Partagez cet article :
Un B737 Max de Boeing

 Boeing estime que son 737 Max, qui est actuellement en cours de recertification, pourrait reprendre ses vols cet été…

Bien que Boeing n'ait pas précisé à quelle date exactement «mi-2020» se réfère, des rapports précédents citant des sources anonymes disent que Boeing a déclaré aux compagnies aériennes et aux fournisseurs que ce serait en juin ou juillet.

«Comme nous l'avons souligné, la FAA [Federal Aviation Administration] et d'autres régulateurs mondiaux détermineront quand le 737 Max sera remis en service. Cependant, afin d'aider nos clients et fournisseurs à planifier leurs opérations, nous leur fournissons périodiquement notre meilleure estimation du moment où les régulateurs commenceront à autoriser la mise à la terre du 737 Max », a déclaré Boeing lors de l'annonce de la nouvelle estimation de remise en service mi-2020. .

«Cette estimation mise à jour est basée sur notre expérience à ce jour avec le processus de certification. … Cela explique également le contrôle rigoureux que les autorités réglementaires appliquent à juste titre à chaque étape de leur examen du système de commande de vol du 737 Max et du processus du Joint Operations Evaluation Board qui détermine les exigences de formation des pilotes. »

Les trois transporteurs américains qui opèrent le B737 Max, American Airlines, Southwest et United Airlines, ont tous retiré l'avion de leurs horaires jusqu'en juin.

Delta est le seul grand transporteur américain à ne pas utiliser le B737 Max, et son activité en a profité.
«Nous avons clairement été un bénéficiaire, et tant que le Max restera hors du ciel, je suppose que cela continuera», a déclaré le PDG de la compagnie aérienne basée à Atlanta, Ed Bastian, plus tôt ce mois-ci, selon CNN.

Boeing doit prendre plusieurs mesures avant que le Max ne puisse à nouveau voler. Il doit encore effectuer un vol d'essai de certification avec la FAA, l'examen final du B737 Max avec les régulateurs, devrait avoir lieu d'ici la fin du mois prochain, selon le New York Times, qui a cité deux personnes connaissant le processus. Ce journal a également révélé plus tôt ce mois-ci que Boeing avait découvert un nouveau défaut de conception potentiel avec le Max concernant le câblage qui contrôle la queue de l'avion. Le week-end dernier, ABC News en Australie a également signalé que le Max avait rencontré un nouveau problème logiciel qui pourrait retarder davantage sa remise en service.

 

Dans un e-mail lors de sa première journée de travail plus tôt ce mois-ci, le nouveau PDG de Boeing, David Calhoun, a déclaré que le retour au service du Max devrait être le principal objectif de son entreprise en 2020.

Boeing a réitéré ce sentiment dans sa déclaration d'hier, déclarant: « remettre le Max en service en toute sécurité est notre priorité numéro un, et nous sommes convaincus que cela se produira", a déclaré hier Boeing dans un communiqué.

La société a ajouté qu'elle fournira plus d'informations la semaine prochaine sur ses efforts pour remettre le Max en service en toute sécurité lors de la publication de ses résultats financiers trimestriels.

Donald Trump s’est inquiété récemment de la situation de Boeing et a fait part de sa grande déception. Il a critiqué la trop grande complexité des systèmes aériens : on a plus besoin de pilotes mais de scientifiques du MIT. Je le vois dans de nombreux produits. TOujorus aller une étape en avant ce qui n’est pas nécessaire. Parfois être ancien et simple c’est mieux….je ne veux pas qu’Albert Einstein pilote mon avion. Je veux bien voler avec des professionnels qui peuvent facilement et rapidement reprendre contrôle de l’avion».

Donald Trump a sans doute raison en pointant l’importance trop grande donnée aux automatismes dans l’aérien et dans notre société en général.

Nous avions parlé dans cet article de la complexité comme facteur d’accident: https://www.businesstravel.fr/b737-max-la-faute-a-l-intelligence-artificielle.html

 

En attendant, les rpoblèpmes de conception du B737 Max coûte très (trop) cher à Boeing.

Selon George Fergugon de Nloomberg Intelligenece, la mise à terre du B737 Max en terme de remboursements pourrait avoisiner 10 milliards de dollars.

Sans compter les compagnies aériennes qui n’achèteront pas l’avion comme Flyadeal en Arabie Saoudite. Et les risques liés aux procès des familles. ON estime que Boeing pourrait avoir à payer 1 milliard de dollars.

Le crash de Boeing est aussi révélateur des dysfonctionnement de la démocratie américaine avec un régulateur oeuvrant pour le bien commun trop proche d’un constructeur oeuvrant pour des intérêts privés.

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ NOTRE MAGAZINE EN FAISANT UN DON : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

La presse a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur de la presse comme jamais, les lecteurs doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des journaux indépendants présentant des informations de qualité. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de presse indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal au journalisme qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres magazines, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce au soutien financier des lecteurs, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et donner encore plus la parole aux lecteurs. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir un journalisme de qualité ouvert et indépendant et ceci pour de longues années. Chaque contribution des lecteurs, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 8 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

Aller en haut

S'inscrire à notre Newsletter: