Etes-vous pour ou contre la suppression du port du masque dans les transports?

Vous aimez notre site? : FAITES UN DON.OU ABONNEZ-VOUS

Cookies

BusinessTravel.fr et ses partenaires utilisent des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur, réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services ou des publicités ciblées et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux.

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr ou Abonnez-vous!

Partagez cet article :

La France n'imposera plus de tests pour les touristes vaccinés hors UE. Une demi mesure alors que les vaccins protègent très peu des infections avec le variant Omicron...

Le secteur du tourisme se plaint depuis des mois des restrictions de voyage qui ont généré la faillite du marché du tourisme international.

Dans une lettre adressée aux Ministres des Transports – M. Jean-Baptiste Djebbari – et du Tourisme – M. Jean-Baptiste Lemoyne – la FNAM (Fédération Nationale de l’Aviation et de ses Métiers avait demandé la suppression des tests pour les voyageurs venant en France.

Plsu de 12 personnes se sont associées à cette lettre dont Jean-Pierre Sauvage, Président du BAR France
, Bertrand d’Yvoire, Président de l’EBAA France, Jean-Pierre Mas, Président des Entreprises du Voyage,Alain Battisti, Président de la FNAM, Pierre Bourlot, Délégué Général du GIFAS, Rafael Schvartzman, Vice-Président Europe IATA, Jean-François Dominiak, Président du SCARA, René-Marc Chikli, Président du SETO, Thomas Juin, Président de l’UAF&FA, Anne Rigail, Directrice Générale d’Air France, Marc Rochet, Président d’Air Caraïbes et de French Bee et Pascal de Izaguirre, Président de Corsair

Le gouvernement a répondu en partie à sa demande en supprimant l'obligation de test pour les voyageurs vaccinés hors UE.

Pourquoi des tests pour les non vaccinés?

Il reste qu'on ne comprend pas pourquoi les autres voyageurs non vaccinés restent soumis aux tests. En effet, le président de Pfizer Albert Bourla, a même reconnu que deux doses de vaccin offrent « une protection très limitée voire pas de protection » contre les contaminations. Pfizer travaille d'ailleurs à une nouvelle version de son vaccin ciblant le variant Omicron.

De plus on voit que l'épidémie n'a pas été contrôlée en France avec les vaccins alors que le pays a battu des records de contaminations en janvier avec plus de 500000 cas par jour soit 0,7% de la population française contaminée quotidiennement un record absolu depuis le début de la pandémie.

Une étude revue par des pairs sur le Lancet assure que les restrictions sont peu utiles dans les pays avec de nombreux cas comme en France

Le tourisme ne repartira réellement que lorsque toutes ces mesures inutiles seront levées soit le rétablissement de la liberté de circuler sans autre passe ou certificat.

Le rapport, préparé pour l'Association du transport aérien international (IATA) et le Conseil international des aéroports (ACI Europe) par Oxera et Edge Health, a révélé que les restrictions de test imposées par l'Italie et la Finlande en décembre 2021 à tous les voyageurs aériens entrants « n'ont eu aucune différence notable pour la transmission des cas Omicron dans ces pays ».

Le rapport ajout que ces restrictions, en particulier les limitations à la libre circulation des personnes, « entraînaient plutôt des difficultés économiques importantes et inutiles » pour les secteurs du voyage et du tourisme et « l'ensemble de l'économie européenne » (voir notre article les restrictions de voyage de l'UE ont eu peu d'impact).

Une autre étude publiée dans le journal médical The Lancet a prouvé que les restrictions de voyage sont utiles au début d'une épidémie mais peu utiles après.

« Ces résultats suggèrent que des restrictions de voyage strictes et non ciblées dans de nombreux pays ne sont pas justifiées. Dans certaines situations, cependant, elles sont utiles, par exemple là où le trafic international est important ou bien l’incidence globale est très faible. Cela vaut également pour les pays qui sont sur le point de connaître une croissance exponentielle, mais pas pour ceux où le virus se propage déjà rapidement » explique Mark Jit, professeur à la London School of Hygiene and Tropical Medicine, qui a dirigé l’étude. « Il est peu probable que les mesures soient efficaces lorsque le virus se propage déjà rapidement dans un pays ».

Or avec 500000 cas par jour on ne voit pas de quoi la France veut se protéger en testant les touristes étrangers. Il s'agit d'une vaste blague...

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ-NOUS : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

Notre site a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur du tourisme comme jamais, les internautes doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des sites indépendants offrant des informations de qualité, ce qui est de plus en plus rare. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de tourisme indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal à l'information qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres sites, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce à votre soutien financier, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et publier des informations de qualité. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir une information en toute indépendance et ceci pour de longues années. Chaque contribution, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 10 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

 

 

Aller en haut