Vous aimez notre site? : FAITES UN DON OU ABONNEZ-VOUS

Les pilotes et la direction de KLM critiquent la grève d'Air France

La direction et les pilotes de KLM désapprouvent la grève des pilotes chez Air France…

a330 klm

La direction de KLM a critiqué la semaine passée la grève despotes chez Air France. Selon la compagnie néerlandaise, la grève des pilotes va causer «des problèmes majeurs » aux clients et «endommage la réputation du groupe dans son ensemble».

De son côté le syndicat de pilotes VNV de KlM a également critiqué ce mouvement social : «le VNV désapprouve la grève car toutes les voies menant à une solution n'ont pas été explorées».

Le syndicat indique que cette grève provoque chez ses membres «inquiétudes et exaspération».

Il faut dire que la grève tombe mal alors que l'Euro 2016 est un événement majeur pour l'image de la France dans le monde.

Un nouveau PDG, Jean-Marc Janaillac doit prendre la tête du groupe le 31 juillet en remplacement d'Alexandre de Juniac qui n'a pas démérité même si la restructuration de la compagnie a conduit à d'important mouvements sociaux.

Jean-Marc Janaillac aura notamment pour mission d'apaiser les relations sociales au sein du groupe.

Il va devoir gérer des revendications du SNPL, le syndicat majoritaire cher les pilotes, qui hormis un rattrapage de rémunération demande un rééquilibrage des activités entre Air France et KLM.

Le SNPL estime ainsi que la production doit être rééquilibrée entre Air France et KLM selon les règles annoncées lors de la fusion.

«Malgré cet engagement, la Direction a décidé de développer KLM aux dépens d’Air France. Concernant les pilotes, cette délocalisation a coûté plus de 600 emplois, soit 15 % de notre effectif. Plus largement, la vingtaine d’avions qui manque chez Air France correspond à environ 6000 emplois au total ! Sans parler des emplois induits sur les plates-formes aéroportuaires et des revenus supplémentaires pour l’État et les collectivités locales» a déclaré le SNPL dans un communiqué.

Ces dernières années, plusieurs conflits sociaux dont une grève de 15 jours en 2014 qui a coûté environ 500 millions d'euros à la compagnie.

Alors que la conjoncture est relativement favorable aux compagnies aériennes du fait de la baisse des prix du pétrole, ces conflits pèsent sur la rentabilité et sur l'image d'Air France.

Il reste que cette grève est révélatrice du mal français comme celle de la SNCF : les directions et les syndicats ayant du mal à discuter pour trouver des solutions.

Newsletter

S'inscrire à la newsletter de Business Traveler France

SONDAGE

Pour réduire le déficit public de l'Etat faut-il :