Partagez cet article :

Le nouveau pacte pour la réforme du secteur ferroviaire a été voté cette semaine…

A partir du 1er janvier 2020, la SNCF va être transformé en société anonyme et des entreprises concurrentes vont pouvoir se positionner sur le marché français.

Par ailleurs les nouveaux employés ne pourront plus être embauchés sous le statut de cheminot.

Une petite révolution dans le milieu ferroviaire. Les changements seront cependant progressifs.

LA SNCF améliore ses offres

Cela devrait sans doute inciter la SNCF à améliorer ses services, ce qu’elle a déjà fait ces derniers mois en proposant notamment de nouvelles offres pour les voyageurs d’affaires et en mettant en service de nouvelles rames TGV plus modernes, le WiFi ainsi qu’une nouvelle offre de restauration.

En terme de services ou de prix, la libéralisation ne signifiera pas sans doute une aussi grande révolution que dans l’aérien alors que les coûts des infrastructures sont très importantes sur le marché des péages. Ainsi le coût prohibitif des péages que doit payer la SNCF sur certaines ligne à grande vitesse comme le paris-bordeaux, n’incitera sans doute pas tant de société à venir tenter l’expérience.

La concurrence va débuter sur les lignes régionales

C’est au niveau des régionaux que la concurrence va avoir sans doute le plus d’impact alors que plusieurs régions (Hauts-de-France, PACA, Grand-Est) ont indiqué vouloir mettre en concurrence leurs lignes au plus tôt. Cela conduira peut-être à des baisses de tarifs.

Il reste que la concurrence n’est pas une terre promise.

Au Royaume-Uni, de nombreux couacs ont été enregistrés alors les prix sur certaines lignes ont flambé et que le taux de ponctualité s’est détérioré.

Un sondage commandé par Trainline et réalisé par Opinion Way indique que 68% des français sont favorables à l’ouverture du marché ferroviaire français. Les attentes des français sont importantes. Ils espèrent de meilleurs prix (58%), un horaire idéal (55%) et des trajets plus rapides (55%).

Ils pensent néanmoins qu’il sera plus difficile de savoir quel transporteur circule sur quelle ligne (38%).

Les français via ce sondage ont cependant reconfirmé leur amour pour le train alors qu’ils estiment à 84% que le train est un moyen efficace pour dynamiser les territoires et qu’il favorise l’activité économique des territoires.

Concrètement dans le cadre du nouveau pacte ferrovaire la concurrence sera autorisée pour les TER via des appels d'offres à partir de décembre 2019.

Pour le réseau TGV, des concurrents pourront opérer des lignes à partir de décembre 2020.

L'Etat va reprendre une grande partie de la dette

Il est à noter que suite au vote de cette loi, l'Etat va reprendre une partie des 46,6 milliards d'euros de dettes de la SNCF soit 25 milliards en 2020 et 15 milliards en 2022.

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
  

NEWSLETTER

Cet article, ce site vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...

Aller en haut