Vous aimez notre site? : FAITES UN DON OU ABONNEZ-VOUS

Air France, IAG, Easyjet, Ryanair, Lufthansa demandent de nouvelles règles

Air France, IAG, Easyjet, Ryanair, Lufthansa ont tenu une conférence de presse à Bruxelles ce jour pour demander de nouvelles règles à la Commission Européenne...

bruxelles 1 ryanair air france lufthansa easyjet iag

Les dirigeants des 5 compagnies se sont réunis ce jour à Bruxelles pour faire du lobbying auprès de la Commission Européenne.

Les compagnies prônent une nouvelle réglementation de l'Europe pour doper la croissance du secteur aérien européen ainsi que les emplois.

Air France, IAG, Easyjet, Ryanair et Lufthansa souhaite avant tout une simplification de la réglementation afin d'améliorer la compétitivité ainsi qu'une baisse des coûts de redevance des aéroports.

Les compagnies ont également réclamé des assurances quant au fait que les aéroports en situation de monopole soient régulés, que l'on s'assure que les passagers profitent des revenus générés par les aéroports et que les dépenses de sécurité (NDLR: qui ont fortement augmenté ces dernières années) soient efficaces.

Enfin, les demandes concernant le ciel européen ont été à nouveau mises en avant : les compagnies réclament la mise en place d'un ciel unique européen via une utlisation plus importante des nouvelles technologies et la modernisation des systèmes de contrôle aérien dans le cadre du programme SESAR.

La question des grèves a également été soulevée : Air France, IAG, Easyjet, Ryanair, Lufthansa souhaiteraient que les éventuelles grèves créent moins de perturbations pour les passagers.

Pour donner plus de poids à leurs requêtes, les compagnies ont montré qu'elles avaient fait d'importants efforts durant ces dernières années.

Selon elles, depuis la libéralisation du ciel européen, les coûts des compagnies aériennes ont baissé de 1 à 2% par an depuis deux décennies.

Elles demandent au nouveau Commissaire Européen des Transports de réduire les coûts dans d'autres secteurs de l'industrie aérienne civile notamment au niveau des aéroports, du contrôle aérien ou vis à vis des taxes récoltées auprès des passagers.

Les compagnies ont également réitéré leur opposition aux aides d'Etat, en tant que principe, autant vis à vis des compagnies aériennes que des aéroports.

Les 5 compagnies ont également décidé d'étudier comment améliorer leur présence commune à Bruxelles afin de mieux faire entendre leurs voix.

Newsletter

S'inscrire à la newsletter de Business Traveler France

SONDAGE

Pour réduire le déficit public de l'Etat faut-il :

LES ARTICLES QUE VOUS AIMEZ