Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr.

Cookies

BusinessTravel.fr et ses partenaires utilisent des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur, réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services ou des publicités ciblées et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux.

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr.

Partagez cet article :

La baisse du fonds de solidarité pouvait se justifier si l’activité reprenait. Or avec la poussée du variant Delta en Europe et la mise en place du pass sanitaire en France, la baisse des aides et la stagnation des revenus risque de pousser de nombreuses entreprises du tourisme vers la faillite…

Le montant du fonds de solidarité a été considérablement revu à la baisse depuis le mois de juin 2021 pour les secteurs S1 et S1bis correspondant aux activités liées au tourisme.

Le montant de l’aide pour les entreprises dont le chiffre d'affaires a connu une forte chute a été abaissé considérablement.

Auparavant les entreprises pouvaient recevoir la totalité du chiffre d’affaires perdu jusqu'à 10000 euros en cas de forte baisse des revenus ( plus de 50%) ce qui paraissait logique. Ainsi une entreprise réalisant 10000 euros mensuel en 2019 et 1000 seulement en 2021 pouvait se voir rembourser de 9000 euros.

Depuis juin l’aide ne correspond plus qu’à une limite de 20% maximum de l'ancien chiffre d’affaires : la chute des aides est considérable pour les entreprises fortement touchée par la crise. Au lieu de toucher 9000 euros, une entreprise du tourisme ayant perdu 90% de son CA ne touche plus que 2000 euros soit seulement 20% maximum de l'ancien chiffres d'affaires, autant dire que les faillites risquent d’être nombreuses à la rentrée. Laurent Menanteau le vice-président de l’association des Agences de voyages Mandataires s’en est d’ailleurs plaint dans la presse en estimant dans Tourmag « que le gouvernement doit revenir immédiatement sur son mode de calcul ».

Le pass sanitaire va aggraver la situation de nombreuses entreprises du tourisme

Cette baisse du fonds de solidarité passe mal alors que justement le pass sanitaire dégrade fortement les espoirs de reprise. L'Etat met en place une mesure qui aggrave la situation mais ne fait rien mais baisse les aides au secteur : ce qui est illogique.

Ainsi 70% des hôtels indépendants devraient être fermés en août à Paris. La Fédération des éditeurs de films a annoncé une perte de fréquentation de -70% depuis la mise en place du pass sanitaire dans les lieux cultures. Le président du syndicat national des espaces des loisirs, d'attractions et culturels estime la chute de fréquentation des parcs de -20% à -50% voire -70% pour certains.

Les salles de sport font face à un taux de résiliation jamais vu et l’ambiance est morose dans les musées. Le président de l’UMIH Ile-de-France estime que le pass sanitaire est « incompréhensible » et que le chiffre d’affaires pour les hôtels devrait baisser de -30% selon Franck Delvau de l’UMIH Paris Ile-de-France. Les campings vont également perdre des clients et les agences de voyage pointent une baisse des réservations.

Le pass sanitaire obligatoire pour les touristes étrangers va faire perdre des parts de marché à la France en août

A cela s’ajoute le fait que les touristes étrangers vont devoir également avoir un pass sanitaire à partir du 9 août comme l'indique le Nouvel Observateur ce qui va freiner considérablement la demande de voyages vers la France alors que de nombreux pays européens n’appliquent pas le pass. Plutôt que d’aller en France, les touristes préféreront se rendre en Croatie, en Espagne (ou très peu de régions appliquent un pass) ou même en Italie où le pass sanitaire est bien plus souple qu’en France. La France risque donc de perdre d’importantes parts de marché cet été avec le pass sanitaire.

Les règles changeantes et la poussée du variant Delta n'incitent pas à voyager

Parallèlement les français sont en toute logique plus réticents à partir à l’étranger alors que les règles de voyage ne cessent de changer et que le variant Delta change la donne. Ainsi pour un retour d’Espagne il faut désormais un test de moins de 24H contre 48H auparavant. Comment faire pour s’organiser en 24H si le test est positif? Changer ainsi les règles est juste non applicable en situation réelle. Imaginons un touriste rentrant d’Espagne et qui doit faire un test 24h avant de passer la frontière : doit-il réserver un hôtel pour le soir au cas où le test soit positif? que fait-il si le test est positif et qu’il n’a pas réservé d’hôtel et que tous les lieux sont complets dans son site touristique? 24H c’est vraiment très peu pour réserver une chambre.

De plus, les confinements décidés aux Antilles et à la Réunion vont encore aggraver la situation alors que les agences de voyages françaises sont à la peine. On estime que leur activité seront en baisse de 50% par rapport à 2019 indique Les Echos.

Au vu de la situation, le monde du tourisme ne comprend pas pourquoi le fonds de solidarité a été revu si fortement à la baisse...

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ-NOUS : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

Notre site a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur du tourisme comme jamais, les internautes doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des sites indépendants offrant des informations de qualité, ce qui est de plus en plus rare. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de tourisme indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal à l'information qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres sites, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce à votre soutien financier, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et publier des informations de qualité. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir une information en toute indépendance et ceci pour de longues années. Chaque contribution, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 10 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

Aller en haut

Recevez notre Newsletter !