Partagez cet article :
los_angeles1.jpg
Difficile de savoir où donner de la tête dans une ville sans centre défini. Nous nous sommes envolés vers Los Angeles pour y découvrir, au cœur de ses quartiers dynamiques, ses indénombrables lieux culturels.
 
 

Entre haine et amour, Los Angeles n’est pas sans susciter les plus vives réactions chez ses visiteurs. Mais, pour ceux qui ne l’apprécient pas, la même raison revient souvent : sa géographie. C’est une ville qui n’a pas de centre, ce qui en déconcerte plus d’un ; rien n’est au même endroit et, avec un système de transport public que même les Angelins ne comprennent pas, le temps passé en voiture ou dans les embouteillages devient vite interminable.

Il y a du vrai là-dedans. Si vous allez à LA pour affaires, essayer de consacrer un jour à sa visite, tout en sachant que vous ne pourrez en parcourir qu’une partie : LA ne se fait pas en un jour. Comme il est souvent rappelé, la ville s’est développée en même temps que l’industrie automobile sous la pression de laquelle elle a, en 1940, supprimé son tramway afin de faire place aux routes. Ce n’est pas la première fois qu’une ville ou un pays commet cette erreur mais LA l’a fait à grande échelle. Et, connaissant les antécédents écologiques du gouverneur Schwarzenegger, on a peu de chance de voir prochainement la mise en place de lignes de tramway.

C’est donc vous qui vous adapterez à Los Angeles et pas le contraire. Compte tenu de cela, comment tirer le meilleur parti de votre temps libre dans la ville ? En vous concentrant par exemple sur ce qui la rend si spéciale. Suggestions…

LOISIRS

los_angeles_warner.jpgPour commencer par le plus évident, on sait que Los Angeles est sans égale dans l’industrie du divertissement. Nombreux sont les prétendants au trône, mais si vos connaissances en matière de films et de télévision sont plutôt maigres, vous pouvez consacrer plusieurs jours à la visite d’endroits célèbres : maisons de stars, lieux de vie et de mort, sans oublier bien sûr Hollywood pour ses studios et son fameux panneau.

Pour un prix de 45 dollars (environ 30 euros), le circuit Warner Brothers VIP (2h15), que vous pouvez réserver en ligne, s’avère être l’une des meilleures options. Sinon, vous pouvez aussi opter pour le circuit Deluxe qui, d’une durée de 5h, vous coûtera 150 dollars (95 euros). Après une brève vidéo introductive, votre guide vous conduira au studio à bord d’une voiture électrique. Vous serez sans doute impressionné par le lot d’informations, de chiffres et d’anecdotes que les guides vous raconteront à propos des innombrables films et séries tournés en ces lieux cultes.

 Il est également fascinant d’apprendre la facilité avec lesquelles des toiles de fond déjà anciennes s’adaptent aux films les plus récents. Chacun d’eux, de Minority Report (avec Tom Cruise) à la saga Harry Potter en passant par The Dukes of Hazzard, a utilisé pour ses « fausses » rues ce matériel qui, déjà vieux de plusieurs décennies, est à chaque fois réapparu sous un nouvel « habillage ». Les « habilleurs » se doivent de changer jusqu’aux feuilles des (vrais) arbres afin de restituer en détail l’ambiance d’une rue censée être, par exemple, à Washington ou à New York. Dans un tout autre registre, vous pourrez admirer le hall de l’hôpital de la fameuse série télévisée « Urgences » aux côtés de fausses ambulances et d’un morceau du « L », train surélevé de Chicago.

Pour un voyageur d’affaires de passage en ville, habitué à errer d’un air absent entre deux réunions, il s’agit d’une expérience familièrement déroutante – mais pas réaliste. Tapez du bout des doigts sur un vieux mur de briques et il sonnera creux ; pourtant vos yeux continueront d’y croire.

D’autres circuits sont disponibles, comme ceux du Paramount ou de l’Universal Studio ; ce dernier, transformé en fête forraine, vous conviendra tout-à-fait si vous êtes accompagné de jeunes enfants (ou de collègues immatures).

Il existe une autre idée de divertissement, de nature à la fois sportive et musicale, dans le LA LIVE, nouveau quartier culturel proche du centre-ville : le Staples Centre. C’est une salle multi-sport d’une capacité de 20 000 places ; on peut y voir jouer les équipes locales de basket et de hockey sur glace : les Lakers et les Kings de Los Angeles.

Déjà utilisé pour des concerts de rock de grande ampleur, le Staples Centre a récemment été rejoint par le premier de plusieurs nouveaux projets : le Nokia Theatre (7 100 places) et l’auditorium construit à cet effet. Si vous en avez le temps et si l’un de ces endroits propose des matchs ou des concerts lors de votre passage à LA, cela vaut la peine d’essayer de réserver une place.

losangeles-nokia_theatre.jpg Le Nokia Theatre et son auditorium sont modernes, bien conçus et tournés avant tout vers le confort du spectateur : les points de vente proposant nourriture et boisson ne manquent pas ainsi que les toilettes. Les  sièges confortables ne sont pas placés à plus de 67 mètres de la scène et la présence des écrans LED de cinq mètres sur neuf vous donnera l’impression de pouvoir toucher les artistes.

La zone, initialement prévue pour n’accueillir que le Los Angeles Convention Centre, a vu récemment naître un projet visant à revigorer l’éléphant blanc : 54 étages, 1 001 salles de convention, la propriété en construction combinera deux grands noms de l’hôtelerie : un JW Marriott et un Ritz-Carlton, ainsi que 224 appartements grand luxe (chacun ayant coûté de 1 à 4 millions de dollars). Sans oublier le Conga Room, boîte de nuit d’une capacité de 2 300 personnes, le cinéma de 14 salles et les studios de diffusion de la chaîne de sport ESPN (pour plus d’information, visitez nokiatheatrelalive.com ).
 
 
 

RESTAURATION

De nombreuses villes américaines bénéficient d’une cuisine exceptionnelle, héritage d’une histoire d’immigration, mais rares sont celles qui peuvent rivaliser avec les possibilités qu’offrent les restaurants angelins. Si les Angelins vous semblent un peu superficiels au premier abord, leur cuisine vous fera sans doute changer d’avis ; dès lors vous les trouverez tout simplement… passionnés.

los_angeles_farmer_market.jpgSi vous êtes un fin gourmet, passez donc au Los Angeles Farmers Market à l’heure du déjeuner ; vous y trouverez sûrement votre bonheur. Dans une ville où la marche n’est pratiquée que par les touristes perdus, les sportifs compulsifs et ceux qui ont oublié où est garé leur voiture, le marché (ouvert du lundi au vendredi jusqu’à 21h, le samedi jusqu’à 20h et le dimanche jusqu’à 19h) offre la possibilité de suvoler des dizaines d’étals de produits alimentaires sans craindre la rupture de stock. Le marché existe depuis 1934, une date presque préhistorique à l’échelle de la ville, et offre un vaste choix de denrées aux noms évocateurs : Le Gumbo Pot, China Depot, La Korea, Phil’s Deli & Grill, Tusquellas Fish & Oyster Bar…

losangeles-farmers_market.jpg Tous les aliments sont garantis pour leur fraîcheur et les quelques tables disposées sous le toit ouvrant sont prêtes à vous accueillir ; si vous déjeunez là, vous pourrez commander l’entrée à un étal, le plat à un autre et une délicieuse pâtisserie à un troisième, tout en buvant une bière devant le Championnat de France de football en direct du Royaume Uni (environ la seule bonne chose à tirer du décalage horaire).

Pour un shopping plus conventionnel, vous pouvez vous rendre au centre commercial extérieur adjacent, le Grove, qui propose des magasins comme Borders, Kiehl’s, Nike ou encore Abercrombie & Fitch.

ARCHITECTURE

Bien que désordonnée et tentaculaire, la ville a aussi de quoi satisfaire les passionnés d’architecture, avec ses chefs-d’œuvre modernes comme le Walt Disney Concert Hall, conçu par Frank Gehry (dont la maison peut être admirée dans le 22ème arrondissement de Washington) ou encore ses maisons beaucoup plus anciennes réalisées par Frank Lloyd Wright (la Millard House et la Storer House), sans oublier la Schindler House de 1922.

Vous pourrez visiter ce chef-d’œuvre du style international ; peut-être l’anecdote concernant son créateur, l’architecte viennois Schindler (1887-1953), vous amusera-t-elle. En effet ce dernier, persuadé que la Californie bénéficiait d’un climat toujours chaud, conçu sa nouvelle maison (qui devait accueillir sa famille et son épouse ainsi que son collègue et ami Richard Chace) avec une majorité de pièces extérieures. C’était sans compter le climat tempéré de la Californie : les Chace se virent obligés de partir pour la Floride tandis que l’architecte Richard Neutra et sa femme emménageaient chez les Schindler. A l’aide d’un peu d’adaptation, de perséverance et surtout avec la certitude qu’après l’hiver vient l’été, la maison fut leur résidence principale durant plus de 30 ans.

Désormais reconnue comme l’une des plus importantes résidences jamais conçues, la Schindler House a donné naissance à un véritable style de vie et d’architecture angelin et mérite bien une heure de votre temps. D’autant plus qu’elle est située idéalement, à l’ouest d’Hollywood.

(Pour plus de détails, consultez le site makcenter.org )

ART

Los Angeles propose un incroyable éventail de galeries d’art et de musées, dont plusieurs sont même de classe mondiale. Le premier d’entre eux, le Musée d’Art Contemporain, se répartit sur pas moins de trois sites qu’il ne faut pas rater (le MOCA Grand Avenue, le Pacific Design Centre et le Geffen Contemporary), chacun exposant un pan différent de la collection.

Vous avez aussi le Musée d’Art du Comté de Los Angeles (Los Angeles County Museum of Art, LACMA), dont le nouvel espace d’exposition (le Broad Contemporary Art Museum, BCAM) se situe dans un immeuble conçu par Renzo Piano. On y accède par un long escalier mécanique à ciel ouvert et on change d’étage à l’aide d’un immense ascenseur de verre.

 L’art exposé est résolument moderne, surtout au BCAM ; des artistes tels que Jeff Koons, Damien Hirst ou encore Chuck Close y sont représentés. Si vous recherchez un art plus traditionnel, vous trouverez au bout de la cour (récemment améliorée par l’éclairage original de quelques réverbères) les 150 000 œuvres de la très complète collection permanente du LACMA, allant de l’expressionnisme allemand à la sculpture européenne en passant par l’art islamique ou de l’ancien Proche-Orient. Les expositions temporaires valent elles aussi la peine d’être vues (actuellement « L’Art de l’Imagination : Art japonais de 1615 à 1868 », en exposition du 22 juin au 14 septembre 2008).

los_angeles3.jpgPour terminer, ne manquez pas le magnifique musée Getty, véritable joyau construit sur la colline surplombant la ville ; installé dans un bâtiment d’un blanc immaculé conçu par Richard Meier, ses jardins ont été imaginés par Robert Irwin. Bien que le musée soit admirablement agencé, du parking à l’organisation de l’exposition, réservez-lui le meilleur moment de la journée.

Depuis son inauguration en 1997, ce sont plus de 15 millions de visiteurs qui ont pu admirer la collection du Getty, proposant peintures, dessins, sculptures, arts décoratifs et photographie européenne et américaine. Les œuvres majeures ? « Les Iris » de Van Gogh et les travaux de Monet et Cézanne.

Les expositions temporaires sont fréquentes. Actuellement, Imagining Christ propose (jusqu’au 27 juillet) un ensemble de manuscrits, tirés de la collection permanente du Getty, montrant les différentes façons de voir le Christ par les fidèles du Moyen-Âge et de la Renaissance de l’an 1000 à 1500.

Apprécier Los Angeles tient sans doute de l’acquis et non de l’inné, surtout pour les Britanniques et leur amour de la côte Est américaine. Mais pour les voyageurs de passage qui ont l’esprit ouvert et un certain goût pour la réinvention, la liberté qu’offre la ville ne doit pas se voir limitée par la circulation et le manque de trottoirs.

L’AEROPORT INTERNATIONAL DE LOS ANGELES

Si l’intérêt de Los Angeles en tant que destination de loisir ou d’affaires est indéniable, les files d’attentes de sécurité à l’aéroport constituent l’un des points noirs de la ville. A certains moments de la journée, l’attente est tellement longue que les passagers sont priés de rester dans les avions entre l’atterrissage et le débarquement (un désagrément qui a eu lieu une centaine de fois dans les 12 derniers mois).

Ainsi, nous avons évoqué dans notre dernier numéro l’exemple du vol inaugural Air France Londres-Los Angeles, pour lequel l’attente a atteint les 47 minutes, avec interdiction d’utiliser portables ou Blackberries et donc impossibilité d’informer les personnes extérieures de la situation.

L’aéroport, bien conscient de ce problème, demande à ses clients d’être compréhensifs : le Terminal International Tom Bradley, qui gère les vols internationaux, a été ouvert en 1984 à l’occasion des Jeux Olympiques et n’a pas été rénové depuis. En charge de 10 des 61 millions de passagers annuels (2006) gérés par l’ensemble de l’aéroport, ce terminal est utilisé par plus de 30 compagnies aériennes.

Bien que les choses semblent s’améliorer progressivement, avec notamment la rénovation des douanes du hall d’arrivée, la capacité de l’aéroport à agir comme une plaque tournante pour les vols nationaux et internationaux semble compromise à court et même à moyen terme.

En effet l’emplacement des différents terminaux, couplé avec l’obligation des voyageurs de récupérer leurs bagages puis de les ré-enregistrer pour le vol interne, laissent entrevoir de trop importants temps de connexion (au moins 3h).

Actuellement, de nombreux vols quotidiens sont assurés entre Paris et Los Angeles avec   American Airlines, Air Canada, British Airways, Continental Airlines, Delta Air Lines,  Lufthansa,  United Airlines,  Air France...
 
los_angeles_coucher-de-soleil.jpeg

CONTACTS

Découvrez Los Angeles : discoverlosangeles.com

Le Broad Contemporary Art Museum (BCAM), 5905 Wilshire Blvd : broadartfoundation.org

Le Marché des fermiers à la troisième et Fairfax :
6333 West 3rd Street
Tel : +1 323 933 9211

Warner Bros VIP Tour :
3400 Riverside Drive, Burbank
Tel : +1 818 972 8687

The Grove :
189 The Grove Drive
Tel : +1 888 315 8883, +1 323 900 8080 (du lundi au jeudi de 10h à 21h, Du vendredi au samedi de 10h à 22h, le dimanche de 11h à 20h)

Walt Disney Concert Hall :
111 South Grand Avenue
Tel : +1 323 850 2000

Musée d'Art Contemporain :
250 South Grand Avenue
Tel : +1 213 621 1741 (lundi et vendredi : de 11h à 17h, jeudi : de 11h à 20h, samedi et dimanche : de 11h à 18h, fermé les mardi et mercredi)

Centre Getty :
1200 Getty Centre Drive
Tel : +1 310 440 7300 (mardi, jeudi et dimanche : de 10h à 18h, vendredi et samedi : de 10h à 21h, fermé le lundi)

Beverly Centre :
8500 Beverly Boulevard
Tel : +1 310 854 0071 - (du lundi au vendredi de 10h à 21h, samedi de 10h à 20h, le dimanche de 11h à 18h)

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
  

NEWSLETTER

Cet article, ce site vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...


REPORTAGES AMERIQUES

NEWSLETTER

Cet article, ce site vous a plu? Recevez chaque semaine les news de Business Traveler France : actualités, reportages, tests, ...

SONDAGE

Avez-vous déjà acheté un billet en classe économique premium ?
Aller en haut