Vous aimez notre site? : FAITES UN DON OU ABONNEZ-VOUS

SAS teste les vols écologiques et les éco-atterrissages

sas_avion_vol.jpgLa compagnie aérienne scandinave est l’une des premières au monde à tester les vols à changement d’altitude constante. Par ailleurs, SAS Scandinavian Airlines a réalisé son premier éco-atterrissage en décembre dernier.

Une nouvelle façon de voler pourrait révolutionner le monde du transport aérien. A la fin du mois de mars dernier, SAS Scandinavian Airlines la compagnie aérienne scandinave a réalisé les premiers tests de vols à changement d’altitude constante en Islande. Cette technique permet aux avions de monter ou descendre constamment en altitude lors d’un vol. En fonction du poids de l’avion, le système calcule l’altitude optimum. Cela permet par ailleurs de mieux profiter des vents lors de la traversée des océans. Cette technologie n’était pas possible jusqu’à présent car ces zones ne sont pas couvertes par les radars.  « Aujourd’hui une distance de 10 minutes est nécessaire entre les avions du fait de l’absence de radars, mais avec ce système nous allons réduire les distances enrter deux avions dans le futur » précise la compagnie.

Cependant les tests réalisés en Islande ont été effectués dans une zone couverte par les radars pour des « raisons de sécurité ». Durant le vol, le système transmet continuellement des informations sur l’altitude et la position de l’avion ce qui permet aux contrôleurs aériens d’envoyer aux pilotes directives afin d’ajuster l’altitude de vol.  Si ce projet baptisé Cristal ITP s’avère concluant, cela pourrait permettre de réduire significativement la consommation de kérosène des avions.

Toujours dans le même soucis de protection del’environnement (mais aussi d’économies de coûts), SAS Scandinavian Airlines a effectué son premier éco-atterrissage sur une vol transatlantique. Lors d’un vol New York Stockholm, les moteurs ont tourné au ralenti de l’altitude de croisière jusqu’à la dernière étape de l’approche ce qui permet d’économiser environ 1250 kilos de consommation de kérosène et 470 kilos de CO2. La compagnie va continuer à tester ce type d’atterrisssage sur ses vols en provenance de Chicago et New York. SAS estime qu’elle pourrait économiser 492 tonnes de kérosène et 15550 tonnes de CO2 par an si cette mesure était mise en place sur tous ses vols. Encore une fois, les pays scandinaves sont en avance sur le reste du monde... 

Plus d'informations sur le site  de SAS Scandinavian Airlines.

Newsletter

S'inscrire à la newsletter de Business Traveler France

SONDAGE

Etes-vous pour ou contre la limite de validité du permis de conduire proposée par l'UE à partir de 15 ans?