Partagez cet article :

britishairways-plane
La Commission Européenne a décidé d'autoriser la fusion entre British Airways et Iberia ainsi que le projet de joint-venture transatlanique entre British Airways, Iberia et American Airlines.

La commission européenne a donné cette semaine son feu vert à la fusion British Airways/iberia en estimant que cette fusion n'entraverapas les concurrence en Europe.

La Commission «a examiné l'impact de l'opération envisagée sur les liaisons court-courriers Londres-Madrid et Londres-Barcelone. L'enquête de la Commission a démontré que l'entité issue de la concentration continuera d'être confrontée à une concurrence suffisante de la part d'autres transporteurs exploitant ces liaisons. Les passagers disposeront donc d'autres choix de vol appropriés sur ces liaisons à l'issue de cette concentration. Elle a également examiné les répercussions de la concentration envisagée sur un certain nombre de liaisons court- et long-courriers pour lesquelles une partie propose un vol sans escale alors que l'autre propose un vol avec escale, ou pour lesquelles les deux parties proposent des vols avec escale.L'enquête de la Commission a démontré que, sur ces liaisons aussi, l'entité issue de la concentration continuera d'être confrontée à une concurrence suffisante.»

La Commission a également autorisé la création d'une société commune entre British Airways, Iberia et American Airlines.

«La décision prise aujourd’hui permettra aux compagnies aériennes de mettre en place l’alliance transatlantique à laquelle elles aspirent depuis longtemps tout en permettant aux quelque 2,5 millions de passagers voyageant entre Londres et New York ainsi que sur les autres liaisons concernées de continuer à bénéficier d’un éventail de fréquences et de prix concurrentiels. La Commission a coopéré étroitement avec les autorités des États-Unis, notamment le ministère américain des transports» a déclaré Joaquín Almunia, vice-président de la Commission chargé de la concurrence.

Les préoccupations de la Commission se concentraient sur le préjudice probable causé aux consommateurs sur six liaisons transatlantiques, à savoir Londres-Dallas, Londres-Boston, Londres-Miami, Londres-Chicago, Londres-New York et Madrid-Miami.

British Airways et Iberia ont donc proposé de libérer des créneaux d’atterrissage et de décollage aux aéroports londoniens d’Heathrow et de Gatwick, au choix du nouvel arrivant, et sur les liaisons vers Boston, New York, Dallas et Miami.

Le nombre de créneaux permettra à un ou plusieurs concurrents d’exploiter au total 49 vols hebdomadaires aller-retour supplémentaires entre Londres et les quatre destinations concernées aux États-Unis.

Sur le trajet Londres-New York, les parties ont proposé également de fournir à leurs concurrents des créneaux à l’aéroport JFK de New York.

British Airways, American Airlines et Ibéria se sont engagés à fournir un accès à leurs programmes de fidélisation sur les liaisons en cause, permettant ainsi aux passagers des nouveaux arrivants autorisés par la Commission de gagner et de convertir des points sur ces programmes.

La fusion entre British Airways et Iberia créera la troisième compagnie aérienne mondiale.

Les actionnaires de British Airways détiendront 55% de la nouvelle compagnie.

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ NOS JOURNALISTES : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

La presse a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur de la presse comme jamais, les lecteurs doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des journaux indépendants présentant des informations de qualité. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de presse indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal au journalisme qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres magazines, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce au soutien financier des lecteurs, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et donner encore plus la parole aux lecteurs. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir un journalisme de qualité ouvert et indépendant et ceci pour de longues années. Chaque contribution des lecteurs, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 8 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

NEWSLETTER

Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...

SONDAGE

Pour presse plus libre préférez-vous?
Aller en haut

S'inscrire à notre Newsletter: