Partagez cet article :

La maison mère de British Airways, International Airlines Group (IAG), a déclaré que les deux jours de grève des pilotes en septembre ont coûté 136 millions d’euros (121 millions de Livres sterling).

IAG a également annoncé la révision de son objectif de résultat opérationnel pour l'exercice 2019 complet : elle prévoit une diminution du résultat avant éléments exceptionnels de 215 millions d'euros pour l'année en cours.

En 2018, la société a annoncé un bénéfice avant impôts de 3,2 milliards d'euros (2,8 milliards de livres sterling), en hausse de 9,5% par rapport à l'année précédente.

Une grève des pilotes a eu lieu les 9 et 10 septembre, perturbant des milliers de passagers.

Une deuxième grève prévue pour le 27 septembre a été annulée, bien que BA ait déjà commencé les annulations et les réservations des vols à ce moment-là.

La compagnie aérienne a annulé 4521 vols mais en a reprogrammé 2196, entraînant un total de 2325 annulations.

Cette grève arrivait au mauvais moment alors que British Airways clôturait des mois d’événements et de promotions pour marquer son centenaire, notamment quatre avions peints avec une livrée rétro.

La BALPA (British Airline Pilots Association), le syndicat qui a appelé à la grève, a déclaré la semaine dernière avoir annoncé l'arrêt de la deuxième grève «avant que le conflit ne dégénère et que la marque subisse un préjudice irréparable».

Il a ajouté que si BA refusait «de nouvelles négociations significatives», elle annoncerait de nouvelles dates.

IAG a déclaré dans un communiqué aujourd'hui : «il n'y a plus eu de discussions entre British Airways et BALPA. L’offre de BA qui prévoit une augmentation de 11,5% de la rémunération sur trois ans est toujours valable et a été acceptée par les autres syndicats de British Airways, qui représentent 90% de ses employés. Il est clair que toute action industrielle ultérieure aura également un impact sur le bénéfice d'exploitation d'IAG pour l'exercice 2019.»

IAG a déclaré que ses bénéfices pour une année complète seraient également affectés par la perturbation provoquée par la menace de grève des employés d'Heathrow, qui lui coûterait 33 millions d’euros (29 millions de £), et par la «tendance des réservations» sur les marchés low-cost notamment chez Vueling et Level.

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : CLIQUEZ ICI POUR CREER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

NEWSLETTER

Cet article, ce site vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...

 

Aller en haut