Partagez cet article :
L'aéroport de Toulouse

Le groupe chinois Casil a fait une très bonne affaire en rachetant l’aéroport de Toulouse. Désormais c’est Eiffage qui est aux commandes…

La privatisation de l’aéroprot de Toulouse a été critiqué par de nombreux acteurs dont l’économiste David Cayla opposé également à la privatisation d’aéroports de Paris.

200 millions de plus value en 4 ans pour le groupe chinois Casil

Selon lui le groupe Casil a réalisé environ 200 millions d’euros de plus-value et a empoché en sus environ 30 millions de dividendes en 5 ans.

« En tout cas ce que l'exemple des aéroports montre, mais on avait déjà eu l'exemple des autoroutes, c'est que la privatisation d'entreprises qui sont quasiment en situation de monopole, qui sont des infrastructures stratégiques, ça devrait relever du bien commun et de la gestion à long terme des infrastructures françaises» estime David Cayla dans une interview à France Bleue.

Le rachat de l’aéroport de Toulouse a donc été une très bonne affaire pour le chinois Casil mais moins pour l’Etat.

L’Etat avait vendu 49,99% des parts pour 308 millions en 2015 à Casil et le groupe Casil vient de revendre 4 ans après l’aéroport pour 507 millions à Eiffage soit 199 millions d’euros de plus-value en 4 ans plus 30 millions de dividendes. Pourtant le groupe Casil avait promis un partenariat à long-terme.

Selon David Cayla, « on est là face une forme d'actionnariat prédateur. Finalement Casil, qui n'a aucune expérience dans la gestion aéroportuaire, s'est retrouvé bénéficiaire d'un actif dont il a cherché à tirer le maximum, et dont il se débarrasse une fois que la bête est saignée. C'est clairement un scandale. D'ailleurs la Cour des Comptes l'a relevé. Un certain nombre de personnes ont relevé que des procédures n'avaient pas été respectées au moment de la vente. On voit bien ce qu'il en est : l'actionnariat privé n'a absolument pas investi, il a vidé les caisses en se distribuant lui-même de confortables dividendes, et l'État a été muet puisqu'il a décidé lui-même de ne jamais intervenir dans la gestion de l'aéroport de Toulouse».

La privatisation de l’aéroport de Toulouse avait été encouragée par Emmanuel Macron alors ministre de l’Economie.

La CCI d’Occitane a d’ailleurs précisé à Eiffage qu’elle souhaitait revoir la règle du versement des dividendes et limiter pour les limiter à 50% du résultat net annuel de l’aéroport. Jusqu’à présent l’intégralité du résultat net a été reversé ce qui n’a pas permis que l’aéroport investisse suffisamment. Eiffage étant un groupe de BTP, ce nouvel actionnaire devrait sans doute favoriser les investissements dans l’aéroport.

Néanmoins la 3ème ligne de métro de Toulouse ne devrait pas être connectée à l’aéroport et c’est plutôt une navette express qui a été choisie pour relier l’aéroport au centre-ville.

Tout n’est pas noir cependant.

Car l'un des co-actionnaires de Casil, China Aircraft Leasing Group (CALC), vient de signer en janvier un protocole d'achat pour 40 A321neo dont 15 provenant d'une précédente commande de 15 A320neo. Les entreprises chinoises investissent donc dans Airbus et une partie de la plus-value sert donc à réaliser des investissements dopant la croissance du fabricant toulousain Airbus. CEtte commande de 5,18 milliards est bien plus importantes que la plus-value réalisée.

China Aircraft Leasing Group (CALC) est par ailleurs un important client d'Airbus avec 252 commandes de la famille d'A320.

Par ailleurs, l’aéroport de Toulouse s’est fortement développé ces dernières années avec notamment le développement de nombreuses compagnies low-costs dont Easyjet, Ryanair ou Volotea.

En septembre 2019, Ryanair a ouvert sa 3ème base en France à l'aéroport de Toulouse et 23 lignes (13nouvelles), reliant Toulouse à Athènes, Brest, Budapest, Dublin, Lille, Luxembourg,Marseille,Oujda, Palerme, Palma, Porto, Tanger et Valence, qui permettront de desservir 1,4 million de clients par an à Toulouse. Ryanair a basé 2 avions à Toulouse.

 En 2018 l’aéroport de Toulouse était le 5ème aéroport le plus fréquenté en France après Roissy, Orly, Nice et Lyon.

L’aéroport a accueilli 9,6 millions de voyageurs en 2018 soi une progression supérieure à celle de Roissy, Orly et Nice mais inférieure à celle de Lyon (+7,4%).

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ NOS JOURNALISTES : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

La presse a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur de la presse comme jamais, les lecteurs doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des journaux indépendants présentant des informations de qualité. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de presse indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal au journalisme qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres magazines, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce au soutien financier des lecteurs, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et donner encore plus la parole aux lecteurs. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir un journalisme de qualité ouvert et indépendant et ceci pour de longues années. Chaque contribution des lecteurs, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 8 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

Aller en haut

S'inscrire à notre Newsletter: