Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr.

Booking.com

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr.

Partagez cet article :

Selon le président d'Accor, la diversification d'Airbnb lui a fait perdre son âme…

 Selon Sébastien Bazin AIrbnb fait face à un grand dilemme alors que la compagnie américaine a décidé de revendre des chambres d'hôtels via sa plateforme, un moyen selon lui de viser l'introduction en bourse.

Selon Sébastien Bazin, Airbnb recherche de nouvelles activités pour se diversifier de son cœur de business.

« Ils ont levé beaucoup d'argent avec une très forte valorisation et ils ont promis l'entrée en bourse de la compagnie. ce qu'ils n'ont pas vu c'est qu'ils avaient une si grande part de marché dans de nombreuses capitales que les maires se sont levés contre eux. Et chaque ville Barcelone, New York, Paris a une législation différente » explique-t-il.

Le problème avec la législation est cette incertitude et cette diversité.

« C'est 30 jours ici, 90 jours là. L'amende à Barcelone au delà de 31 jours est de 600000€, à Paris elle est de 25000. A New York il y a une durée de séjour minimum de 30 jours. Tout cela rend très difficile l'entrée en bourse d'Airbnb alors que vous ne savez pas quelles sont les conséquences de ces aspects législatifs » ajoute-t-il.

« C'est pourquoi Airbnb se lance dans de nouveaux Business : AIrbnb Experiences, Airbnb Trips, Airbnb comme plateforme pour d'autres activités (la distribution de chambres d'hôtes).
Ils veulent se diversifier pour sortir de ces problèmes législatifs. Et ils ont raison. ET ce qu'ils font comme plateforme hôtelière aujourd'hui ne va pas me changer la vie. Le plus grand site de recommandation est Google, c'est pourquoi Trip Advisor est passé d'une capitalisation de 13 milliards à 7 milliards. Si Airbnb est bon pour distribuer des chambres, cela sera un moyen de diversifier son business et c'est pourquoi il le fait ».

 Cependant Sébastien Bazin minore les effets d'Airbnb. En utilisant l'analogie avec Uber à Paris. Il estime qu'Uber a détruit le marché des taxis traditionnels à Paris à son arrivée mais que désormais c'est différent. « Dans les 12 derniers mois les taxis on rebondi. Ils ont baissé leurs prix en offrant un meilleur service et le marché est revenu vers eux ».

De la même manière Sébastien Bazin estime qu'Airbnb a eu un fort impact sur Accor en 2016, moins en 2017 et moins en 2018. Il pense « qu'Airbnb a perdu son âme » en pariant désormais sur les « volumes et plus sur les émoitions ».

« C'est ce que l'on constate avec ces marques sexy. Elles travaillent très bien les 4,, 5, 6 premières années mais elles doivent s'adapter à un nouveau modèle de business. Ils étaient très forts quand l'esprit de leur business était : vous allez rencontrer un habitant. Il vous laissera une bouteille de vin, on vous recommandera un restaurant voisin, son nom est Patrick et il sert de vannes pizzas » ponte-t-il. Maintenant 2/3 du stick d'Airbnb n'est pas un hôte mais un appartement avec service. Pas de vin, pas d'hôte. Ils ont perdu leur âme. Ils voulaient faire du service et pas créer de l'émotion ». C'est d'ailleurs cette logique que nous avions discuté avec le directeur d'Adagio il y a quelques semaines.

accorhotels.com, onefinestay.comairbnb.com

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ-NOUS : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

Notre site a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur du tourisme comme jamais, les internautes doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des sites indépendants offrant des informations de qualité, ce qui est de plus en plus rare. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de tourisme indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal à l'information qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres sites, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce à votre soutien financier, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et publier des informations de qualité. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir une information en toute indépendance et ceci pour de longues années. Chaque contribution, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 10 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

SONDAGE

Etes-vous en faveur d'un passeport vaccinal Covid pour voyager?

NEWSLETTER

Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...

Booking.com
 
Aller en haut

S'inscrire à notre Newsletter: