Partagez cet article :

Caché dans les Dolomites italiennes, loin des pentes alpines vues et revues de Courchevel et de Chamonix, se trouve un village de montagne que bien peu semblent connaître : San Cassiano. Non loin du célèbre domaine skiable de Sella Ronda et doté de restaurants étoilés Michelin en quantité, l'endroit devrait être rempli d'Européens aisés en tenue de ski design le jour et de scintillants manteaux de fourrure la nuit. Pourtant, bien qu'il ne se situe qu'à un pic ou deux du très sophistiqué resort italien de Cortina - théâtre des Jeux olympiques d'hiver de 1965 et toile de fond du James Bond "Rien que pour vos yeux" - le village est loin d'accueillir la même clientèle.

sancassiano-altabadia.jpgSan Cassiano peut vous offrir tous les hôtels de luxes, les vastes pistes de ski, la meilleure gastronomie et les spas de classe mondiale que vous êtes en droit d'attendre d'une station de ski cosmopolite et haut de gamme. Ce qu'il n'a pas, en revanche, ce sont les hordes de touristes branchés. Avec cinq autres villages, San Cassiano forme l'Alta Badia (photo de gauche), une station de ski avec 1200 km de pistes, mais le village en lui-même ne compte que 700 habitants et possède une paisible atmosphère de village que les étrangers n'ont jusqu'ici pas réussi à diluer.

Cela signifie que les entreprises locales - et qui le sont restées - sont détenues par les mêmes familles depuis plusieurs générations. Mais la vie ici n'a pas toujours été facile. San Cassiano se trouve dans le Tyrol du Sud, qui a autrefois appartenu à l'Autriche et qui est aujourd'hui une région autonome de l'Italie avec sa propre langue : le ladino. Les enfants grandissent en parlant couramment trois langues - allemand, ladino et italien. Lors de la Seconde Guerre mondiale, un pacte entre Hitler et Mussolini a imposé à la population locale un choix difficile : rester chez soi et accepter l'italianisation de la région, ou bien quitter les lieux. Ceux qui ont choisi de rester sont très fiers de leur héritage ladino.

sancassiano-dolomites.jpgCe sens caractéristique de l'identité va de pair avec une toile de fond tout aussi caractéristique : les pics dentelés des Dolomites italiennes (photo de droite) sont sensiblement différentes de celles, plus familières, du paysage alpin, et tous les jours le soleil de l'après-midi donne à la montagne une teinte rosée - comme embarrassée par sa belle allure.

Le plus luxueux endroit pour profiter de ce paysage est sans conteste le Relais & Châteaux Hôtel & Spa Rosa Alpina, situé dans l'un des bâtiments les plus vieux de San Cassiano. D'abord maison de curé en 1850, il a ensuite été dirigé par trois générations successives de Pizzinini, famille ladino avec de fortes connexions locales (le grand-père du propriétaire actuel Hugo Pizzinini a été chargé de la construction du premier remonte-pente du village).

Cet hôtel de charme est rustique et accueillant, avec des poutres en bois et des feux de cheminée ronronnants. Ses 47 chambres et 15 suites sont spacieuses, intelligemment meublées d'une ou deux antiquités soigneusement choisies et décorées de bois, de marbre et de fresques murales.

sancassiano-hubertus.jpgLe fameux St Hubertus, restaurant de l'hôtel, est étoilé Michelin. Spécialisé en cuisine diététique, il fait usages d'ingrédients locaux. Un dîner coûte en moyenne 98 € et les spécialités de l'endroit comptent entre autres un agneau élevé dans les pâturages de la vallée de Badia accompagné de haricots et d'une terrine de pomme de terre, ou encore une truite pochée dans un bouillon à base de plantes de montagne avec pommes de terre et purée de ciboulette. Les groupes peuvent goûter un excellent menu dégustation servi dans la salle à manger séparée avec vue sur la cuisine. Les plats comprennent un risotto avec pommes et esturgeon mariné, un filet de rouget avec son caviar d'aubergine servi dans un coeur d'artichaut et un filet de boeuf poché dans une huile d'olive vierge extra servi avec une purée de truffes. Les vins locaux sont très recommandés pour accompagner ce repas.

sancassiano-michil.jpgLe Rosa Alpina propose également le très décontracté Wine Bar & Grill, qui sert steaks, pizzas et autres plats copieux (autour de 40 € le repas), et le Fondue Stube qui, pour 35 €, sert une fondue au fromage et, pour 48 €, une fondue à la viande - les fondues constituent une option conviviale et délicieuse pour un groupe de convives.
Si vous avez la possibilité de sortir de l'hôtel, ne manquez pas d'aller dîner au La Stüa de Michil (photo de gauche), autre restaurant étoilé Michelin à l'hôtel La Perla dans le village voisin de Corvara. En plus d'une cuisine sublime, le restaurant possède une cave à vin à faire pâlir les plus fervents amateurs de la boisson - l'une des meilleures d'Italie, que vous pouvez visiter avant le dîner (après, vous risquez de ne pas pouvoir vous déplacer jusque là).

De retour à San Cassiano, un bon endroit pour déjeuner est le restaurant La Terrazza, à l'hôtel Ciasa Salares. Son produit phare est un délicieux antipasto comprenant poivron rôti, thon mariné, pâté d'olives et saumon, à déguster avec du pain croustillant.

sancassiano-terrazza.jpgLa Terrazza est l'endroit idéal pour faire une pause après une expérience de ski un peu inhabituelle : le Lagazuoi ski tour. Après avoir emprunté le téléphérique de Lagazuoi, vous pouvez descendre la piste d'Armentarola, superbe piste intermédiaire de 7,2 km bordée de forêts. Du départ à l'arrivée, la piste enregistre une différence d'altitude de 1130 mètres. Il est important de prendre de la vitesse dans le dernier tronçon, car la pente s'adoucit et conduit au camping de Sass Dlacia, où des chevaux peuvent vous ramener à la remontée mécanique afin de faire un deuxième tour. Les skieurs se mettent en file indienne et se tiennent à une longue corde attachée à une voiture tirée par des chevaux. Plus paisible, cette promenade permet de profiter un peu du paysage (tout en gardant un oeil sur les éventuels crottins de cheval). La Terrazza est à cinq minutes de marche de là.

Les pistes de cette zone sont caractérisées par des tronçons plats, ce qui peut se révéler assez frustrant - bien que parcourir ces sections laborieuses en se heurtant aux autres skieurs puisse aider à brûler les calories accumulées lors du copieux déjeuner. Dans la montagne tout comme dans le village, quelques bonnes surprises raviront les gourmets. A Piz La Villa, le restaurant Club Moritzino est spécialisé dans les fruits de mer, un concept étrange quand on sait que les Dolomites sont situées loin de l'océan, mais qui semble bien marcher. Dîner ici coûte dans les 50 €, la salade de fruits de mer géante ainsi que les pâtes au crabe sont délicieuses. Une option moins coûteuse, toujours à La Villa, est Rifugio Bioch Hütte, qui sert des plats chauds comme des soupes et des pâtes.

Si les pentes enneigées vous semblent trop tentantes dans la matinée, vous pouvez, à l'heure du déjeuner, consacrer quelques heures à la visite du spa de l'hôtel avant de dévaler les pistes - et vous ne serez pas le seul. Rassurez-vous en vous disant que c'est la manière de faire "à l'italienne". Après tout, cette cuisine délicieuse n'a pas été inventée pour être avalée en cinq minutes avant de retourner travailler.

sancassiano-sellaronda.jpgIl y a ici beaucoup à faire pour occuper les skieurs fanatiques, comme par exemple le célèbre tourbillon de Sella Ronda, dont les pistes se ramifient autour de San Cassiano. Avec 23 km de pistes et 14 km de remontée, la Sella Ronda est décrite par Where to Ski et Snowboard 2006 comme "un classique mondial des circuits intermédiaires", même si là encore, il y a quelques tronçons un peu plats. Ne manquez pas le glacier de la Marmolada, où vous pourrez faire une promenade en téléphérique jusqu'au sommet avant de redescendre en ski tout en profitant des vues magnifiques (les files d'attente pour le téléphérique peuvent être longues). Le forfait de ski Dolomiti donne l'accès à pas moins de 450 remontées mécaniques - assez pour culpabiliser si vous passez des heures à déjeuner.

Le paisible spa de Rosa Alpina (photo ci-dessous) est le bienvenu après une journée sur les pistes. Le spa offre 11 salles de soin, un sauna finlandais, un hammam et un solarium, ainsi qu'une salle de gym et une piscine. J'ai testé le soin énergétique du visage de 55 minutes (130 €) qui a eu pour effet de purifier et d'hydrater ma peau en profondeur, suivi d'un massage du cou et des épaules. Le spa est géré par Daniela Steiner, mariée à l'ancien propriétaire de l'hôtel Paulo Pizzini. L'entreprise s'est étendue en installant des hôtels spas à St Moritz, Zermatt, Monte Carlo, Le Caire et Sharm el Sheikh.

 

sancassiano-sparosa.jpg



On notera que les visiteurs italiens sont particulièrement favorisés à San Cassiano, ce qui n'est pas sans rappeler que cette station n'est pas la plus accessible - y compris par avion. Mais elle vaut le coup.

 



INFOS PRATIQUES

Skier à San Cassiano :

Pour plus d'informations sur Alta Badia, visitez ALTA BADIA ou téléphonez au +39 471 836176. Des détails sur le forfait de ski sont disponibles sur DOLOMITE : ule forfait pour une durée de six jours coûte de 171 € à 194 €, selon la saison, et donne l'accès à 450 remontées mécaniques. La location ski est disponible auprès de Break Out Sport (BREAK OUT). La location pour six jours coûte de 65 € à 110 €, selon le modèle. La location d'après-ski pour six jours coûte 34 €.



Où dormir :

Une chambre en hiver au Relais & Châteaux Hôtel & Spa Rosa Alpina coûte à partir de 200 € la nuit. Tel 39 0471 849500, ROSA. L'hôtel est ouvert de décembre à avril et de juin à septembre. Hôtel Ciasa Salares : CIASA ; hôtel La Perla : LA PERLA.



Y aller :

L'aéroport d'Innsbruck est à 150 km de San Cassiano. Pour 230 €, l'hôtel Rosa Alpina peut organiser un transfert en taxi aller simple pour deux personnes. Une autre option consiste à atterrir à l'aéroport de Vérone et continuer en train jusqu'à Brunico, la gare la plus proche, à 38 km, à Alta Badia et à San Cassiano. De là, il est possible d'organiser un transfert en taxi. Pour connaître la liste des entreprises de taxi, visitez ALTA BADIA.

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
  

NEWSLETTER

Cet article, ce site vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...

REPORTAGES EUROPE

NEWSLETTER

Cet article, ce site vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre la privatisation d'Aéroports de Paris?
Aller en haut