Etes-vous pour ou contre l'interdiction des véhicules thermiques en 2035?

Vous aimez notre site? : FAITES UN DON.OU ABONNEZ-VOUS

Cookies

BusinessTravel.fr et ses partenaires utilisent des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur, réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services ou des publicités ciblées et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux.

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr ou Abonnez-vous!

Partagez cet article :

Alors qu'Airbus était leader sur le marché russe les sanctions ont annulé tous ces efforts. Airbus vient de se racheter en signant un méga contrat avec les compagnies chinoises...

La quête des entreprises européennes est amusante c'est un peu un mythe de Sisyphe : quand elle sont leaders sur un marché les sanctions viennent souvent mettre fin à leur présence comme Total et Peugeot en Iran, Airbus en Russie...

La mise en place des sanctions en Russie va faire mal à Airbus alors que le groupe européen avait réussi à rafler d'importantes parts de marché à Boeing en devenant l'un des fournisseurs privilégiés d'Aeroflot.

Il est possible que cela se reproduise en Chine.

Le Financial Times vient de publier un article indiquant qu'Airbus est proche « de vendre 292 avions aux compagnies chinoises d'une valeur de 37 milliards d'euros ».

Il s'agit du premier achat de la Chine depuis la pandémie de Covid-19. Dans le détail Airbus devrait vendre 100 A320neo à China Eastern Airlines, 64 avions à Air China, 32 avions à sa filiale Shenzhen AIrlines, 96 A320 neo à China Southern. La commande de cette dernière compagnie est à noter alors qu'elle était le plus grand client de Boeing en Chine. Elle avait décidé en mai de supprimer 100 B737 Max de sa flotte.

En toute logique, la Chine a choisi Airbus pour sa flotte de court-courrier alors que les B737 Max ont souffert d'une mauvaise réputation ces dernières années suite aux crashs de deux B737 Max en octobre 2018 et mars 2019.

L'ensemble de la flotte de B737 Max dans le monde a été mise à terre et l'Europe n'a approuvés la remise en service de l'avion qu'en janvier 2021 contre novembre 2020 pour les autorités US.

Cette annonce est plutôt une bonne nouvelle pour le marché aérien alors qu'elle montre que les autorités chinoises croient en une reprise du trafic.

C'est une bonne et une mauvaise nouvelle pour Airbus : une bonne parce qu'elle montre qu'Airbus a su séduire les autorités chinoises avec sa solution technologique, une mauvaise parce que l'on sait que les dirigeants de l'UE sont désormais fortement influencés par les Etats-Unis et que suite à la Russie, la Chine est en ligne de mire et pourrait bien dans l'avenir souffrir, malheureusement, de sanctions comme la Russie.

Dans ce cas tout le travail effectué par Airbus n'aura servi à rien comme pour la Russie. L'avenir le dira.

Rappelons que la situation géopolitique en Ukraine est plus incertaine que jamais et qu'il faudra sans doute attendre la rentrée pour voir les choses s'améliorer ou se détériorer. Espérons que les acteurs en présence, et notamment l'UE qui ne s'est pas impliquée pour appliquer les accords de Minsk, sauront redevenir plus sages...L'hyperinflation menaçante et l'aggravation des tensions font courir un risque important pour l'ensemble du monde.

  
Aller en haut

Vous aimez ce site?

Soutenez-nous via OKPAL OU

ABONNEZ-VOUS