Vous aimez notre site? : FAITES UN DON OU ABONNEZ-VOUS

Emirates fait des profits records, Virgin encore déficitaire

Emirates fait des profits records, Virgin encore déficitaire

Le groupe Emirates a annoncé son bénéfice annuel le plus élevé de 3 milliards de dollars américains pour l'année 2022-2023. Parallèlement Virgin Atlantic a du mal à sortir de la crise…

Ce chiffre contraste fortement avec la perte de 1 milliard de dollars américains enregistrée par Emirates l'an passé.

Pour l'exercice clos le 31 mars 2023, le groupe Emirates a enregistré un chiffre d'affaires de 32,6 milliards de dollars, soit une augmentation de 81 % par rapport aux résultats de l'année précédente.

Le solde de trésorerie du groupe s'élevait à 11,6 milliards de dollars (un autre record pour lui) et a augmenté de 65% d'une année sur l'autre.

Parallèlement à ces chiffres, le groupe a indiqué que son effectif total avait augmenté de 20 % pour atteindre 102 379 employés.

En 2022-2023, le groupe a investi collectivement 2,2 milliards de dollars américains dans de nouveaux avions, installations, équipements, entreprises et technologies. Emirates a également lancé un programme massif de plusieurs milliards de dollars de rénovation de ses cabines d'avions. La compagnie a commandé cinq nouveaux avions cargos 777, a construit un nouveau centre de formation des pilotes, a ouvert Bustanica, la plus grande ferme verticale du monde à Dubaï, s’est équipée d’un nouvel avion d'entraînement pour ses cadets à l'Emirates Flight Training Academy et a construit une nouvelle installation de fret à Erbil, en Irak.
Dnata a par ailleurs racheté 30 % des actions pour acquérir la pleine propriété de ses opérations d'assistance en escale au Brésil.

La compagnie aérienne a également supprimé quatre anciens avions de sa flotte, dont deux A380, un Boeing 777-300ER et un cargo. A la fin du mois de mars Emirates totalisait 260 avions dans sa flotte avec un âge moyen de 9,1 ans.

Emirates a relancé ses vols vers six destinations et augmenté ses opérations vers 62 villes sur son réseau au cours de l'année dernière. Au 31 mars 2023, le réseau Emirates comprenait 150 destinations sur six continents. Son réseau de destinations phares desservies en A380 est passé à 43 au 31 mars de cette année.

Les coûts d'exploitation de la compagnie ont cependant augmenté de 57 % par rapport à l'exercice précédent. Du fait de la hausse des Corus du pétrole, le carburant a représenté 36 % des coûts d'exploitation, contre 23 % en 2021-2022.

La facture de carburant a été salée puisqu’elle a augmenté de 143% par rapport à l'année précédente pour atteindre 9,2 milliards de dollars. Elle a été portée par la hausse des 49% des capacités et la hausse du prix moyen des carburants de 48%.

La compagnie aérienne a cependant réussi à enregistrer un bénéfice record de 2,9 milliards de dollars américains (par rapport à la perte de 1,1 milliard de dollars américains de l'année dernière), ainsi qu’une marge bénéficiaire de 9,9 %, ce qui représente sa meilleure performance à ce jour.

Emirates a transporté 43,6 millions de passagers (en hausse de 123%) en 2022-23, avec une capacité en sièges en hausse de 78%. Emirates a clôturé l'exercice avec des liquidités de 10,2 milliards de dollars, soit 79% de plus qu'au 31 mars, 2022.

Pendant ce temps, la division dnata du groupe a augmenté son bénéfice de 201% à 90 millions de dollars en 2022-2023, et son chiffre d'affaires total a augmenté de 74% à 4,1 milliards de dollars.

Cheikh Ahmed bin Saeed Al Maktoum, président-directeur général de la compagnie aérienne et du groupe Emirates, a déclaré : « Le groupe est le plus grand acteur du secteur de l'aviation des Émirats Arabes Unis, soutient plus de 770 000 emplois et génère une contribution estimée au PIB de plus de 47 milliards de dollars. Avec nos plans de croissance et conformément à l'Agenda économique de Dubaï D33, nous prévoyons d'augmenter considérablement notre contribution au PIB des Émirats Arabes Unis au cours de la prochaine décennie grâce à l'emploi direct et indirect, aux dépenses de la chaîne d'approvisionnement, aux dépenses touristiques et aux bénéfices commerciaux du transport cargo ».

Toutes les compagnies n’ont pas progressé comme Emirates. Virgin Atlantic a du mal sortir de la crise.

Comme Emirates elle a du faire face à une hausse de ses coûts qu’elle a eu du mal à compenser. La compagnie a averti qu’elle ne redeviendrait bénéficiaire qu’en 2024 alors qu’elle prévoyait de l’être cette année. La compagnie a enregistré une perte de 342 millions de Livres en 2022 contre -468 millions en 2023. Pourtant la compagnie a transporté 4 fois plus de passagers l’an passé avec des revenus de 2,9 milliards soit 98% des revenus d’avant la pandémie. Cependant la forte inflation et la faiblesse de la Livre sur les marchés financiers ont pesé sur ses coûts d’achats. La hausse des taux d’intérêts a également fait pesé sur le poids des dettes amassées durant le Covid. Virgin n’a pas eu droit à des aides d’Etat durant le Covid ce qui explique sans doute ses difficultés à redevenir profitable rapidement…

www.theemiratesgroup.com/annualreport

www.virginatlantic.com

Newsletter

S'inscrire à la newsletter de Business Traveler France

SONDAGE

Pour réduire le déficit public de l'Etat faut-il :

LES ARTICLES QUE VOUS AIMEZ