Partagez cet article :
Les liens sponsorisés des concurents de Google

Du fait de la pression de l’Union Européenne, Google va effectuer des changements à ses résultats de recherche présentés sous la forme de boites…

L’Union Européenne a décidé de poursuivre les pratiques de Google dans le domaine des voyages et notamment le fait que le moteur de recherche présente ses propres liens sponsorisés avec des tarifs vers des hôtels ou des vols…

Une lettre rédigée par  34 concurrents de Google dont Hometogo, TripAdvisor, Expedia, eDreams a été envoyée récemment à la Commissaire Européenne Margrethe Vestager pour critiquer le positionnement des liens sponsorisés de Google.

« Nous voyons de fortes indications d’une stratégie concurrentielle de Google pour nous affaiblir et nous réduire à des fournisseurs de contenus pour la «boutique exclusive» des nouveaux produits de Google.

En parlant des boites incluant les liens sponsorisés au début des recherches, les 34 sociétés indiquent : « un tel classement et affichage favorable garantit au service de Google plus d'attention et de clics de la part des utilisateurs que n'importe quel service concurrent, même s'ils sont plus pertinents pour la requête de recherche de l'utilisateur».

L’un des signataires de cette lettre a envoyé une plainte de 67 pages à la Commission Européenne.

L’Union Européenne a imposé une amende de 2,4 milliards de dollars à Google pour mise en avant abusive de ces liens sponsorisés et le moteur de recherche a fait appel.

Une décision quant à cette procédure en appel doit avoir lieu cette semaine au Luxembourg.

Pour répondre à ces critiques Google a mis en place un carrousel de liens vers les sites concurrents au dessus de ses liens sponsorisés (voir photo en introduction)

Ces liens présentent cependant bien moins d’informations que ceux de Google (prix, localisations) et redirigent uniquement vers la recherche correspondante chez un concurrent.

Google cherche ainsi à montrer qu’il présente des alternatives à ses liens sponsorisés afin d'éviter de futures poursuites.

Les amendes un constat d'échec pour l'Europe qui n'a pas de Baidu comme en Chine ou de Yandex comme en Russie

Au final, il est intéressant de montrer que l’Union Européenne se place sur le mode administratif : donner des amendes pour taxer une société hyper dynamique, est d’une certaine manière un constat d’échec.

Cela montre que l’Europe contrairement à la Chine n’a pas été capable de créer un moteur de recherche concurrent à celui de Google. On se demande alors quelle est son utilité car le but de l’Europe ne doit pas être de taxer des sociétés qui la dominent mais de créer des géants mondiaux qui lui sont propres. Au contraire ces dernières années, de nombreux géants européens ont été rachetés ou ont fait faillite.

Le projet européen actuel dirigé par des bureaucrates est voué à l’échec si rien n’est fait pour repositionner l’Europe sur le leadership technologique et économique.

Pour le moment l'Europe est la risée des acteurs high-tech et a montré qu'elle ne sait pas faire ce pour quoi les européens ont voté pour elle : les rendre plus forts et les protéger.

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ NOS JOURNALISTES : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

La presse a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur de la presse comme jamais, les lecteurs doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des journaux indépendants présentant des informations de qualité. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de presse indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal au journalisme qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres magazines, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce au soutien financier des lecteurs, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et donner encore plus la parole aux lecteurs. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir un journalisme de qualité ouvert et indépendant et ceci pour de longues années. Chaque contribution des lecteurs, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 8 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

Aller en haut

S'inscrire à notre Newsletter: