Partagez cet article :

atelier-a2

Alors que la tapisserie d’Aubusson a été classée au patrimoine mondial de l'UNESCO en 2009, de jeunes créateurs tentent de faire revivre cet art traditionnel en lui inssouflant un joyeux renouveau.

« Les origines de la tapisserie d’Aubusson sont incertaines. Certains auteurs disent qu'elle doit son origine à des Sarrasins qui se se seraient installés sur les rives de la Creuse apreès leur défaite à Poitiers en 732 », introduit Monsieur Emmanuel GERARD, directeur de la Cité nternationale de la Tapisserie et de l’Art Tissé d’Aubusson.

D'autres pensent que Louis 1er de Bourbon aurait incité des tapissiers flamands à venir s'installer dans la Creuse: le mystère reste entier.

Les lissiers créèrent d'abord des tapisseries à verdures au XVIème siècle avant de s'intéresser aux scènes chasse (chasse à la licorne, au loup, au lion, au sanglier, au cerf) ou aux scènes religieuses.

Aubusson, en suivant l'exemple de sa voisine Felletin, petite ville de la haute vallée de la Creuse qui accueillit les premiers ateliers de la région, devint la capitale mondiale de la tapisserie. La laine des moutons de la région fut naturellement utilisée comme support pour la tapisserie.

Le savoir-faire des lissiers a permis de diffuser, au fil des siècles, une immense collection dont le centre est à Aubusson mais dont les éléments sont épars dans le monde entier.

À titre d’exemples, les tapisseries les plus grandes au monde, qui ornent la cathédrale de Coventry, l’opéra de Sydney et des aéroports en Arabie, ont toutes été tissées à Aubusson ou Felletin. Le siège de l’UNESCO à Paris, le paquebot France, le Kremlin, et de nombreux autres lieux aussi prestigieux sont ou ont été également ornés de tapisseries d’Aubusson.

L’artisanat de la tapisserie a connu un important renouveau artistique au milieu du XXe siècle, sous l’impulsion de Jean Lurçat (1892-1966), avant d’entrer vers 1980 dans une période de déclin.

Le classement de la tapisserie d'Aubusson au patrimoine immatériel de l'UNESCO en 2009 va-t-il permettre de faire revivre ce secteur?

Aujourd’hui, la tapisserie la plus célèbre d’Aubusson reste La Dame à la licorne, découverte au Château de Boussac, l'un des plus beaux et majestueux édifices de la Creuse: vous ne la verrez cependant pas au château car elle est exposée au musée de Clunny à Paris.

Le château de Boussac a connu une histoire mouvementée: il a été construit au XIIe siècle, ruiné lors de la Guerre de Cent Ans, rebâti, fortifié puis embelli, avant d’être mis à mal lors de la Révolution.

Devenu sous-préfecture, gendarmerie, annexe du champ de foire où auraient été parqués les cochons, le château a été sauvé de la ruine en 1965 et restauré avec un gout rare par ses actuels propriétaires.

chambre-georges-sand« George Sand y a séjourné à plusieurs reprises (voir sa chambre ci-contre) et y a situé une partie du roman champêtre Jeanne. C'est elle qui a découvert la célèbre tapisserie de la Dame à la Licorne » nous informe son actuel propriétaire, Bernadette Blondeau.

Aujourd'hui, une nouvelle génération s'emploie à faire renaitre la flamme de la tapisserie d'Aubusson.

« La tapisserie a toujours été un art contemporain dans chacune des époques au cours de ses 500 d'existence et elle inspire toujours autant de jeunes artistes » explique Emmanuel Gérard, directeur de la Cité internationale de la Tapisserie de l’Art Tissé..

bangbangcowboy-logo

Il suffit d’entrée dans l’atelier de tissage A2 pour s’en rendre compte.

France-Odile Perrin Crinière, la fondatrice de cet atelier prestigieux, aime associer la tapisserie au granit, au cuir, ou à d’autres matériaux tout aussi nobles.

L’atelier forme aussi des « stagiaires » lissiers, pour initier et perpétuer cet art.

Riche de sa notoriété grandissante, la ville attire aussi d’autres créateurs comme ceux de l’atelier « Bang Bang Factory » qui s’essaie notamment à la transformation de matières recyclables en mobilier ou objets usuels: ils fabriquent par exemple des tabourets en carton aux assises en laine tapissière.

La tapisserie d'Aubusson, bientôt dans les foires d'art contemporain?

peau-de-licorneAfin de promouvoir ces nouveaux talents, le Fonds régional pour la création de tapisseries contemporaines a organisé en 2010 un appel à projet, remporté par Nicolas BUFFE et son œuvre « Peau de Licorne » (en phoo ci-contre).

L'oeuvre a été dévoilée au public le 13 octobre dernier.

Ce jeune créateur a choisi de revisiter le théme de la licorne chère à l’histoire de la tapisserie européenne (« La chasse à la licorne » du Metropolitan Museum à New-York, « La Dame à la licorne » du Musée national du Moyen-âge à Paris) en « tuant le mythe » et en imaginant une œuvre décalé: la licorne a été tuée, on utilise sa peau comme dépouille, comme tapis.

« J’ai eu envie de tuer ce symbole encore fort de la tapisserie à licorne afin de pouvoir tourner une page, laisser place à un renouveau, au contemporain, avec un jeu sur l’histoire en prenant référence à la culture populaire contemporaine » nous explique l’artiste.

Il mêle alors dans son œuvre, l'histoire de la gravure occidentale, le vocabulaire décoratif du siècle de Louis XIV et la culture du cartoon, du manga et du jeu vidéo.

« Ce projet m'a également permis d'associer deux savoir-faire célèbres du Limousin : la tapisserie d’Aubusson, et la porcelaine de Limoges avec le CRAFT (Centre de Recherche des Arts du Feu et de la Terre), deux mondes qui n’avaient curieusement jusqu'à présent, jamais vraiment collaboré ensemble ».

« Ce premier concours international marque la renaissance d’Aubusson sur le marché de l’art et des galeries de création contemporaine » conclue Emmanuel Gérard.

Informations Pratiques:

La tapisserie « Peau de licorne » de Nicolas Buffe sera exposée dans cette Cité de la Tapisserie d’Aubusson jusqu’au 31 décembre, avant d’entamer une longue période de voyage à travers le monde, en commençant par le Musée de Cluny à Paris, puis le Metropolitan de New-York dés le début 2012.

Pour plus d’information : www.cite-tapisserie.fr

La tapisserie d'Aubusson est une bonne excuse pour découvrir le département bucolique de la Creuse.

Pour un déjeuner gastronomique au bord d’une piscine, businesstravel.fr vous conseille notamment le Restaurant de l’hôtel de Nougier.

Le restaurant est fermé tous les lundis, sauf le soir en juillet/août, dimanche soir de septembre à juin, mardi midi (fermeture annuelle: fin novembre à mi-mars). L'accueil est  agréable et les plats de bonne facture. Réservation au 05-55-65-07-72. www.hotelnougier.fr

Pour une nuit paisible au coin d’une cheminée dans une chambre de caractère, la rédaction vous recommande l’Auberge le Saint Léobon à Grand Bourg qui offre l’accès gratuit à internet. L’hôtel est ouvert toute l’année. Réservation au 05-55-80-87-22

Durant votre séjour ne manquez pas de visiter le Château de Boussac, magnifiquement restauré par sa propriétaire Madame BLONDEAU, amoureuse et passionnée de ce lieux historique depuis sa première visite.

C'est le Maréchal Jean 1er De Brosse, compagnon de Jeanne d'Arc qui l'a construit vers 1400, et c’est dans ses greniers que furent découvertes les tapisseries de la Dame à la Licorne.

Georges Sand y séjourna à de nombreuses reprises. C’est ici qu’elle a écrit « Journal d’un voyageur pendant la guerre » et y a situé son roman « Jeanne ». Elle a dit un jour en parlant du château: « Boussac ne peut pas laisser indifférent par la diversité de ses époques ».

Le château est ouvert au public et organise chaque été des expositions temporaires, des plus grands artistes de la tapisserie contemporaine, en complément de la visite normale. Ouvert tous les jours de 9h à 12h et de 14h à 17h.30 de Pâques à fin septembre ; les autres mois il est nécessaire d'appeler avant votre visite pour prendre un rendez vous au 05 55 65 07 62.

  
NE MANQUEZ AUCUNE INFORMATION : JE M'ABONNE A LA NEWSLETTER!
DISCUTEZ DE CET ARTICLE, DONNEZ VOTRE AVIS, DONNEZ-NOUS UNE INFORMATION: CREEZ UN SUJET DANS LE FORUM
Aller en haut