Etes-vous pour ou contre l'interdiction des véhicules thermiques en 2035?

Vous aimez notre site? : FAITES UN DON.OU ABONNEZ-VOUS

Cookies

BusinessTravel.fr et ses partenaires utilisent des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur, réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services ou des publicités ciblées et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux.

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr ou Abonnez-vous!

Partagez cet article :

Les parlementaires ont voté au contraire de la consultation populaire en prolongeant d'un an le certificat Covid. En France le gouvernement voudrait faire prolonger l'état d'urgence sanitaire et le passe : l'opposition s'y opposera-t-elle?

Il y a quelques mois l'Union Européenne a lancé une grande consultation pour savoir si le certificat Covid européen devait être suspendu ou non. Selon des informations parues sur Twitter 385000 européens ont répondu à cette consultation en s'opposant à 97% à la prolongation du certificat.

Un tel chiffre montre bien l'énorme opposition populaire au passe dans tous les pays d'Europe. Mais hier l'UE et ses parlementaires ont décidé encore une fois de ne pas prendre en compte l'avis du peuple et le bon sens comme le note une députée européenne dans un article paru sur Mediapart : «nous avons appris, il y a quelques jours, que la Commission avait balayé d’un revers de main les résultats de cette consultation publique, selon une lettre « confidentielle » adressée le 24 avril dernier à M. López Aguilar, rapporteur du Parlement européen sur ce dossier. Le courrier, en résumant les résultats de la consultation publique, recense près de 400.000 réponses. La quasi-totalité d'entre elles s'oppose au maintien du certificat numérique européen. Les résultats de la consultation citoyenne, très majoritairement défavorables au certificat, ont été rejeté par la Commission au mépris de tout débat démocratique. Cela ne peut plus durer ».

Le parlement européen a décidé malgré cela de prolonger d'un an le certificat Covid en Europe jusqu'en juin 2023. Ce certificat devait expirer le 30 juin 2023. L'UE a également voté pour que le certificat puisse être ajusté des doses de vaccins administrée, quelque soit l'Etat membre, qu'un certificat de rétablissement puisse être établi après un test antigénique, que plus de tests antigéniques soient autorités et que les certificats de vaccination puissent être donnés à ceux qui participent à des essais cliniques.

Seuls les députés RN ont joué le rôle d'opposition et se sont opposés au certificat Covid

Concrètement au niveau des députés français la très grande majorité des députés LFI/NUPES ont voté pour tout comme ceux d'Ensemble.

La très grande majorité députés du Rassemblement National (Juvin, Mariani, Bilde, Joron, Garraud, Jalkh, Beigneux, Jamet, Androuët, Lacapelle Griset...) et un député les Républicains (Bellamy) ont joué leurs rôles et se sont opposés à ce certificat rejeté par la consultation populaire.

Certains députés LFI ont dit avoir fait une erreur de vote or comme le rappelle cet article de LCI: «  s'il est possible de modifier son vote et de l'inscrire dans les archives du Parlement, cela n'a aucune incidence sur le vote ». Un vote modifié n'est pas pris en compte pour la décision.

Il est à noter que les députés ont voté aveuglément pour ce certificat alors qu'aucune étude d'impact sur le certificat numérique européen n'a été menée ni avant ni pendant ni lors de ce vote. Le RN est donc le seul parti à s'être opposé en masse au parlement européen à cette mesure de prolongation du passe.

Plusieurs internautes ont été très déçus du vote de ce texte par les députés de la France Insoumise ou des Verts :

 En France on vient d'apprendre via Atlantico que le gouvernement va présenter un projet de loi par une ministre démissionaire (on aura tout vu en France) pour prolonger le passe sanitaire. Selon Atlantico, « Brigitte Bourguignon a eu le temps d’envoyer au Conseil d’Etat le premier projet de loi Covid post-législatives 2022 ». Ce texte est inscrit en urgence à partir du 29 juin et prévoit de prolonger l'Etat d'urgence sanitaire du 1er août 2022 au 31 mars 2023 en autorisant le Premier Ministre par décret à imposer aux personnes d'au moins 12 ans un justificatif (vaccinal, rétablissement, test).

Le laissez-passer risque donc d'être de retour cet automne en France pour encore une fois mettre des freins gigantesques à la liberté de circuler en Europe au mépris des droits de l'homme fondamentaux et malgré le refus populaire européen. Triste époque pour la représentativité populaire...Comme le note France Soir, le danger désormais c'est que sous prétexte de différentes épidémies problèmes sécuritaires, l'état d'urgence soit prolongé indéfiniement ce qui nous place de fait en dehors de la Démocratie...

  
Aller en haut

Vous aimez ce site?

Soutenez-nous via OKPAL OU

ABONNEZ-VOUS