Partagez cet article :
La ville de Londres au Royaume-Uni

  Ce vendredi à 23H aura lieu le Brexit. Pour les touristes il n’y aura pas d’impact pour les voyages dans l’immédiat. Pour les expatriés non plus à court terme…

Le Parlement anglais a finalement voté l’accord de sortie de l’Union Européenne. Il sera effectif à minuit heure française ce soir. Cependant durant la période de transition, qui amènera le Royaume-Uni vers une sortie effective des règles de l’UE, peu de changements auront lieu pour les touristes et les expatriés.

Brexit : on pourra toujours voyager avec une carte d'identité ou un passeport au Royaume-Uni

Les touristes de l’UE pourront toujours se rendre au Royaume-Uni avec une simple carte d’identité ou un passeport en cours de validité pour un séjour de moins de 90 jours. Ils pourront également acheter des produits sans taxe à l’importation et conduire des voitures avec leurs permis.

Les règles devraient cependant changer d'ici la fin de la période de transition soit à la fin de 2020 ou plus tard cette période de transition pouvant être plus longue. 

Alors que les règles de l'UE continuernt à s'appliquer en 2020, il n'y aura pas de changements en terme de liaisons ferroviaires ou aériennes de la part des compagnies britanniques comme British Airways ou Easyjet.

Quid de la validité de la carte vitale européenne pour les voyages au Royaume-Uni? 

Par contre en fonction de l'accord obtenu avec l'UE un point pourrait changer dans le futur. Aujourd'hui, les voaygerus français peuvent utiliser carte santé européenne en cas d'urgence au Royaume-Uni. On ne sait pas si le futur accord le permettra. 

Statu quo pour les expatriés de l'UE déjà installées

Pour les expatriés de l’UE qui sont 2,9 millions soit 4,6% de la population du Royaume-Uni, les règles seront les suivantes. Ils pourront continuer à travailler au Royaume-Uni s’ils y sont installés avant la fin de la période de transition. Ils pourront ainsi continuer à y résider et à travailler dans le pays. Ils devront cependant s’enregistrer auprès des autorités. Pour les futurs expatriés par contre les règles seront sans doute totalement différentes. 

Changement des règles pour le Business?

Pour les entreprises par contre, cela reste l’inconnue car en fonction de l’accord négocié des secteurs pourraient souffrir de futures taxes ou droits : le secteur de la pêche Est particulièrement sous le feu des projecteurs

Brexit : l'UE perd un important contributeur

Et pour l’Union Européenne le Brexit signifie un véritable affaiblissement car elle perd l’un de ses pays les plus riches : le ROyaume-Uni contribuait au budget européen pour environ 12 milliards d'euros chaque année. Du coup l’élargissement sans cesse prôné ces dernières années va coûter plus cher aux pays qui restent. Soit le budget de l'UE doit être revu à la baisse soit les pays fortement payeurs comme l'Allemagne, l'Italie ou la France vont devoir verser plus d'argent...

Le Royaume-Uni représentait tout de même 15% de l’économie de l’UE et 66 millions d’habitants.

Désormais aucun des 73 députés britanniques ne siègera au parlement européen. A partir de demain Londres ne pourra également plus avoir de commissaire européen et le gouvernement anglais ne sera plus invité aux sommets européens.

Le Brexit : un choc pour l'UE

Au final le Brexit est un choc pour l’Union Européenne, même si cela va prendre plusieurs mois avant que l’on en subisse les conséquences: baisse forte du financement de l’Europe, charge plus lourde pour les pays restants, baisse du poids de la zone économique, renforcement du poids de l'Allemagne…

Le Brexit pose la question de la remise en cause de l’Union Européenne alors que cette institution est vue comme pas assez démocratique et que sa politique ne représente pas assez les opinions des peuples.

Le Brexit a notamment été voté par les britanniques du fait de l’immigration massive constatée par les habitants dans certaines petites villes anglaises. Selon The Economist : les villes qui ont vu un afflux d'étrangers de plus de 200% entre 2001 et 2014 ont voté majoritairement pour le Brexit à 94%.

Une situation similaire peut-être constatée en France ou en Allemagne qui n’a pas été résolue : elle conduit au vote des citoyens vers les extrêmes si rien n'est fait. Le contrôle très mou des frontières externes de l'UE est souvent pointé du doigt notamment par les pays de l'ancien bloc de l'est : faudrait-il remettre en place des contrôles strictes aux frontières nationales et suspendre la zone Schengen face à la crise migratoire?

Les anglais ont aussi voulu restaurer la souveraineté nationale et ont dénoncé le déficit démocratique de l’Europe, notamment d’une Commission non élue.

A ce titre il y a quelques années un référendum sur le constitution avait été voté négativement par la France.

Il a été modifié pour devenir le traité de Lisbonne et a été ratifité par le parlement français : était-ce un mode d'opération démocratique?

Une autre raison évoquée est également liée aux problèmes de crise récurrents de la zone euro avec une monnaie l’Euro, qui correspond à une zone disparate économiquement ce qui a créé de fortes crises dans les pays du sud qui ne peuvent pas dévaluer comme auparavant à l’image de la Grèce.

Un problème qui n’est pas réglé actuellement et qui a entrainé une sous-performance de croissance de l’Europe ces dernières années face notamment aux Etats-Unis et particulièrement pour les pays du sud de l'UE.

Le Royaume-Uni a aussi voulu sortir des règles vues souvent comme trop administratives de l’UE ce dont se plaignent les petites entreprises françaises ou intermédiaires.

Un autre objectif du Brexit est pour les anglais de sceller des accords de libre-échange avec les pays puissants du XXIème siècle soit les Etats-Unis, la Chine, l’Inde mais aussi les zones en forte croissance du monde comme l'Aise.

Le Brexit laisse donc l’Europe seule face à destinée : continuer comme avant et poursuivre sa croissance molle et administrative ou se réinventer pour devenir un continent de référence en terme de démocratie mais aussi de technologie (des entreprises leaders mondiales dans l’Internet, les biotechnologies), d’économie (plus de croissance), de culture (des langues européennes fortes dans le monde et une culture européenne plus attractive) …Ces dernières années les pays européens ont trop cédé de terrain dans les domaines de l’économie et de la technologie conduisant à un tiers-mondisation progressive et non visible des peuples européens notamment dans les domaines des hautes technologies.

Avec le Brexit le Royaume-Uni va se rapprocher des Etats-Unis mais aussi des pays issus du Commonwealth pour mieux profiter notamment de la croissance économique en Asie. Pour l'UE, une nouvelle politique reste à inventer...

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  
Aller en haut

S'inscrire à notre Newsletter: