Partagez cet article :

mont-koya-moine

Un séjour dans un monastère au mont Koya San au Japon est une expérience unique. Ici l'on redécouvre l'art de vivre bouddhiste emprunt de calme et de frugalité. Une promenade au cimetière du mont Koya, sous la pénombre des cèdres centenaires, est une expérience inoubliable.


La route serpente au milieu des collines et l'on s'éloigne peu à peu de la civilisation: les lumières des villages scintillent au loin et l'on découvre alors une autre image du Japon: celle d'une nature préservée où les traditions demeurent malgré les assauts de la modernité.

Au milieu des forêt de cèdres millénaire, au détour d'un virage, le mont Koya San dévoile sa beauté majestueuse.

Ici le temps semble s'être arrêté depuis la venue du moine Kûkai en 816 pour y fonder un monastère.

Ce moine lettré avait tout d'abord étudié le bouddhisme à Xi'an: la ville chinoise appelée Chang 'An à l'époque où l'on a retrouvé l'exceptionnel mausolée de l'empereur Qin et son armée de 6000 guerriers et chevaux.

Comme pour l'écriture, les bouddhistes japonais ont étudié cette philosophie en Chine avant de l'adapter au Japon.

En choissisant  le mont Koya pour y établir sa communauté religieuse, Kûkai avait voulu fuir l'agitation du monde:  le pari est réussi, même en 2011 (surtout le soir quand les cars de touristes on abandonné le site)!

Plus de 1000 ans ont passé depuis sa fondation, mais le mont est toujours l'un des centres du bouddhisme japonais avec ses 117 temples et ses 7000 moines!

Un séjour dans un temple pour vivre au rythme du temps qui passe

Une visite au Mont Koya impose de séjourner dans un monastère où les préceptes du Bouddha sont enseignés depuis la nuit des temps.

Le magnifique temple de Renjego-in est un bon endroit pour s'initier à la parole de Bouddha même s'il vous faudra accepter quelques sacrifices: il faut souvent arriver avant 17 heures au temple pour se coucher vers 18/19 heures.

En effet le réveil est matinal: les hôtes doivent régler leur réveil à 6 heure du matin pour assister aux offices des religieux.
 
mont-koya4L'arrivée au monastère est comme une entrée dans un autre monde où le temps s'écoule lentement.

Quel bonheur de laisser ses chaussures à l'accueil et d'enfiler les claquettes japonaises ( les setta) et son kimono, comme signe d'une nouvelle vie.

L'accueil des moines est simple et discret, sans cérémonie ni salamalecs.

Ici point de salle de bain luxueuse: l'on se douche dans une salle commune avant de se détendre dans un bain japonais commun (non mixte) à l'eau thermale naturellement chaude.

Après ce bain revigorant, on est surpris de découvrir le jardin, presque trop parfait pour être réel: tout respire ici le calme, le luxe et la volupté.

Entendons-nous bien:le luxe n'est pas ici dans les fioritures, ni le confort mais dans la découverte d'un art de vivre, d'une philosophie millénaire.

Les chambres sont décorées simplement avec leurs tatamis en paille de riz, leurs cloisons mobiles et leurs fenêtres en papier comme au temps des samouraïs!

Le Shöjin Ryôri: une cuisine végétarienne aux saveurs inédites

Vous serez sans doute surpris d'apprécier les saveurs étonnantes de la nourriture végétarienne servie ici: dans de multiples bols et assiettes laquées, les plats végétariens offrent un festival de saveurs pour qui sait ouvrir son palais aux goûts exotiques.

mont-koya-cuisine-shojin-ryoriLa cuisine végétarienne Shöjin Ryôri a été conçue pour respecter la vie animale tout en excellant dans la recherche des goûts, des textures et d'odeurs savoureuses.

Le plateau repas servi ici permet de déguster de multiples aliments comme des champignons de forêt, des herbes des montagnes, des légumes bouillis ou frits, le goma-tôfu (au sésame), le Kôya Tofu (du mont choya) la traditionnelle soupe miso et bien sûr un bol de riz gouteux!

Après une nuit au pays du soleil levant, les hôtes sont invités à venir assister à deux cérémonies pratiquées religieusement par les moines bouddhistes.

Les voyageurs qui séjournent ici viennent de tous horizons: européens, japonais, américains, jeunes ou moins jeunes, mais s'avèrent tous respectueux et curieux de cette philosophie orientale.

La première cérémonie est organisée dans un temple adjacent au bâtiment principal où chacun vient se présenter devant Bouddha à tour de rôle et en silence devant les autres visiteurs.

La seconde cérémonie, la cérémonie du feu (voir photo en introduction), est sans doute la plus émouvante: les visiteurs sont disposés en cercle autour d'un moine.

Ce dernier construit un bucher puis attise le feu avec de petites brindilles tout en chantant des mantras jusqu'à ce quel feu ne soit plus qu'un tas de cendres.

Les mantras consistent à chanter les noms des défunts que les familles ont confié aux moines.

Cette cérémonie se veut une transposition d'un rite funéraire: elle vise à faire prendre conscience de la futilité de l'existence et des désirs terrestres.

Oku-No-In: un cimetière à l'ambiance magique!

Une balade au cimetière bouddhiste Oku-No-In, à deux pas du monastère, confirme ce sentiment: sous des cèdres millénaires s'alignent le long d'un sentier de montagne des milliers de stupas, tombes d'êtres aimés, connus ou inconnus aujourd'hui réduits en cendres.

L'endroit est propice au recueillement et à la médiation comme tout cimetière mais ce qui est incroyable ici, c'est l'incroyable beauté, l'harmonie qui se dégage de ce lieu.

Après 30 bonnes minutes de marche, on atteint le bout du cimetière où trône sur une colline le temple des lanternes et ses 10000 lampes qui scintillent au plafond.

Plus loin, le mausolée de Kobo Daishi est l'ultime tombe du saint homme, qui y repose en paix: il serait mort ici à 62 ans en position de médiation et aurait été enterré dans cette exacte posture.

Je ne sais pas si tous ces êtres aimés, connus ou inconnus, ont trouvé le nirvana dans l'autre monde, mais en venant ici, au Mont Koya, j'ai compris que la vie ne valait pas la peine d'être vécue, sans un brin de compassion.

Paroles de Bouddha:

«Celui qui fait du mal, pleure dans ce monde, et pleurera dans l'autre.»

«Celui qui a compris que tout est périssable, ne crains pas la douleur.»

«Il est difficile d'apprendre à se dominer, mais celui qui y parvient, par son exemple, aidera les autres à y parvenir.»

koya-san-cimetiere

 

INFORMATIONS PRATIQUES: 

mont-koya9Y ALLER: Japan Airlines propose plusieurs vols quotidiens au départ de Paris vers le Japon. Depuis Tokyo, JAL offre de nombreux vols en correspondance dans tout le Japon dont Osaka.

Horaires en hiver:

- Paris Tokyo Haneda JL042 départ 11h00 arrivée 06h55 le lendemain tous les jours (opération JAL)mont-koya10

- Paris Tokyo Narita JL5054 départ 13h35 arrivée 09h10 le lendemain tous les jours (opération Air-France)

- Paris Tokyo Narita JL406 départ 18h05 arrivée 14h05 le lendemain tous les jours (opération JAL)

- Paris Tokyo Narita JL5056 départ 23h20 arrivée 19h15 le lendemain tous les jours (opération Air-France). Des vols directs vers Osaka sont également proposés en partage de code avec Air France au départ de Paris.

Plus d'informations: http://www.fr.jal.com/fr/

SEJOURNER: de nombreux temples bouddhistes accueillent les visiteurs dont le Rengejo-in. La fomrule comprend en général le repas du soir, le petit-déjeuner et la participation éventuelle au cérémonie. Le temple Rengejo-in se distingue par son cadre superbe et par le fait qu'il permet d'assister à plusiuers cérémonies. Les temples sont des lieux de prières et un séjour ici comporte quelques obligations comme le fait d'arriver avant la nuit et de se coucher et de se lever tôt. Une expérience unique. Le site Japanese Guesthouse est très pratique et permet de réserver de nombreux hôtels de charme au Japon dont un séjour au Rengejo-in.

- A VISITER: hormis votre monastère et le cimetière, ne manquez pas de visiter le temple Kongobu-Ji et son superbe jardin de pierre (en photo ci-dessus à gauche) et l'enceinte sacrée Garan avec sa grande pagode Dai-to étincelante (ci-contre à droite). La ville regorge de boutiques d'artisanat, de restaurants et abrite une succulente pâtisserie (ci-dessous).

patisserie-mont-koya

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
  

NEWSLETTER

Cet article, ce site vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...


REPORTAGES ASIE

NEWSLETTER

Cet article, ce site vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre la privatisation d'Aéroports de Paris?
Aller en haut