Partagez cet article :

La SNCF, la RATP et les Réseaux Ferrés de France ont indiqué conjointement qu’une approche européenne» méritait «toute l’attention des pouvoirs publics et du groupe, sans se prononcer sur la pertinence de telle ou telle solution concernant l’avenir de l’entreprise».

Selon l’agence de presse Reuters, Siemens proposerait désormais de céder la totalité de ses actifs ferroviaires en échange du rachat de la branche énergie d’Alstom et la constitution d’une co-entreprise dans le domaine de la signalisation.

L’éolien et l’activité nucléaire seraient revendus à Areva.

L’état pourrait par ailleurs monter à hauteur de 10% au capital d’Alstom contre 0,9% aujourd’hui.

Une solution qui permettrait de conserver des activités industrielles stratégiques en Europe.

L'histoire du dépeçage des fleurons industriels français est à mettre en exergue par rapport au cas Alstom.

Patrick Kron, l'actuel président d'Alstom a été membre du Comité exécutif de Pechiney en 1993 puis a dirigé les activités d'emballage alimentaire, hygiène et beauté de Pechiney de 1995 à 1997 tout en assurant les fonctions de Chief Operating Officer d'American National Can Company à Chicago peut-on lire sur Wikipedia.

Pechiney, s'est fait reprendre en 2003 suite à une OPA hostile par Alcan et n'est plus une entreprise française.

En 2011, 51% d'Alcan EP ont été cédés à un fonds d'investissement américain et 10% seulement au fonds souverain français.

Les actionnaires français sont ainsi passés chez Pechiney de la majorité du capital d'une entreprise très rentable et leader mondial à 10% en 10 ans alors que le groupe existait depuis 1855...Une perte nette très importante pour l'économie française.

Mais on pourrait parler d'Arcelor racheté par Mittal, d'Alcatel qui a fusionné avec Lucent, de Peugeot récemment, de Lafarge (une autre entreprise très rentable du CAC 40) rachetée par le Suisse Holcim, de Gemplus (leader des cartes à puce) devenue Gemalto avec une participation française descendue à 8,5% pour le Fonds Stratégique...

La part de l'industrie (hors construction) dans la valeur ajoutée, en France, est passée de 18% en 2000 à un peu plus de 12,5% en 2011 : voir http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20121105trib000729045/les-5-plaies-de-l-industrie-francaise-selon-louis-gallois.html.

Un chiffre est encore plus éloquent : en 1980, les emplois industriels représentaient 26% de l'emploi salarié en France contre 12,6% en 2011.

Entre 2000 et 2010, la part de marché de la France a diminué de 3,5 points, a précisé l'institut de recherche économique en estimant que c'était «le plus fort recul des pays de la zone euro». L'écart entre la France et l'Allemagne s'est ainsi «creusé d'environ 250 milliards d'euros en dix ans, soit 13 % de notre PIB» : voir http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/03/22/20002-20120322ARTFIG00766-la-france-marque-par-la-desindustrialisation.php

«Un pays qui ne consent pas l’effort intellectiel et financier nécessaire pour être dans le train est condamné irrémédiablement à la médiocrité et la dépendance» Georgoes Pompidou, discours à Toulouse en mai 1971 (Georges Pompidou était convaincu que le monde est dominé par le progrès scientifique et technique).

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ NOS JOURNALISTES : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

La presse a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur de la presse comme jamais, les lecteurs doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des journaux indépendants présentant des informations de qualité. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de presse indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal au journalisme qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres magazines, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce au soutien financier des lecteurs, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et donner encore plus la parole aux lecteurs. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir un journalisme de qualité ouvert et indépendant et ceci pour de longues années. Chaque contribution des lecteurs, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 8 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

Aller en haut

S'inscrire à notre Newsletter: