Etes-vous pour ou contre l'interdiction des véhicules thermiques en 2035?

Vous aimez notre site? : FAITES UN DON.OU ABONNEZ-VOUS

Cookies

BusinessTravel.fr et ses partenaires utilisent des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur, réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services ou des publicités ciblées et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux.

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr ou Abonnez-vous!

Partagez cet article :

Les touristes étrangers hors UE bénéficiant d'une exemption de visa devront payer dès l’an prochain pour obtenir un accord ETIAS en ligne. Par ailleurs certains états européens votent des lois pour mieux contrôler leurs frontières pour se prémunir de vagues d'immigration massives...

L’UE devient de plus la copie des Etats-Unis ou plutôt le 51ème états américains tellement les dirigeants européens copient les lois américaines ou obéissent aux dictats économiques et financiers américains.

Alors que les américains ont mis en place l’ESTA depuis longtemps, l’UE va mettre les place l’ETIAS, l’européanisation Travel Information and Authorization System.

Comme pour l’ETSA les voyageurs de pays pouvant entrer dans la zone Schengen sans visa (comme les citoyens du Royaume-Uni, du Canada, des Etats-Unis, du Brésil, du Japon) devront demander une autorisation numérique. La procédure permettre d’enregistrer de valider et de suivre les visiteurs étrangers se rendant en Europe. ETIAS sera opérationnel normalement à partir de mai 2023 et coutera 7 euros. Il sera exigible pour tous les voyages jusqu’à 90 jours et devra être obtenu au moins 96 heures avant le départ d’un aéroport. Les personnes âgées de moins de 18 ans ou celles de plus de 70 ans n’auront pas à effectuer cette procédure.

Il est à noter que pour les voyageurs venant d’un pays exigeant un visa, les frais pour obtenir celui-ci ont fortement augmenté ces dernières années.

Certains pays d’UE pensent par ailleurs à renforcer considérablement les contrôles aux frontières dans les prochains alors qu’ils s’inquiètent d’une possible immigration massive de pays africains du fait d’une probable famine due à la guerre en Ukraine. La Finlande a averti qu’elle pourrait mettre en place des restrictions aux frontières en cas d’entrées de Mase et d’instrumentalisation de l’immigration. Une proposition de loi a été soumis en ce sens au parlement le 22 juin.

Selon un communiqué de presse issu du ministère de l’intérieur finlandais, le but de cette proposition est d’améliorer la gestion ds entrées avec pour but une entrée en force immédiat en cas de problèmes.

Les demandes d’asile sans fondements pourraient ainsi être traitées rapidement à la frontière.

  
Aller en haut

Vous aimez ce site?

Soutenez-nous via OKPAL OU

ABONNEZ-VOUS