Partagez cet article :

Alors que les équipes de secours s'affairent à pulvériser de l'eau et à rétablir l'électricité, ce jour vendredi 17 mars, les nouvelles technologies pourraient-elles venir au secours de la centrale nucléaire de Fukushima.

Les militaires américains ont proposé d'envoyé une équipe spécialisée de 450 personnes entrainées à la surveillance des radiations nucléaires et  la décontamination.

Les militaires américains étudient l'option d'utiliser les nouvelles technologies rapporte l'agence de presse Kyodo pour travailler à l'intérieur des 6 réacteurs endommagés de Fukushima, où les niveaux de radiation sont très élevés et empêchent de travailler normalement.

Ces nouvelles technologies pourraient-elles consister en l'utilisation de robots?

Du côté japonais les chances sont minces car étonnamment alors que l'archipel excelle dans ce domaine notamment en construisant des robots plus vrais que nature, Tokyo Electric Power n'a déployé aucun robot.

L'agence de presse Reuters a rapporté que des robots pourraient être utiles dans ce cas. Ces derniers jours les équipes de secours ont du cesser temporairement le travail suite à de hauts niveaux de radiations (voir Seisme-au-japon-le-personnel-deserte-la-centrale-de-fukushima.html).

En France, des robots ont été conçus suite aux incidents de Tchernobyl et Three Mile Islands: cette flotte de robots du groupe Intra (http://www.groupe-intra.com/) pourrait-elle être mise à disposition du gouvernement japonais?

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ NOS JOURNALISTES : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

La presse a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur de la presse comme jamais, les lecteurs doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des journaux indépendants présentant des informations de qualité. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de presse indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal au journalisme qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres magazines, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce au soutien financier des lecteurs, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et donner encore plus la parole aux lecteurs. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir un journalisme de qualité ouvert et indépendant et ceci pour de longues années. Chaque contribution des lecteurs, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 8 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

Aller en haut

S'inscrire à notre Newsletter: