Vous aimez notre site? : FAITES UN DON OU ABONNEZ-VOUS

Le Chili lève toutes les restrictions Covid

Le Chili lève toutes les restrictions Covid

 Le Chili a levé toutes exigences liées au Covid pour les voyageurs alors que l’OMS ne considère plus le Covid comme une urgence sanitaire mondiale. Selon le directeur de l’OMS le Covid aurait fait 20 millions de morts. Une étude publiée aux Etats-Unis remet en cause le mode de traitement des malades durant le Covid notamment le peu de recours aux antibiotiques pour les infections secondaires…

Le Ministère de la santé chilien a publié un communiqué le 10 mai assurant que désormais les voyageurs n’auraient plus à effectuer de test PCR pour entrer dans le pays ou à montrer un certificat de vaccination. Les voyageurs n’auront également plus à subir de test de dépistage aléatoire à l’arrivée.

Cette décision du Chili fait suite à la décision de l’OMS de ne plus considérer le Covid comme une urgence sanitaire mondiale. Selon Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l’OMS, le Covid aurait fait au moins 20 millions de morts soit 3 fois plus que le bilan officiel précédent de l’OMS qui n’était que de 7 millions de morts au 3 mai.

Aujourd’hui de nouvelles informations apparaissent sur comment auraient du être traités les malades pour éviter les morts. Selon le Vidal, le Haut Conseil de la Santé Publique « chez un patient présentant des symptômes rattachés à une COVID-19 confirmée, en dehors de la présence d'un autre foyer infectieux » en estimant « que les co-infections bactériennes n’atteignaient que 14% en cours d’hospitalisation » et en reconnaissant tout de même des co-infections fongiques non négligeables.

Des scientifiques de la Northwestern University Feinberg School of Medicine remettent en cause ces faits. Ils « ont découvert que la pneumonie bactérienne secondaire qui ne se résout pas était un facteur clé de décès chez les patients atteints de COVID-19. Il peut même dépasser les taux de mortalité dus à l'infection virale elle-même ».

« Notre étude souligne l'importance de prévenir, de rechercher et de traiter de manière agressive la pneumonie bactérienne secondaire chez les patients gravement malades atteints de pneumonie sévère, y compris ceux atteints de COVID-19 », a déclaré l'auteur principal, le Dr Benjamin Singer, professeur agrégé de médecine à la Northwestern University Feinberg School of Medicine et  médecin de soins pulmonaires et intensifs de Northwestern Medicine.

Contrairement à ce que note le Vidal et l’HSCP en France des infections bactériennes secondaires n'étaient pas rares selon ce professeur.

« Les directeurs de l'étude ont découvert que « près de la moitié des patients atteints de COVID-19 ont développé une pneumonie bactérienne associée à la ventilation ».

« Ceux qui ont été guéris de leur pneumonie secondaire étaient susceptibles de vivre, tandis que ceux dont la pneumonie n'a pas été résolue étaient plus susceptibles de mourir », a déclaré Singer. « Nos données suggèrent que la mortalité liée au virus lui-même était relativement faible, mais d'autres choses qui se sont produits pendant le séjour aux soins intensifs, comme la pneumonie bactérienne secondaire, compensaient cela ».

L'étude a analysé 585 patients de l' Unité de Soins Intensif (USI) du Northwestern Memorial Hospital atteints de pneumonie grave et d'insuffisance respiratoire, dont 190 avaient le COVID-19.


SONDAGE
Pour réduire le déficit public de l'Etat faut-il :
Newsletter
S'inscrire à la newsletter