Partagez cet article :

Ooty est une halte reposante et rafraichissante dans l'état du Tamil Nadu. La ville est réputée pour ses paysages et ses plantations de thé...

Je me suis réveillé d'un sommeil profond au crépuscule et j'ai regardé à travers la fenêtre de la voiture, en réalisant que nous étions en haut dans les collines bleues du Tamil Nadu à environ 2 240 mètres d'altitude. Je pouvais voir au loin les toits jaunes, verts, rouges et marrons des maisons accrochées aux montagnes et entourées de pâturages vert foncé.

L'arôme du thé s'est infiltré dans mes narines pendant que nous conduisions au milieu des plantations dans lesquelles se trouvait une usine de traitement du thé.

J'ai repéré des femmes en train de cueillir avec soin des feuilles de thé et de les placer dans de grands paniers de jute montés sur le dos : de nombreux emplois de la région dépendent de l’industrie du thé.

Comme nous approchions de l’hôtel Savoy (gateway.tajhotels.com) situé à une altitude plus élevée, il semblait y avoir comme un silence apaisant dans l'air.

Nous avons été accueillis avec du thé au miel chaud et parfumé, riche en saveur, et de la pâte de vermillon placée entre nos sourcils.

Cette propriété de Taj Hotels Resorts Safari a été construite entre 1834 et 1865.

À ce jour, ses cottages dégagent un charme colonial ancien : ils sont équipés d’une cheminée qui est allumée en soirée.

Nous avons décidé de prendre notre buffet du déjeuner au Dining Hall, le seul restaurant de la propriété, avant de partir.

Notre chauffeur et guide touristique, un résident d’Ooty, nous a conduit avec plaisir autour de la station selon un itinéraire qu’il avait conçu.

Notre premier arrêt, fut les jardins Government Botanical Garden (ouvert tous les jours de 6h30 à 18h30, frais d'entrée de 30 ₹, téléphone: +91 423 2442545, Vannarapettai) que nous avons pu explorer par nous-mêmes.

Ils ressemblent à un labyrinthe. Malgré cela, il s’est avéré extrêmement relaxant et apaisant pour moi. Au plus profond du "labyrinthe" on trouve une serre avec des fleurs, des herbes et des plantes exotiques du monde entier. Il n'est pas étonnant que l'air soit marqué par des effluves de parfums floraux.

Cette terre était autrefois utilisée pour cultiver des légumes et des fruits, principalement pour les colons de la région.

C'était dans les années 1840 quand Ooty ou Ootacamund, comme on l'appelait avant l'indépendance, était sous la domination du Raj britannique.

En fait, Ooty est toujours connue pour ses produits à l'échelle nationale, qui sont souvent appelés légumes et fruits «anglais», et sont vendus tous les jours au marché municipal d'Ooty.

Aujourd'hui, le jardin est un lieu touristique populaire fréquenté par des familles en vacances, des bambins joueurs et de jeunes couples.

Le jardin est divisé en six sections : jardin inférieur, nouveau jardin, jardin italien (plantes du pays), véranda, terrasse des fontaines et jardin des plantes .

J’ai adoré la carte de l’Inde composée de minuscules fougères. Elle a immédiatement suscité des sentiments de fierté et de patriotisme en moi. Une création intelligente, chaque état étant composé de fougères d’origine.

L'arrêt suivant était situé à proximité du jardin.

Le pic Doddabetta ou «grande montagne» est connu pour être la plus haute des collines Nilgiri (Blue Hills). C'est une longue promenade du parking à l'observatoire ou au point de vue au sommet du pic.

Vous pourriez succomber à la gourmandise face aux vendeurs d’arachides fraîches grillées aux épices. J’ai salivé à leur vue et quelques minutes plus tard, je me suis retrouvé à me gaver de cette collation…

Un vent froid soufflait dans ma direction alors que je déployais mon pashmina autour de moi.

L'air devenait frais soit environ 15 degrés Celsius.

Les femmes de la région, habituées aux températures, brandissaient leurs écharpes colorées, leurs bonnets de singe et leurs chandails faits main, dans l'espoir de faire une vente . Nous avons suivis une foule de touristes qui se frayaient un chemin à travers des conifères, des eucalyptus, des pins et des chênes, jusqu’au pic Doddabetta (ouvert tous les jours de 7h à 18h, frais d'entrée de 10 €, route Ooty-Kotagiri) et l'observatoire en verre. Je ne pouvais pas m’arrêter de regarder cette vue d'Ooty à couper le souffle. La brume donnait un charme rêveur à l’endroit.

Les minuscules maisons colorées au loin ressemblaient étrangement à des pièces de Lego. Elles semblaient disparaître dans le brouillard.

Ce paysage était absolument pittoresque, une vue impossible à retranscrire même avec un appareil photo.
À l'intérieur, l'observatoire de verre grouillait de monde. Chacun attendait impatiemment son tour pour prendre une photo souvenir.

Il ne fallut pas longtemps avant que je me fraie un chemin vers le télescope. Ces maisons éloignées étaient maintenant clairement en évidence, révélant le mode de vie des habitants dans leur modeste environnement. En regardant de plus près, les pentes de la montagne semblaient se fondre les unes dans les autres.

Notre dernière excursion de la journée fut le Tea Museum et l'usine de thé Dodabetta (ouvert tous les jours de 9h à 18h, prix d'entrée de 10 ₹, téléphone: +91 094434 18000, teamuseumindia.com).

C'est un bon endroit pour en apprendre plus sur le thé : comment le boire…et sa fabrication depuis la plantation jusqu’à son emballage l'emballage.

Alors que le tourisme est l'une de ses principales sources de revenus de la ville, le musée et l'usine exportent également du thé vers toutes les régions du globe.

Après avoir acheté nos billets, nous avons lu des informations sur l'histoire du thé au musée.

Ensuite, nous nous sommes rassemblés devant l'usine où nous avons été divisés en petits groupes, chacun avec un guide touristique.

La visite de 30 minutes nous a entrainé à travers les différentes étapes du traitement des feuilles de thé. Au premier niveau, il y avait de grands bacs où les feuilles de thé étaient stockées avant d'être coupées, tordues et enroulées. Après cela, les feuilles sont aérées sur une surface plane.

À un moment de la visite, notre guide a pris l'une des feuilles sèches dans sa main et une feuille de thé vert dans l'autre. Il a expliqué comment le contact avec l'oxygène a changé la couleur originale de la feuille du vert au cuivre. Quand il les a passés pour que nous puissions regarder de plus près, j'ai pris une bouffée des deux feuilles. La feuille verte avait une odeur piquante, alors que la feuille cuivré avait un doux parfum avec des notes fruitées. Ensuite, nous sommes montés au deuxième étage.

Ici, nous avons appris comment les différentes saveurs sont infusées dans le thé. En ce qui concerne les amateurs de chocolat comme moi, j'ai été heureux de découvrir du thé au chocolat.

Le magasin de thé a été la dernière étape de notre visite. Parmi les nombreuses tasses mises à disposition des visiteurs, j'ai choisi la tasse de thé au chocolat. La saveur de chocolat était plus forte que celle des feuilles de thé et a laissé un excellent arrière-goût dans ma bouche. Alors que je faisais la queue pour payer mes boîtes à thé, une publicité pour une chocolaterie a attiré mon attention.

Ce petit magasin pittoresque proposait de nombreux chocolats à la vente : en barres, en poudre, en plaques et ainsi de suite. Mon visage s'est éclairé alors que je sentais l’enfant revenir en moi.

Une vieille dame, vraisemblablement la propriétaire du magasin, m'a offert un morceau de chocolat. Comme elle et moi devions faire face à la barrière de la langue, notre brève interaction s'est transformée en un jeu amusant afin de deviner les saveurs que je goutais. Il ne fallut pas longtemps avant que j’emballé un sac de rochers aux chocolats aux amandes grillées à la maison.

Comme le soleil faisait ses adieux, il était temps de retourner à l'hôtel Savoy.

J'ai pris un bain chaud avant de me rendre à la salle à manger. J'ai amené une chaise près de l'âtre qui éclairait chaleureusement la salle tout en dégustant une assiette de nourriture indienne traditionnelle chaude et épicée : ce qui apaisé ma faim immédiatement.

Après le dîner, l'hôtel avait organisé une soirée de dégustation de café filtré du sud de l'Inde à côté de la cheminée.

J'ai repoussé cette soirée eau lendemain car une excursion en bateau à pédales était tôt le matin.

Il est préférable de visiter avant l'arrivée des foules, pour naviguer autour du lac artificiel d’Ooty (ouvert tous les jours 9h30-17h30, frais d'entrée de 10 ₹ pour les Indiens et ₹ 560 pour les étrangers; +91 423 2443977). Ce lac a été creusé en 1824 par John Sullivan, qui dirigeait alors Coimbatore, une ville située à 100 km d'Ooty.
À l'époque, il était populaire pour la pêche, ce qui n'est plus le cas aujourd’hui. Il est facile de passer quelques heures ici, ne faisant rien d'autre que pagayer autour du lac, alors que des singes curieux lorgnent à travers les branches des denses forêts environnantes. Si vous avez de la chance, vous pourrez même apercevoir un chevreuil égaré sur les rives du lac Ooty.

Durant le reste de la journée j’ai profité de massages ayurvédiques au spa de l'hôtel Savoy, et j’ai flâné dans les jardins luxuriants, de ce lodge du temps des colonies…

SE RENDRE A OOTY:

- en avion depuis la France : Jet Airways propose depuis la fin de l'année dernière de nouveaux vols directs entre Paris et Chennai dans l'état du Tamil Nadu.

Voir le site de JET AIRWAYS.

- vols domestique depuis CHennai : de nombreux vols relient Chennai à l'aéroport de Coimbatore situé à 100 km d'Ooty. De là il est facile de prendre un bus pour se rendre à Ooty.

- en bus/train: 562 km séparent Ooty de Chennai et de nombreux bus et trains relient les deux villes.

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
  

NEWSLETTER

Cet article, ce site vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...


REPORTAGES ASIE

NEWSLETTER

Cet article, ce site vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...

SONDAGE

Avez-vous déjà acheté un billet en classe économique premium ?
Aller en haut