La France a le pire déficit commercial de l'UE. Pensez-vous que l'export devrait être une priorité du gouvernement?

Vous aimez notre site? : FAITES UN DON.OU ABONNEZ-VOUS

Cookies

BusinessTravel.fr et ses partenaires utilisent des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur, réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services ou des publicités ciblées et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux.

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr ou Abonnez-vous!

Partagez cet article :

Comme dans les maisons la qualité de l'air des cabines d'avion est parfois exposée aux polluants. L'EASA va mener l'enquête…

a350-XWB-9-sieges

L'Agence Européenne pour la Sureté Aérienne a décidé de commander une nouvelle étude sur la qualité de l'air après celles de 2008 et 2010.

«La qualité de l'air que respire les passagers et l'équipage dans les cabines des avions commerciaux est un débat continu depuis 60 ans, au niveau de la santé comme de la sécurité. Le débat sur la qualité de l'air dans le cockpit ou la cabine doit être différencié entre un événement qui contamine l'air et la qualité de l'air dans des conditions normales. Par exemple la qualité de l'air en absence d'événements anormaux peut-être comparée à la qualité de l'air extérieur ou d'autres lieux de travail» explique l'EASA.

Les résultats de cette étude devraient être publiés en octobre 2016 a indiqué l'EASA.

Les anciennes études avaient démontré que la qualité de l'air dans les cabines des avions était similaire à celle de l'intérieur des logements.

Quid lors du dysfonctionnement des systèmes de filtrage des réacteurs?

Cette étude vise notamment à étudier la présence de produits potentiellement neurotoxiques comme le phosphate de tricrésyle dans l'air, issu potentiellement de l'huile des réacteurs.

Aujourd'hui dans la plupart des avions, l'air est prelevé à l'entrée des moteurs et dirigés vers la cabine via des filtres. L'air est ensuite recyclé dans la cabine. Ainsi la moitié de l'air respiré provient de l'entrée moteur et l'autre moitié est recyclée dans la cabine.

C'est en provenance des moteurs que la probabilité de pollution est plus importante en cas de dysfonctionnement.

Des joints doivent permettre la séparation du lubrifiant des réacteurs et de l'air, mais si le système de filtrage des réacteurs fonctionne mal (à cause de l'usure ou d'une mauvaise maintenance), des particules d'huile très fines peuvent flotter dans l'atmosphère. Mais ceci est rare heureusement (voir cet article du Telegraph en anglais).

99,7% des bactéries et particules éliminées

Un autre soucis est lié aux éventuelles maladies des passagers : un cas beaucoup moins probable car l'air est recyclé très rapidement, de l'ordre de 350 litres par minute. Cela limite très fortement d'éventuelles contaminations. 

Grâce à des filtres de recyclage très efficace ce danger est même négligeable puisque 99,97% des particules et des bactéries sont éliminées en moyenne lors du recyclage. L'air est ainsi plus sain au niveau des germes dans une cabine d'avion que dans le métro ou dans des bureaux.

Par contre cette filtration a un inconvénient, elle enlève l'humidité de l'air, car la respiration de plusieurs centaines de passagers pourrait endommager l'électronique. Cela a pour effet d'assécher les muqueuses et les yeux.

L'air est ainsi souvent trop froid ou trop sec en avion. Mais il reste plus sain que dans de nombreux lieux publics, du fait de l'élimination des bactéries.

Un air encore plus sain dans les nouveaux avions : A350, B787, A380...

Si voulez cependant encore mieux respirer en avion sachez que les nouveaux avions comme l'A380, le B787 ou l'A350 sont équipés de systèmes de filtration de l'air encore plus sophistiqués.

Dans l'A350 et le B787, la structure en composites du fuselage permet d'abaisser la pressurisation de la cabine: du fait de la solidité de la structure en composites, l'atmosphère de la cabine est de 6000 pieds au lieu des 7500 à 8000 pieds habituels pour les avions de ligne. Cela signifie selon les constructeurs, moins de passagers victimes du mal de l'air :  maux de tête, nausées, fatigue, crampes…

Une étude de Boeing avait indiqué qu'un voyageur sur 4 avait des problèmes respiratoires lors d'un vol à 8000 pieds de 12 heures : un taux qui chute à 5-6% à une altitude ressentie de 6000 pieds.

Dans ces nouveaux avions, la totalité de l'air de la cabine est changée toutes les 2 à 3 minutes, l'humidité est  mieux contrôlée (un facteur important pour les sinus) et il est possible de gérer de multiples zones de températures.

En sus, l'entrée de l'air a été modifiée dans les avions récents : dans le B787 par exemple, l'air est capté côté fuselage puis envoyé par des compresseurs dans la cabine: il ne passe plus par les moteurs sources de pollution d'éventuelles pollutions avec traces d'huiles.

Par ailleurs, dans l'A350 des systèmes de filtrage d'ozone ont été mis en place.

Au final donc si vous voyagez souvent en avion,  sachez que l'air y est plus sain en terme de germes que dans de nombreux endroits mais qu'il est par contre plus sec (et peut parfois être légèrement pollué en cas de dysfonctionnement).

Si vous êtes sujets aux maux de l'air, aux nausées, aux crampes, privilégiez donc pour les vols long-courriers les avions de nouvelles génération comme l'A350 et le B787, du fait de leur moindre pressurisation.

Cette altitude ressentie de 6000 pieds a un autre avantage : la nourriture vous paraitra légèrement moins fade.

Conseils d'hygiène et de santé en avion:

- buvez beaucoup car l'on se déshydrate en avion,

- faites un minimum d'exercice pendant le vol,

- dans les toilettes lavez vos mains avec du savon et évitez de toucher votre visage et de toucher les zones à fort contact,

- à savoir : les sièges près des toilettes sont les plus exposés aux virus, de nombreux passagers s'appuyant sur les dossiers,

- les pochettes au dos des sièges sont parmi les zones les plus exposées aux bactéries dans une cabine d'avion.

 

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ-NOUS : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

Notre site a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur du tourisme comme jamais, les internautes doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des sites indépendants offrant des informations de qualité, ce qui est de plus en plus rare. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de tourisme indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal à l'information qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres sites, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce à votre soutien financier, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et publier des informations de qualité. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir une information en toute indépendance et ceci pour de longues années. Chaque contribution, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 10 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

 

 

Aller en haut