Partagez cet article :

catalogne-restaurants-etoiles

Sylvia Pinel veut promouvoir le fait-maison dans les restaurants français: une bonne initiative face au développement rapide des surgelés et du sous-vide dans ce secteur.

La Ministre du Tourisme, Sylvia Pinel, vient de dévoiler plusieurs initiatives afin de promouvoir la cuisine de qualité via un logo sur les cartes des restaurants.

Selon le Ministère, un «dispositif sera mis en place dans le projet de loi pour la consommation pour valoriser les plats «faits maison», c’est-à-dire cuisinés entièrement sur place à partir de produits bruts. Ces plats seront mieux mis en valeur par le biais d’un logo, sur les cartes, pour renforcer l’information des consommateurs».

Les restaurateurs pourront également valoriser les produits français et ceux qui proposent une cuisine intégralement «faite maison » dans leur établissement pourront solliciter le titre de maître restaurateur.

Ce label d’État de maître restaurateur sera défini dans la loi et attribué sur la base d’un cahier des charges modernisé et simplifié, «afin de le rendre plus accessible aux professionnels et plus lisible pour le consommateur».

Les consommateurs italiens nous montrent la voie...

Une mesure salutaire afin de repositionner la restauration française sur le chemin de la qualité. 

La France est un peu en retard dans ce domaine, contrairement à l'Italie, d'où la vague du slow-food a déferlé.

Il est facile en Italie de trouver de nombreux restaurants familiaux qui servent de très bons petits plats aux produits de qualité, ce que l’on a de plus en plus de mal à trouver en France.

En Sardaigne, par exemple, les restaurants indiquent souvent sur leurs cartes si la cuisine est faite maison ou non afin d'informer au mieux les consommateurs avisés: une région où l'on mange très bien comme en Corse d'ailleurs.

Le sous-vide s'est fortement développé en France

En France la cuisine sous-vide, grâce aux avancées techniques, s'est considérablement développée ces dernières années.

Elle est sans doute une réponse aux défis des restaurateurs comme l'augmentation des coûts de la main d’oeuvre et des loyers (à Paris) et la baisse du pouvoir d'achat des français ces 30 dernières années: le développement d’un label est positif mais n’entrainera de changement notable que si les restaurateurs y trouvent leurs comptes en terme de bénéfices.

Comment attirer les jeunes vers ces métiers et redonner du pouvoir d'achat aux français?

L'un des problèmes que rencontre le secteur de la restauration aujourd'hui est celui de la difficulté du recrutement: les jeunes aujourd'hui souhaitent faire carrière dans le public, ce secteur offrant plus d’avantages que le privé.

73 % des jeunes âgés de 15 à 30 ans rêvent de devenir fonctionnaires selon un sondage réalisé par IPsos en mars 2012 d'autant que l’emploi public a connu une croissance beaucoup plus forte que celle de l’emploi privé (15,1 % contre 9,4 %).

Qui en effet pourrait préférer travailler comme serveur 40 heures voire plus avec des contraintes horaires fortes pour toucher un salaire inférieur à un agent de la fonction publique aux 35 heures?

Il faut donc attirer à nouveau les jeunes vers ces métiers en les revalorisant en terme de salaires, d'horaires, de perspectives de carrières...Un vrai choix de société au final.

Mais il faut aussi faire revenir les français au restaurant en mettant en place un cercle vertueux: redonner de l'attraction aux métiers de la restauration, améliorer la qualité de la cuisine, mais aussi augmenter le pouvoir d'achat des français pour qu'ils dépensent plus en sorties (et au restaurant notamment).

La restauration populaire vit au final par la classe moyenne et si celle-ci se porte mal, c'est l'ensemble du secteur qui en souffre.

Pour cela il faut peut-être changer de paradigme et sortir de la logique du prix et du toujours moins: moins de salaires, de qualité, d'emplois, d'usines, de croissance...mais là encore il s'agit d'une question de société.

Veut-on manger moins cher ou veut-on bien manger? Veut-on égoistement payer moins cher les produits des autres et voir par ricochet son propre salaire baisser également? A un moment il faut choisir!

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ NOS JOURNALISTES : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

La presse a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur de la presse comme jamais, les lecteurs doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des journaux indépendants présentant des informations de qualité. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de presse indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal au journalisme qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres magazines, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce au soutien financier des lecteurs, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et donner encore plus la parole aux lecteurs. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir un journalisme de qualité ouvert et indépendant et ceci pour de longues années. Chaque contribution des lecteurs, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 8 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

Aller en haut

S'inscrire à notre Newsletter: