne possède sa propre école, dont les 23 élèves travailleront plus tard pour la marque. Un porte-parole m'a parlé d'une amusante rumeur au sein de l'entreprise : "posez une aiguille au centre de Glashütte, et vous pouvez être sûr que tous les employés se trouveront dans un rayon de 30 kilomètres".

langesohn-tourbographe.jpg

Des montres qui se méritent!

Avec seulement quelques milliers de montres produites chaque année et des prix allant de 6100 € à plus de 100 000 €, Lange & Söhne est l'une des branches les plus luxueuses du portfolio haut de gamme de Richemont. La petite échelle de production fait que les clients doivent prendre leur mal en patience : la plupart des montres demandent un temps d'attente variant de 18 mois à deux ans. Exemple extrême, l'attente pour la nouvelle édition limitée "Tourbograph Pour le Mérite" peut aller jusqu'à quatre ans. Seuls douze exemplaires de ces précieux intruments peuvent être réalisés chaque année. En effet, leur assemblage n'a été confié qu'à un seul et même horloger.

Mais les gens sont-ils prêts à attendre aussi longtemps et à payer aussi cher pour une simple montre. De toute évidence, la réponse est oui, puisque les 101 exemplaires déjà sortis sont partis comme des petits pains. Pour la plus grande fierté de l'entreprise, qui a fait face à un nombre impressionnant de complications (comme l'introduction dans ses montres de fonctions autres que celle de donner l'heure), dont le développement d'un tourbillon (un mouvement compensatoire des effets de la gravité sur la montre) ou encore d'un chronographe à rattrapante (sorte de chronomètre sophistiqué). Quant à la mise en relief, il s'agit d'un dispositif de transmission fusée-chaîne. Pour tous ceux qui ne sont pas très calés en horlogerie, il s'agit d'une pièce de micro-équipement d'une technique époustouflante et qui améliore grandement la précision d'une montre.

Des montres artisanales à la précision époustouflante

Pour comprendre ce que ces montres ont de si particulier - et pourquoi l'attente vaut le coup - j'ai eu l'honneur d'avoir un bref aperçu de l'intérieur de l'usine Lange & Söhne. Le mot "usine" ne semble d'ailleurs guère approprié pour décrire le calme règnant dans les cinq laboratoires modernes dans lesquels les pièces minuscules sont créées, polies, gravées et assemblées. Tout est réalisé à petite échelle mais par des instruments démesurément disproportionnés. Les machines ronronnantes qui produisent la plaque constituant l'épine dorsale de chaque montre ne réalisent que  20 plaques par lot. Et le contrôle de la qualité ajoute à cela un nouveau travail de précision - dans une pièce voisine, une machine laser balaye les plaques à 1/1000ème de millimètre près pour vérifier les dimensions de chaque lot. Le processus doit être si précis que la machine a été placée sur une base de granit avec un coussin d'air de sorte qu'aucun tremblement - dû aux camions passant sur la route - ne vienne troubler la trajectoire du faisceau.

lange--shne-usine.jpgPour pénétrer dans Lange 1, le bâtiment où sont assemblés et polis les composants, nous devons revêtir une blouse blanche afin de protéger les montres de la poussière, ainsi que des chaussons spéciaux visant à éliminer tout corps étranger possible. Là, sur le sol de l'usine baigné de lumière naturelle, le personnel (des femmes pour la plupart) gère les tâches de polissage, de pré-assemblage, de test et d'assemblage.


Tout au long de leur réalisation, les montres passent de main en main. "Artisanat traditionnel" ne signifie pas, comme j'ai pu le croire naïvement, que chaque montre est créée de bout en bout par un vieil homme dans un atelier piteux avec des outils faits à la main. Toutefois, il existe certaines similitudes. Les outils ne sont peut-être pas faits à la main, ils sont néanmoins faits sur mesure par la société, qui produit ses propres instruments afin d'assurer une finition parfaite sur chaque élément de la montre. Et il serait impossible pour un même ouvrier de réaliser une montre du début à la fin. Chaque complication - du calendrier perpétuel au chronographe - a son propre département, dont le personnel se doit d'être hautement qualifié. Plus technique est la tâche, plus longue est la formation suivant la période initiale de trois ans à l'école d'horlogerie. Une fois que chaque montre a été assemblée et testée, elle est à nouveau démontée afin de subir les toutes dernières finitions.

langesohn-tourbillon.jpgNous sommes conduits à l'école d'horlogerie Lange & Söhne, où nous pouvons espionner, tout de blanc vêtus, les adolescents se concentrer à travers leurs loupes. S'ils sont assis ici aujourd'hui, c'est grâce à l'arrière-petit-fils de Ferdinand Adolf Lange, Walter Lange, qui a lutté pour maintenir l'entreprise en vie. Après avoir eu l'audace de résister aux bombardements tout au long de la Seconde Guerre mondiale, le bâtiment principal a été rasé par les bombes russes quelques heures à peine avant la fin de la guerre, en 1945.

Lange n'a rien pu faire lorsque son entreprise a été saisie par le régime communiste lors de la chute du rideau de fer en 1948, brisant les ambitions et le gagne-pain de milliers d'Allemands de l'Est. Lange & Söhne a alors été fusionné en un seul et même collectif national, et Lange a été forcé de s'exiler.

Il a attendu son heure durant quatre décennies. Enfin, l'Allemagne a été réunifiée et Lange a saisi sa chance. 1990 a marqué la chute du Mur de Berlin et le retour de Lange & Söhne. Mais à cause d'étranges règles bureaucratiques, Lange a été obligé de racheter les bâtiments qui lui avaient autrefois appartenu de plein droit.

Depuis lors, on peut dire que la société a su rattraper le temps perdu. En l'espace de 16 années, elle s'est constitué une collection de 23 mouvements (différents modèles d'intérieurs de montres) intégrés dans son vaste catalogue de modèles. Aujourd'hui, plus de 400 employés travaillent dans ses cinq fabriques, et des équipements derniers cris sont prévus pour 2009.

lange--shne-machine.jpgMais si la présence d'une touche personnelle restait à prouver, c'est en visitant le service de gravure que nous avons pu en avoir le coeur net. Chaque membre du personnel possède son propre style de gravure. L'un des membres de notre groupe a remis son modèle de Lange 1 au graveur en service qui s'est penché dessus durant quelques secondes, avant de déclarer que le responsable de l'ouvrage était son collègue, "Herr Petermann". Malheureusement, Herr Petermann, alors absent, n'a pu rencontrer l'heureux propriétaire de son oeuvre. Mais en ces jours de production de masse et d'automatisation, être capable de localiser avec précision l'homme qui s'est appliqué à graver votre montre tient du conte de fées.

Les montres :

Toutes les créations Lange & Söhne sont des montres mécaniques dotées d'un cadran en argent massif et cristal de saphir, d'aiguilles en or ou en acier bleui, et d'un étui soit en or 18 carats, soit en platine. Le modèle le plus connu est le Lange 1, qui est commercialisé à partir de 17 200 € et possède un étui de 38,5 mm ainsi qu'un indicateur de réserve d'énergie. La montre est également disponible avec un deuxième fuseau horaire pour 24 000 €.

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
  

NEWSLETTER

Cet article, ce site vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...


Aller en haut