Vous aimez notre site? : FAITES UN DON OU ABONNEZ-VOUS

Les low-costs Easyjet et Vueling souffrent de la hausse des cours du pétrole

easyjet

Easyjet et Vueling ont publié des résultats en baisse pour ce début d'année du fait principalement de la hausse des cours du pétrole. Pourtant ces deux compagnies aériennes sont traditionnellement parmi les plus rentables d'Europe... ce qui augure mal du futur de l'industrie si la hausse des cours du pétrole se poursuit.

Malgré un chiffre d'affaires en hausse de 8% au cours du premier semestre 2011, Easyjet n'a pas réussi à améliorer ses résultats, plombés par la hausse des cours du pétrole et des taxes.

Sa perte avant impôts s'élève à 153 millions de livres contre 79 millions de livres l'an passé.

L'augmentation du carburant représente à elle seule à 43 millions de livres contre 21 millions de livres pour la taxation accrue des passagers (augmentation des charges et taxes au départ pour les passagers).

Pour Vueling, le constat est le même: la compagnie a annoncé une perte nette de 23 millions d'euros au premier trimestre 2011, une perte qui selon la compagnie est due principalement à la hausse des cours du pétrole.

Le coût du carburant  a progressé de 41% au cours du premier trimestre 2011.

Alors que ces compagnies aériennes ont été parmi les plus rentables l'année passée, cela augure mal de l'avenir pour la plupart des compagnies.

Heureusement les cours du pétrole semblent se stabiliser.

Il est étonnant de constater qu'après la crise financière de ces dernières années et les milliards injectés par des fonds publics, la spéculation financière continue à impacter fortement l'économie réelle tant au niveau des cours du pétrole que du prix des matières premières ou des produits alimentaires (voir les récents rapports de l'UNESCO) au risque d'aggraver encore une fois la situation économique du monde.

Selon un rapport du Sénat (voir https://www.senat.fr/rap/r05-105/r05-1056.html), «la volatilité des prix dans les contrats de « futures » à long terme a augmenté considérablement depuis quelques années. En outre, le volume des contrats de « futures » à 6 ans a connu une hausse de 330% entre 1997 et 2005 contre seulement 150% pour les contrats à court terme. Le développement des contrats de « futures » et de la volatilité des prix a amené certains analystes à conclure que la capacité des spéculateurs à influencer les prix a crû. Certains ont même avancé l'hypothèse d'une bulle spéculative sur les prix du pétrole». 

Plus di'nformations: www.easyjet.com, www.vueling.com


SONDAGE
Pour réduire le déficit public de l'Etat faut-il :
Newsletter
S'inscrire à la newsletter