Partagez cet article :

Le CDG Express qui doit relier la gare de l’Est à la gare à grande vitesse de l’aéroport de Roissy a été retardé de 2 ans…

Le CDG Express devait normalement ouvrir en janvier 2014 pour les Jeux Olympiques de Paris comme la France s’y était engagée. Mais l’agence de presse Bloomberg a dévoilé que le projet a été reporté début 2026.

Selon Bloomberg, le gouvernement français a admis « que sa fin de construction prévue en 2023  aurait causé trop de problèmes aux voyageurs qui se rendent à leur travail via le RER B (900000 usagers par jour).

Valérie Pécresse, présidente d'Ile-de-France Mobilités et de la région Ile-de-France, a estimé dans un communiqué que ce choix était « raisonnable ».

« Notre priorité des transports quotidiens n’est pas un slogan. Cela signifie de prendre des décisions qui sont parfois difficiles » a indiqué Elisabeth Borne citée par Bloomberg.

Ile-de-France Mobilités et SNCF Mobilités « travailleront à proposer ensemble un service JO Express permettant d'organiser notamment sur le RER B aux mois d'août et septembre 2024 la desserte optimale des sites olympiques franciliens ».

La ligne CDG Express longue de 32 km vise à offrir une alternative au RER B pour les voyageurs, alors que de nombreux de retards ont été constatés sur cette ligne saturée.

Selon Bloomberg, 56% des trajets vers l’aéroport sont réalisés en voiture, une situation gênante alors que le gouvernement promeut les énergies vertes.

Le coût initial du CDG Express est estimé à 1,8 milliard d'euros: le trajet durera 2 minutes et coutera 24 euros.

Selon la Business Journal Railway Gazette, le projet CDG Express est « très controversé, spécifiquement le long des voies des RER B et E où les élus locaux estiment qu’une telle ligne pourrait réduire la capacité disponible pour les trajets de banlieue ».

Le groupe Aéroports de Paris, la Délégation interministérielle aux jeux Olympiques et Paralympiques (Dijop) et la société de projet CDG Express étaient en faveur d'une ouverture en 2024, tandis que les régions Ile-de-France et Hauts-de-France, Île-de-France Mobilités, la ville de Paris, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne prônaient une ouverture fin 2025.

L'ouverture de la ligne pour 2024, aurait engendré une fermeture totale du RER B durant trois semaines à l’été 2023, des coupures de voies le jour et des arrêts du service dès 23 heures pour les chantiers de nuit. Des perturbations qui ne semblaient pas trop Gênantes pourtant. Le nouveau calendrier, devrait signifier davantage de coupures le week-end mais pas de longue interruption.

Le report devrait entrainer un surcoût de quelques dizaines de millions d'euros à 100 millions tout de même!

En attendant les voyageurs arrivant à Roissy devront se contenter des RER B, abonnés aux retards et interruptions de service en tous genres. Un niveau de prestation qui n'est vraiment pas à la hauteur du premier pays touristique au monde...

Le tarif du CDG Express de 24 euros semble par ailleurs assez élevé.

Pourquoi ne pas avoir mis fortement à niveau le RER B avec plus de trains directs entre Roissy et le centre de Paris avec des rames adaptées aux voyageurs internationaux? Car le vrai problème pour les employés qui se rendent à leur travail et les voyageurs, reste avant tout le très mauvais niveau de service de la ligne RER B.

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
  

NEWSLETTER

Cet article, ce site vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...

 

Aller en haut