Partagez cet article :

Selon le président d'Accor, la diversification d'Airbnb lui a fait perdre son âme…

 Selon Sébastien Bazin AIrbnb fait face à un grand dilemme alors que la compagnie américaine a décidé de revendre des chambres d'hôtels via sa plateforme, un moyen selon lui de viser l'introduction en bourse.

Selon Sébastien Bazin, Airbnb recherche de nouvelles activités pour se diversifier de son cœur de business.

« Ils ont levé beaucoup d'argent avec une très forte valorisation et ils ont promis l'entrée en bourse de la compagnie. ce qu'ils n'ont pas vu c'est qu'ils avaient une si grande part de marché dans de nombreuses capitales que les maires se sont levés contre eux. Et chaque ville Barcelone, New York, Paris a une législation différente » explique-t-il.

Le problème avec la législation est cette incertitude et cette diversité.

« C'est 30 jours ici, 90 jours là. L'amende à Barcelone au delà de 31 jours est de 600000€, à Paris elle est de 25000. A New York il y a une durée de séjour minimum de 30 jours. Tout cela rend très difficile l'entrée en bourse d'Airbnb alors que vous ne savez pas quelles sont les conséquences de ces aspects législatifs » ajoute-t-il.

« C'est pourquoi Airbnb se lance dans de nouveaux Business : AIrbnb Experiences, Airbnb Trips, Airbnb comme plateforme pour d'autres activités (la distribution de chambres d'hôtes).
Ils veulent se diversifier pour sortir de ces problèmes législatifs. Et ils ont raison. ET ce qu'ils font comme plateforme hôtelière aujourd'hui ne va pas me changer la vie. Le plus grand site de recommandation est Google, c'est pourquoi Trip Advisor est passé d'une capitalisation de 13 milliards à 7 milliards. Si Airbnb est bon pour distribuer des chambres, cela sera un moyen de diversifier son business et c'est pourquoi il le fait ».

 Cependant Sébastien Bazin minore les effets d'Airbnb. En utilisant l'analogie avec Uber à Paris. Il estime qu'Uber a détruit le marché des taxis traditionnels à Paris à son arrivée mais que désormais c'est différent. « Dans les 12 derniers mois les taxis on rebondi. Ils ont baissé leurs prix en offrant un meilleur service et le marché est revenu vers eux ».

De la même manière Sébastien Bazin estime qu'Airbnb a eu un fort impact sur Accor en 2016, moins en 2017 et moins en 2018. Il pense « qu'Airbnb a perdu son âme » en pariant désormais sur les « volumes et plus sur les émoitions ».

« C'est ce que l'on constate avec ces marques sexy. Elles travaillent très bien les 4,, 5, 6 premières années mais elles doivent s'adapter à un nouveau modèle de business. Ils étaient très forts quand l'esprit de leur business était : vous allez rencontrer un habitant. Il vous laissera une bouteille de vin, on vous recommandera un restaurant voisin, son nom est Patrick et il sert de vannes pizzas » ponte-t-il. Maintenant 2/3 du stick d'Airbnb n'est pas un hôte mais un appartement avec service. Pas de vin, pas d'hôte. Ils ont perdu leur âme. Ils voulaient faire du service et pas créer de l'émotion ». C'est d'ailleurs cette logique que nous avions discuté avec le directeur d'Adagio il y a quelques semaines.

accorhotels.com, onefinestay.comairbnb.com

  
NE MANQUEZ AUCUNE INFORMATION : JE M'ABONNE A LA NEWSLETTER!
DISCUTEZ DE CET ARTICLE, DONNEZ VOTRE AVIS, DONNEZ-NOUS UNE INFORMATION: CREEZ UN SUJET DANS LE FORUM
Aller en haut
Web Analytics