Bonne Année 2019 de la part de Business Traveler France, le magazine des globe-trotteurs du Business

Partagez cet article :

De plus en plus d’entreprises mondiales choisissent Cascais, toute proche de Lisbonne, pour organiser leurs séminaires. Quant aux touristes, ils viennent simplement s’offrir un weekend paradisiaque comme Ian Fleming le créateur de James Bond...

cascais-plage-intro

« Cascais, c’est le Beverly Hills du Portugal », jure le taxi qui me récupère de l’aéroport de Lisbonne pour m’emmener dans cette petite ville de pêche située à 20 minutes de la capitale.

cascais-ange« De nombreuses personnalités du gouvernement, des joueurs de foot ou célébrités vivent ici car le « lifestyle » (sic) est unique dans le pays. On dit que même Ronaldo y a une maison », enchérit le chauffeur.

Les fenêtres grandes ouvertes, mes yeux caressent un bord de mer gracieux, paré de quelques falaises.

L’odeur de l’océan et des pins envahit la voiture… les plages défilent… j’arrive enfin dans cette ancienne résidence d’été de la famille royale.

Le James Bond de « Casino Royal » né ici

cascais-femmeÊtre à Cascais, c’est d’abord découvrir une ville glamour dominée par une citadelle médiévale. Quand on s’enfonce dans ses petites rues piétonnes traditionnelles, lumineuses et colorées, on découvre un centre historique riche en architecture religieuse, militaire et civile, de petites maisons aux couleurs roses, bleues… des esplanades aux pavés blancs et noirs, jonchées de terrasses de cafés.

Estoril : nid d'espion pendant la Seconde Guerre Mondiale
Ian Fleming travaillait pour la Naval Intelligence anglaise pendant la seconde guerre mondiale et c'est un voyage à Estoril en 1941 qui lui a inspiré l'histoire du premier volet des aventures de James Bond : Casino Royale. Le Portugal était un pays neutre sous la dictature d'Antonio Salazar et attirait les espions du monde entier qui s'y échangeaient des informations. Les nazis et leurs alliés avaient établi leurs quartier général à l'hôtel Do Parque et à The Atlantico tandis que les anglais et les américains avaient leurs habitudes au Palacio. En 1941, Ian Fleming et l'agent double yougoslave Dusan Popov fréquentaient le Spies Bar de l'hôtel Palacio qui existe toujours et jouaient au Casino d'Estoril, cadre du premier roman de James Bond (et qui appartient aujourd'hui à Stanley Ho, propriétaire de nombreux casinos à Macao). La légende dit que Dusan Popov aurait joué la totalité de ses frais de mission soit environ 400000 dollars à une table de Baccarat ce qui aurait impressionné l'assistance…
Dusan Popov était soupçonné d'être un agent double voire triple : il travaillait à l'origine pour les nazis puis pour les anglais. Il aurait ainsi informé les anglais trois à quatre mois avant l'attaque japonaise de Pearl Harbor, information non prise en compte par Edgar Hoover du fait de la moralité de Popov qui était surnommé Tricycle car il apparaissait souvent en public accompagné de trois filles (d'où les James Bond girls?) et pour d'autres raisons…Ian Fleming n'a cependant écrit son roman Casino Royale, inspirés de ces faits, qu'après guerre en 1952 en Jamaïque. Les amis de Ian Fleming disaient qu'il valait mieux qu'un romancier d'espionnage. Mais lui adorait se prélasser au soleil des Caraïbes ou...d'Estoril. Les derniers mots de l'écrivain lorsqu'il a été pris en charge par une ambulance lors son ultime crise cardiaque à 56 ans ont été les suivants : «Je suis désolé de vous déranger.Je ne sais pas comment vous avez fait pour venir si vite en depit des bouchons…» Un flegme tout britannique que n'aurait pas renié James Bond. Alain Coffre.

Contrairement à d’autres villes balnéaires, le flot de touristes n’est pas monstrueux et on peut vraiment apprécier la vie locale au contact des habitants. Le weekend, les Lisbonnais viennent se faire plaisir dans les nombreux petits restaurants approvisionnés chaque jour par le marché des pêcheurs…

A goûter absolument : la réputée langouste et sole de Cascais, les cent recettes de morues…

A quelques kilomètres sur la côte, à Guincho, se trouve d’ailleurs l’un des restaurants de poissons les plus réputés du monde, et favori de Bill Clinton quand il est de passage : le Porto Santa Maria.

On y déguste notamment un poisson recouvert d’une croute de sel au rendu ultra-juteux (mais étonnement peu salé), un « must-taste ». La ville voisine d’Estoril, à 5 minutes de là, abrite pour sa part le plus grand Casino d’Europe.

Pour la petite histoire, c'est ici, dans le très chic hôtel Palacio Estoril datant des années 30, qu’est né le James Bond de « Casino Royal ».

En 1941, Ian Fleming y séjourne et rencontre un espion qui se fait appeler Popov… A cette époque, on est en pleine Seconde guerre mondiale et le Portugal est neutre. De nombreuses familles royales d’Europe trouvent donc exil dans la région.

L’atmosphère y est douce, l’espionnage et la diplomatie secrète y sont maîtres… un cadre forcément inspirant pour Fleming.

Une partie du film On Her Majesty's Secret Service sera justement tournée dans ce palace 5 étoiles, dont raffolait aussi Charles Trenet… (« Je quitte toujours l’Estoril le coeur serré »).

Luxe, sport et nature : l’endroit où faire le plein d'aventure

cascais-plageEn parcourant la baie de Cascais, on découvre des plages variées (les hôtels de luxes de la côte, discrets, offrent une vue royale, voir notre test de l’hôtel Oitavos).

Certaines, entourées de maisons ou palais et avec leurs promenades côtières, rappellent un peu la Côte d’Azur. D’autres, très amples, agitées, bordées de falaises, sont de véritables paradis pour les surfeurs, bodyboarders et windsurfers (des épreuves de championnat du monde ont souvent lieu ici).

Car les sports nautiques sont l’un des points forts de la région. Les fans de voile et de navigation de plaisance (régate…) se retrouvent ainsi dans la pittoresque Marina de Cascais, où de nombreuses écoles proposent des cours. Rien n’est plus simple que d’y louer des bateaux, faire du ski nautique...

voile-cascaisEt avec des eaux claires et limpides riches en poissons et fruits de mer, c’est un peu le 7ème ciel pour les amateurs de pêche.

Formule 1 / moto : louer le circuit d’Estoril rien que pour soi

Vu les conditions naturelles exceptionnelles - l’océan, les montagnes environnantes, le climat tempéré presque toute l’année - les sports d’aventure ne sont pas en reste. Montagnisme, promenades en tout terrain, VTT, course d’orientation, parapente… Et surtout : sport à moteur !

Business : un cadre idyllique pour souder les équipes
Les infrastructures comme le palais des congrès d’Estoril ou les hôtels de luxe, comprenant tous des salles de convention bien équipées, constituent un paradis pour les entreprises. L’office du tourisme l’a bien compris et les circuits de « team building » sont très au point. Les challenges à ne pas manquer ? Apprendre les manœuvres pour faire naviguer un voilier « Grand surprise », avant une course contre d’autres équipes... Le Vendée Globe comme si vous y étiez ! Ou bien, courses d’obstacles en buggy dans le parc de Sintra, entre un challenges tirs-à-l’arc et escalade dans les arbres ; dégustation et mise en bouteille de vin portugais… le choix est vaste et il y en a pour tous les goûts. Pour en savoir plus, consultez le Convention Bureau : http://www.estorilmeetings.com/

Preuve de cette passion du coin, l’autodrome d’Estoril reçoit plusieurs compétitions d’automobilisme et de motocyclisme, comme le championnat de Moto GP.

Hors compétition, les fous du volants peuvent louer l’autodrome pour faire des tours de circuit et se lâcher sur la pédale. Mais le tarif est élévé… 7.000 euros pour deux heures ! (staff et voitures compris).

La liste à la Prévert ne s’arrête pas là. Avec un Hippodrome et 3 centres Hippiques, l’équitation en manège, dans les chemins forestiers ou en bord de plage a aussi de quoi faire rêver.

Pour les joueurs de tennis ? Une vingtaine de courts ! Le golf représente quant à lui une des plus grandes attractions de la région avec des parcours comprenant tous les degrés de difficulté.

Sintra : le plus beau parc naturel du Portugal

cascais-immeublesDemandez aux habitants ce qu’ils apprécient le plus, beaucoup évoqueront avec fierté le parc naturel Sintra-Cascais et ses 3 palais, classé au patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO.

« La magie et l’exubérance de la végétation… C’est incroyable d’être à 20 minutes d’une grande ville comme Lisbonne et à 30 minutes d’un parc naturel abritant des arbres majestueux et gigantesques, des loups, des cerfs, des daims, des aigles… », s’émerveille encore et toujours Gabriela, Lisbonnaise venue s’installer, définitivement et sans regrets, à Cascais...

Article réalisé en collaboration avec l'ambassade du Portugal et les Offices du tourisme de Cascais/Estoril.

Infos Pratiques :

- hôtel à Cascais : The Oitavos, www.theoitavos.com

- hôtel à Estoril : The Palacio : www.palacioestorilhotel.com

A ne pas manquer : jouer à la roulette au casino comme James Bond, aller surfer sur la plage de Praia du Guincho à 9 km au nord-ouest de Cascais, l'une des plus belles de la côte portugaise, aller à la pointe occidentale du continent européen à Cabo Da Roca, dîner au Porto Santa Maria comme Bill Clinton, louer un voilier au club naval de Cascais, faire la fête au Bar Do Guincho avec les surfeurs...

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
  

DISCUTEZ DE CET ARTICLE, AJOUTEZ UNE INFORMATION: CLIQUEZ SUR CE LIEN

NEWSLETTER

Cet article, ce site vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...


REPORTAGES EUROPE

NEWSLETTER

Cet article, ce site vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...

SONDAGE

Avez-vous déjà acheté un billet en classe économique premium ?
Aller en haut
Vols en promo, cliquez ci-dessous: