Partagez cet article :

Près d’un quart des aéroports de l’UE desservis par Ryanair « sont susceptibles de faire des pertes », indique un nouveau rapport...

Le promoteur européen du transport durable, Transport and Environment (T&E), affirme qu'un nouveau rapport montre que près d’un quart des aéroports de l’UE desservis par Ryanair « sont susceptibles de générer des pertes ».

Le groupe a déclaré que le rapport  conclut que « 52 des 214 aéroports du transporteur à faible coût reçoivent des subventions (35) ou comptent moins de 500 000 passagers par an (17), ce qui est une estimation prudente du seuil de rentabilité ».

Le rapport indique que « près de la moitié des aéroports en difficulté de Ryanair se trouvent en France (16) et en Italie (7) », citant les chiffres du trafic annuel à l’aéroport de Chalons Vatry de « seulement 108 000 passagers en 2017 », contre des subventions publiques de 3 millions d’euros, soit un peu moins de 30 euros par passager.

T&E a appelé la Commission européenne à mettre fin aux aides d’État aux aéroports déficitaires dans son prochain examen, « comme elle l’a fait pour les mines de charbon au début de la décennie ».

Le groupe a déclaré que « l’aide au secteur de l’aviation est en partie responsable de sa croissance rapide des émissions, passant de 1,5 % des émissions en 1990 à 3,4 % des émissions en 2017 du total des émissions de gaz à effet de serre de l’UE-28 ».

T&E a mis en évidence les lignes directrices révisées en matière d’aides d’État pour les aéroports et les compagnies aériennes introduites par la Commission européenne en 2014, dont l’un des objectifs était de « fournir aux États membres un délai de dix ans pour réduire progressivement les aides d’État opérationnelles (soutien des coûts de fonctionnement au jour le jour), la forme d’aide d’État la plus source de distorsion, en faveur de la perte d’aéroports ».

T&E a également déclaré que « la Commission devrait exiger des États membres qu’ils élaborent des plans de fermeture pour les aéroports qui sont, cinq ans après la fin de la période de dix ans, clairement incapables d’assurer leur rentabilité dans les délais prévus par ces lignes directrices ».

Toutefois, le Conseil des aéroports Internationaux d'Europe (ACI EUrope ),  une association professionnelle qui défend les intérêts collectifs des aéroports européens, a déclaré que le rapport T&E « repose sur une interprétation erronée des lignes directrices actuelles de l’UE sur les aides d’État au secteur de l’aviation et sur un mépris total de la valeur sociétale de la connectivité aérienne ».

ACI Europe a déclaré que l’analyse était « fragmentaire et non étayée », ajoutant que « l’élaboration de politiques judicieuses ne devrait pas être fondée sur un instantané ni sur des présomptions quant à ce qui se passe dans un marché hautement concurrentiel ».

« Contrairement à l’image que dépeint T&E, l’objectif recherché par les directives de 2014 sur les aides d’État n’était certainement pas d’éliminer les aides au fonctionnement des aéroports déficitaires – ni de les forcer à fermer », a déclaré ACI Europe.

« En fait, les directives avaient pour objectif de préserver « de bonnes relations entre les régions et la mobilité des citoyens européens, tout en minimisant les distorsions de concurrence » dans le secteur de l’aviation. « Dans ce cadre, les lignes directrices reconnaissent expressément la nécessité d’autoriser, dans des conditions et des limites strictes, des aides au fonctionnement aux petits aéroports régionaux en raison des problèmes structurels de rentabilité auxquels ils sont confrontés.

« En effet, ces aéroports sont handicapés à la fois par des coûts plus élevés par passager (en raison de leur manque d’économies d’échelle) et par une baisse des recettes aéronautiques et commerciales par passager (en raison de la saisonnalité de leur trafic, zones de chalandise moins densément peuplées et clientèle moins aisée).

« Aujourd’hui, 71 % des petits aéroports régionaux (qui accueillent moins d’un million de passagers par année) sont déficitaires. »

Commentant l’analyse, Andrew Murphy, gestionnaire de l’aviation à l’EE, a déclaré :
« Ce rapport brosse un tableau clair des fonds publics qui subventionnent les coûts d’exploitation de Ryanair et gonflent ses bénéfices exceptionnels et ses émissions record. Alors que les gouvernements peinent à maîtriser l’impact du secteur sur le climat, la première étape devrait consister à mettre fin aux subventions qui ne font qu’attiser les problèmes. Les élections européennes ont permis de dégager un consensus selon lequel il faut faire beaucoup plus pour réduire les émissions de l’aviation. Mettre fin aux aides d’État est un début, mais nous devons aussi mettre fin à l’exonération fiscale de l’aviation et encourager l’adoption de carburants aviation sans émission. »

Le rapport complet de T&E peut être téléchargé ici, tandis que la réponse d’ACI Europe peut être lue dans ici.

Business Traveller a contacté Ryanair pour avoir sa réponse au rapport et publiera toute réponse ici.

hwww.transportenvironment.org, www.aci-europe.org

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ NOS JOURNALISTES : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

La presse a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur de la presse comme jamais, les lecteurs doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des journaux indépendants présentant des informations de qualité. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de presse indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal au journalisme qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres magazines, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce au soutien financier des lecteurs, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et donner encore plus la parole aux lecteurs. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir un journalisme de qualité ouvert et indépendant et ceci pour de longues années. Chaque contribution des lecteurs, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 8 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

Aller en haut

S'inscrire à notre Newsletter: