La France a le pire déficit commercial de l'UE. Pensez-vous que l'export devrait être une priorité du gouvernement?

Vous aimez notre site? : FAITES UN DON.OU ABONNEZ-VOUS

Cookies

BusinessTravel.fr et ses partenaires utilisent des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur, réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services ou des publicités ciblées et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux.

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr ou Abonnez-vous!

Partagez cet article :

Le Chancellier anglais Philip Hammond a admis que sans accord avec l'Union Européenne le Brexit pourrait théoriquement conduire à la suspension des vols entre le Royaume-Uni et le Brexit…

L'annonce de Philip Hammond devant la Chambre des Communes a sonné comme un avertissement mercredi tout en insistant que le fait qu'il ne « pensait pas que quelqu'un de sérieux puisse croire que c'est là où cela nous mènera » tout en ajoutant qu'il « y avait un intérêt mutuel » à ce qu'un accord sur les voyages aériens soit trouvé.

Le marché intérieur européen pour l'aviation permet aux compagnies aériennes de l'Union de voler entre les les aéroports des pays membres et selon le site web de la Commisssion Européenne cela a contribué à une multiplication par 8 du nombre de routes au sein de l'Union Européenne depuis l'accord lancé en 2991.

Mais le Brexit va conduire le Royaume-Uni à quitter ce marché à partir du 29 mars 2019 si aucun accord n'est trouvé : les vols vers l'Europe pourraient théoriquement être suspendus.

Parallèlement les routes entre le Royaume-Uni et les Etats-Unis sont du ressort de l'accord Openskies Etats-Unis/Union Européenne et un scénario sans accord pourrait affecter les compagnies européennes opérant des vols transatlantiques au Royaume-Uni comme Norwegian.

Cependant Hammond a insisté que « l'intérêt mutuel signifie que même si les négociations sont suspendues, si'l n'y a pas d'accord, il y aura une forte incitations es deux côtés pour trouver un accord sur le trafic aérien».

Plus tôt cette année Easyjet a annoncé son projet de demander un certificat d'opérateur aérien autrichien avec une nouvelle compagnie basée à Vienne. Cela lui permettra de continuer à opérer des vols en Europe quand le Royaume-Uni quittera l'Union Européenne.

Les négociations s'enlisent actuellement entre le Royaume-Uni et l'Union Européenne. Theresa May a demandé une période de transition de deux ans pour le Brexit.

De son côté le Guardian a publié une lettre ouverte en demandant à Theresa May de reconnaitre que le Brexit ne pourrait pas être réalisé et que son coût serait trop élevé pour le peuple anglais.

Une solution pour les deux partis serait peut-être de refaire un référendum au Royaume-Uni en expliquant les enjeux économiques du Brexit et de revoir les politiques immigratoires de l'UE pour prendre en compte le vote des anglais pour le Brexit (et l'inquiétude de nombreux autres pays comme l'ont montrées les élections en France, en Autrche, en Allemagne...). L'UE devrait également revoir son projet en intensifiant l'esprit démocratique ainsi que l'union politique et sociale entre pays qui le désirent pour former un noyau dur comme le suggère le prix Nobel d'Economie français Thomas Piketty. Sinon d'autres Brexit sont susceptibles de se produire ce qui ne serait pas dans le sens de l'histoire...

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ-NOUS : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

Notre site a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur du tourisme comme jamais, les internautes doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des sites indépendants offrant des informations de qualité, ce qui est de plus en plus rare. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de tourisme indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal à l'information qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres sites, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce à votre soutien financier, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et publier des informations de qualité. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir une information en toute indépendance et ceci pour de longues années. Chaque contribution, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 10 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

 

 

Aller en haut