Partagez cet article :

britishairways-plane
La Commission Européenne a décidé d'autoriser la fusion entre British Airways et Iberia ainsi que le projet de joint-venture transatlanique entre British Airways, Iberia et American Airlines.

La commission européenne a donné cette semaine son feu vert à la fusion British Airways/iberia en estimant que cette fusion n'entraverapas les concurrence en Europe.

La Commission «a examiné l'impact de l'opération envisagée sur les liaisons court-courriers Londres-Madrid et Londres-Barcelone. L'enquête de la Commission a démontré que l'entité issue de la concentration continuera d'être confrontée à une concurrence suffisante de la part d'autres transporteurs exploitant ces liaisons. Les passagers disposeront donc d'autres choix de vol appropriés sur ces liaisons à l'issue de cette concentration. Elle a également examiné les répercussions de la concentration envisagée sur un certain nombre de liaisons court- et long-courriers pour lesquelles une partie propose un vol sans escale alors que l'autre propose un vol avec escale, ou pour lesquelles les deux parties proposent des vols avec escale.L'enquête de la Commission a démontré que, sur ces liaisons aussi, l'entité issue de la concentration continuera d'être confrontée à une concurrence suffisante.»

La Commission a également autorisé la création d'une société commune entre British Airways, Iberia et American Airlines.

«La décision prise aujourd’hui permettra aux compagnies aériennes de mettre en place l’alliance transatlantique à laquelle elles aspirent depuis longtemps tout en permettant aux quelque 2,5 millions de passagers voyageant entre Londres et New York ainsi que sur les autres liaisons concernées de continuer à bénéficier d’un éventail de fréquences et de prix concurrentiels. La Commission a coopéré étroitement avec les autorités des États-Unis, notamment le ministère américain des transports» a déclaré Joaquín Almunia, vice-président de la Commission chargé de la concurrence.

Les préoccupations de la Commission se concentraient sur le préjudice probable causé aux consommateurs sur six liaisons transatlantiques, à savoir Londres-Dallas, Londres-Boston, Londres-Miami, Londres-Chicago, Londres-New York et Madrid-Miami.

British Airways et Iberia ont donc proposé de libérer des créneaux d’atterrissage et de décollage aux aéroports londoniens d’Heathrow et de Gatwick, au choix du nouvel arrivant, et sur les liaisons vers Boston, New York, Dallas et Miami.

Le nombre de créneaux permettra à un ou plusieurs concurrents d’exploiter au total 49 vols hebdomadaires aller-retour supplémentaires entre Londres et les quatre destinations concernées aux États-Unis.

Sur le trajet Londres-New York, les parties ont proposé également de fournir à leurs concurrents des créneaux à l’aéroport JFK de New York.

British Airways, American Airlines et Ibéria se sont engagés à fournir un accès à leurs programmes de fidélisation sur les liaisons en cause, permettant ainsi aux passagers des nouveaux arrivants autorisés par la Commission de gagner et de convertir des points sur ces programmes.

La fusion entre British Airways et Iberia créera la troisième compagnie aérienne mondiale.

Les actionnaires de British Airways détiendront 55% de la nouvelle compagnie.

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CREER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

NEWSLETTER

Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...

Aller en haut

S'inscrire à notre Newsletter: