Partagez cet article :
lousiane-oak-alley-1.jpg

 

Cela fait maintenant 206 ans que la Louisiane n'est plus française. Pourtant tout rappelle les souvenirs de la France et ce mélange unique entre cultures européennes et africaines sur les bords du  Mississippi.



J'ai rêvé d'une Amérique française, d'un petit coin de paradis sous les tropiques d'un nouveau Paris où les aventureux colons avaient fait fortune en Amérique. Ce monde, je ne l'ai pas rêvé, il a existé ici en Louisiane. 

La Louisiane (qui tient son nom en honneur à Louis XIV) est restée peu de temps française: de sa découverte en 1692 par Robert Cavalier de la Salle à sa cession à l'Espagne en 1763. La Louisiane est ensuite  redevenue  brièvement française puis Américaine en 1803 grâce à Napoléon qui souhaitait s'opposer aux ambitions des anglais en Amérique en la donnant aux américains.

Les colons français et les créoles ont porté l'image de la France dans le nouveau monde. Une France créole et métissée, raffinée et entreprenante.

Les planteurs créoles de Louisiane jouissaient d'un style de vie sans comparaison dans le monde à l'époque. Au XIXème siècle avant la guerre de sécession, la Louisiane et sa principale ville, la Nouvelle-Orléans était alors le territoire le plus riche d'Amérique grâce à l'or blanc: le sucre de canne.  Les planteurs venaient en hiver faire la fête à la Nouvelle Orléans et quittaient la ville au printemps ou en été pour rejoindre les plantations, mais également pour fuir les maladies.

 

La Nouvelle-Orléans : une ville métissée

lousiane-nouvelle_orleans-preservation-hall.jpgLa ville de la Nouvelle-Orléans est située en effet sous le niveau de la mer : ce qui rend son atmosphère très humide et particulièrement propice aux maladies en été avec ses nombreux moustiques. On ne compte plus le nombre d'épidémies de fièvre jaune qui ont frappé la ville dans son histoire. C'est pourquoi encore aujourd'hui la mort fait partie intégrante de la vie de la Nouvelle-Orléans avec ses stupéfiants cimetières, ses cultes vaudous et la joie de vivre de ses habitants, qui s'opposent à ce funeste destin via le carnaval.

Ne manquez pas de venir célébrer avec ses habitants le carnaval le plus excentrique des Etats-Unis. Mais rassurez-vous :  même si vous venez en dehors de cette période, Bourbon Street offre une ambiance carnavalesque 365 jours sur 365 avec ses bars à karaoké, ses serveuses délurées et ses piétons aux vêtements excentriques. C'est l'occasion de boire un verre avec ses habitants ou d'aller écouter de fameux musiciens dans ses clubs de jazz.

La référence en la matière est certainement le "Preservation Hall" où viennent se produire en toute simplicité les plus grands musiciens de la ville.  J'y ai assisté à un concert épique, mélange de morceaux d'anthologie, de jeux de mots entre musiciens dont la moyenne d'âge frôle les 70 ans mais qui n'ont pas perdu leur verve. Louis Amstrong est né ici à la Nouvelle-Orléans, fruit de ce mélange créole entre cultures européennes et africaines.

mississippi-intro-1.jpg


Si vous souhaitez mieux connaître cette fameuse culture créole et échapper à la ville, une visite dans les plantations s'impose.

Oak Alley (en photo en introduction) est sans doute la plantation la plus célèbre de Louisiane et l'une des plus belles. Son allée de chêne pluri-centenaires est connue depuis fort longtemps : les voyageurs qui empruntaient les fameux bateaux à aube pour se rendre du Nord du pays à la Nouvelle-Orléans, sur la "River Road",  ne manquaient jamais d'accourir lorsque le bateau voguait à proximité de l'allée comme le note l'écrivain Mark Twain dans son roman "Life on The Mississippi".

Les plantations les plus riches comme Oak Alley disposaient toute d'un bout de terrain en bordure du Mississippi car sinon, elles devaient payer un droit d'embarquement (landright), fort cher, pour leurs marchandises.

Oak Alley a été bâtie par un  français Jacques Telesphore Roman. C'est lui qui a eu l'idée de construire cette propriété à cet endroit, car il était tombé amoureux de cette  allée de 28 chênes plantée par un colon, que l'on dit  français ou espagnol.

louisiane-oak-alley-salle-a-manger.jpgLa visite de cette ancienne plantation de canne à sucre  permet de découvrir le style de  vie luxueuse  d'un planteur de l'époque avec ses verres en cristal, ses lits à baldaquins, ses 28 colonnes doriques...et ses 28 chênes. Jacques Roman est malheureusement mort très jeune à 48 ans et sa femme a fait faillite. La demeure a été vendue pour 2800$  à l'époque. Comme quoi tout rêve a une fin...

louisiane-laura-plantation-2.jpgA proximité est située une autre plantation au style totalement différent, avec son architecture créole : la plantation Laura. Elle montre la différence de culture entre les planteurs créoles et anglo-saxons.

Contrairement à ces derniers qui donnaient une grande importance à la notion de race, les planteurs créoles se sont regroupés autour d'une valeur commune : la famille. Les membres de la plantation, y compris les esclaves faisaient partie de cette famille élargie. Une manière de penser totalement opposée au monde anglo-saxon. louisiane-laura-plantation.jpg

La guerre de sécession signa la fin du monde créole en Lousiane: "l'industrie du sucre déclinait et Emile (le frère de Laura) fut obligé de prendre une hypothèque sur la plantation" raconte Laura, la dernière héritière de la famille dans ses célèbres mémoires.

En remontant le Mississippi vers le Nord, une autre plantation est cachée sous la arbres au milieu d'un grand jardin :  la plantation Houmas, une plantation romantique à souhait et un lieu idéal pour admirer le Mississippi du balcon de la plantation au premier étage. Sur la route, vous  pourrez vous arrêter à proximité de la plantation, au restaurant "The Cabin". Il est installé dans d'anciennes cases d'esclaves. C'est l'occasion de déguster de délicieuses spécialités Cajun comme des plats à base de poissons, notamment de Tilapia ou le plat "Spécial" (que nous vous recommandons) composé  de Gombo et de Jambalaya.

Il est temps d'aller flâner sur les bords du fleuve Mississippi et  de méditer sur la fin de ce monde créole qui marque la victoire du nouveau monde marqué par l'esprit d'entreprise et son dynamisme, face au vieux monde et ses traditions familiales. La fin d'un rêve pour les planteurs et d'un cauchemar pour les esclaves.

La guerre de sécession aura ravagée les Etats-Unis, mais permis au pays de connaitre un essor et une emprise sur le monde sans précédent.   Comme le résume Mark Twain : "Faites de l'argent et le monde entier s'accordera pour vous appeler Monsieur".

 

 

INFORMATIONS PRATIQUES LOUSIANE :

 

 

Office du tourisme de la Lousiane :01 44 77 88 05 – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - nouvelle-orleans.fr www.crt.state.la.us.

 

Y Aller :

De nombreuses  compagnies aériennes proposent des vols depuis Paris vers la Nouvelle Orléans  via Newark,  Houston (Continental Airlines), Philadelphie us aiways, ou Atlanta (American Airlines, Air France, Delta Air Lines) . Une bonne alterntaive peut être de prendre un vol vers Houston et de louer une voiture poru aller jsuq'uà la Nouvelle Orléans. Voir notre Test du vol Continental Airlines Paris-Houston.

Hôtels :

Les hôtels sont assez chers à la Nouvelle Orléans et il est nécessaire de réserver à l'avance la vile étant très touristique. N'espérez pas trouver un hôtel dans le vieux carré en période de carnaval sans avoir réservé plusieurs mois à l'avance.

Nous avons testé l'hôtel Maison Dupuy d'un bon rapport qualité-prix, voir notre article Test-de-l-hotel-de-luxe-maison-dupuy-a-la-nouvelle-orleans-etats-unis.

 

Lieux à visiter :

Plantation Oak Alley : 3645 Highway 18, Vacherie. Visites de la plantation de 9H00 à 17H00 ( de novembre à mars) et de 9H00 à 17H30 ( de mars à octobre). Tarif: 10$ . Site web : OAKALLEYPLANTATION.COM.

Plantation Laura : 2247 Highway 18, Vacherie. Visites de la plantation de 10H00 à 17H00 ( de novembre à mars) et de 9H00 à 17H30 ( de mars à octobre). Tarif: 11$. Site web : LAURAPLANTATION.COM.

Houmas House Plantation : 40136 Highway 942, Darrow. Visites de la plantation de 10H00 à 17H00 ( de novembre à mars) et de 9H00 à 17H30 ( de mars à octobre). Tarif: 10$. Site web : HOUMASHOUSE.COM.

The Cabin Restaurant : Brunside. Lundi de 11H00 à 15H00, mardi à jeudi de 11H00 à 21H00, vendredi à samedi de 11H00 à 22H00 et dimanche de 11H00 à 18H00. Site Internet : www.thecabinrestaurant.com.

Preservation Hall : 726 St Peter Street, La Nouvelle Orléans. Ouvert de 20H à24H00. Tarif : 5$. Site Internet : www.preservationhall.com.

 

 

 

 

  

DISCUTEZ DE CET ARTICLE, AJOUTEZ UNE INFORMATION: CLIQUEZ SUR CE LIEN

NEWSLETTER

Cet article, ce site vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...


REPORTAGES AMERIQUES

NEWSLETTER

Cet article, ce site vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...

SONDAGE

Avez-vous déjà acheté un billet en classe économique premium ?
Aller en haut