La France a le pire déficit commercial de l'UE. Pensez-vous que l'export devrait être une priorité du gouvernement?

Vous aimez notre site? : FAITES UN DON.OU ABONNEZ-VOUS

Cookies

BusinessTravel.fr et ses partenaires utilisent des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur, réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services ou des publicités ciblées et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux.

Vous aimez notre site? : SOUTENEZ BusinessTravel.fr ou Abonnez-vous!

Partagez cet article :
Les Commissaires d'Alitalia vont tenter pendant une quinzaine de jours de trouver un nouveau partenaire pour Alitalia...

alitalia nouvelle avion ciel 

« Pendant 15 jours, plus ou moins, nous sommes ouverts aux manifestations d'intérêt » a déclaré Luigi Gubitosi, le nouveau commissaire d'Alitalia nommé suite à la mise en place d'une procédure de faillite au sein d'Alitalia.

Le Commissaire a révoqué toute possibilité de nationalisation de la compagnie : «Il y a une option pour qu'Alitalia devienne une société publique? Non » a-t-il assuré. Deux autres commissaires ont été nommés: Enrico Laghi et Stefano Paleari.

La compagnie devrait recevoir une aide de l'Etat italien qui avoisine 600 millions d'euros, « ce qui devrait être suffisant», selon Luigi Gubitosi.

Les dirigeants de la compagnie italienne ont dénié vouloir revendre la société par parties ce qui scellerait le glas d'Alitalia.

Les difficultés ne sont pas terminées pour Alitalia alors que des rumeurs évoquent l'arrivée de Norwegian sur le marché italien qui pourrait s'allier avec Ryanair sur le moyen-courrier.

En effet, l'Italie est l'un des pays qui offre le moins de vols long-courrier par milliers d'habitants parmi les grands pays européens soit 9 vols par millier d'habitants contre 16 pour la France, 19 pour l'Allemagne et 35 pour le Royaume-Uni.

vols millier habitant europe 

Le problème du Hub: Rome ou Milan? et quel aéroport à Milan?

Alitalia n'a pas réussi à mettre en place une politique de hub logique avec des aéroports optimisés et puissants comme Air France en France, KLM aux Pays-Bas, BA au Royaume-Uni ou Lufthansa en Allemagne.

L'Italie souffre d'un soucis : le nord de l'Italie est bien plus riche économiquement mais la capitale politique est Rome contrairement à Paris qui est à la fois la capitale économique et politique.

Les difficultés d'Alitalia dues à une mauvaise gestion mais aussi à l'arrivée des low-costs

Les problèmes de la compagnie sont liés avant tout à sa mauvaise gestion (bien avant l'entrée au capital d'Etihad) mais l'ouverture du ciel italien a mis en avant et a accéléré la descente aux enfers d'Alitalia.

Car l'arrivée de low-costs sur le marché intérieur a fait chuter les parts de marché d'Alitalia.

Hors ces compagnies pour la plupart, anglaises ou irlandaises n'ont pas à subir les mêmes coûts dans leurs pays d'origine en terme de charges sociales et d'imposition.

Selon PricewaterHouseCoopers ( Etude Paying Taxes 2017), le niveau de taxes globales que doivent payer les sociétés (sur le travail, les profits) atteint 62% en Italie (62,8% en France) contre 30,9% au Royaume-Uni et 26% en Irlande. 

Au final en mettant en concurrence des entreprises aux charges sociales et d'imposition différentes, on créé une distorsion de concurrence en faveur des entreprises les moins taxées ce qui leur permet à long-terme d'accumuler des gains de capital plus importants et de racheter ou d'affaiblir leurs concurrents. Au final sur un marché unique il faut donc choisir un modèle cohérent pour les différents Etats le composant (reste à définir ce modèle, anglo-saxon ou social-démocrate). A ce niveau le problème n'est plus italien, mais européen.

La sous-capitalisation des sociétés européennes sur l'échiquier mondial est par ailleurs un problème inquiétant et récurrent. Ces dernières années, certains pays d'Europe sont devenus le lieu de shopping préféré des grandes multinationales ayant accumulées d'importantes réserves financières dans des pays à l'imposition moins forte (ou nulle via des montages dans les paradis fiscaux).

Ces problèmes mettent en exergue les limites actuelles de l'Union Européenne et d'une politique européenne insuffisamment axée sur le développement des fleurons économiques européens, de la R&D et la croissance économique (voir en France les rachats d'Alcatel, Alstom, Lafarge, Arcelor, Pechiney, Norbert Dentressangle, ClubMed, Legrand, SPIE, Smoby, Solocal (Pages Jaunes), Marionnaud, branche biscuit de Danone, TDF, Yoplait, Ducros, Rossignol, Kronenbourg, Amora-Maille...).

En ouvrant les marchés sans une vision politique, sans mettre en place de systèmes (relativemnet) harmonisés de droits sociaux et d'imposition (les Etats-Unis ont un impôt sur les sociétés fédéral), sans avoir une bourse d'envergure unifiée, l'Union Européenne a créé des distorsions de concurrence (voire une concurrence déloyale) ce qui peut conduire pour certains pays à un affaiblissement des économies et des entreprises, d'où la montée des populismes et des extrêmes dans toute l'Europe et la mise en difficulté de certaines grandes sociétés européennes.

Cela a des conséquences aujourd'hui sur l'élection présidentielle française, les parts de marché du pays ayant fortement chuté à l'export ces dernières années : de 2005 à 2010, la part de marché de la France dans les exportations mondiales a baissé de 19,4% (voir coface-amelioration-au-q1-2016-mais-recul-des-exportations). Le constat est le même dans l'industrie : en 1970, l'industrie française représentait environ 25% du PIB, elle atteint en 2009, 12% selon l'Académie des Technologies.

L'Union Européenne si elle veut jouer un rôle à l'échelle mondiale doit se réformer. Elle a besoin d'une autre vision économique et politique, plus intégrée, plus démocratique et plus conforme à l'histoire progressiste du continent, d'un vrai projet politique et de civilisation avec une langue commune au lieu de la tour de babel actuelle (pourquoi pas le latin simplifié ou l'esperanto pour ne froisser personne), sans quoi elle sera en danger...tout comme Alitalia.

Partager cet article sur Facebook, Twitter ou Linkedin en cliquant sur les icônes ci-dessous:

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOUS AIMEZ AIME CET ARTICLE ? SOUTENEZ-NOUS : CLIQUEZ ICI POUR FAIRE UN DON

DISCUTEZ DE CET ARTICLE : VOS AVIS SONT PRÉCIEUX : CLIQUEZ ICI POUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET CRÉER UN SUJET DANS LE FORUM

(En donnant votre avis vous apportez une valeur ajoutée à notre contenu. Nous tenons à signaler que les messages sont modérés et que les messages comprenant de fausses adresses email seront rejetés ainsi que ceux non respectueux.)

  

Notre site a besoin de ses lecteurs...

… Alors que l'épidémie de Coronavirus frappe le secteur du tourisme comme jamais, les internautes doivent prendre conscience que la liberté de l'information ne peut se faire sans eux. D'autant qu'il est de plus en plus crucial d'avoir des sites indépendants offrant des informations de qualité, ce qui est de plus en plus rare. Vous êtes des centaines de milliers à lire chaque mois BusinessTravel.fr et nous vous en remercions. Business Traveller l'un des rares groupes de tourisme indépendants dans le monde dont le capital est détenu par ses salariés. 

En ce moment la crise économique entraîne une baisse drastique des revenus publicitaires parallèlement à une hausse très forte de la fréquentation de notre site.

Nous avons besoin de vous pour continuer à vous proposer une information de qualité. Nous pensons que chacun d'entre nous mérite un accès égal à l'information qui est vital dans une démocratie. Contrairement à beaucoup d'autres sites, nous avons fait le choix pour le moment de proposer gratuitement nos contenus sans abonnement afin de continuer à offrir les informations de BusinessTravel.fr au plus grand nombre, peu importe où ils vivent ou ce qu'ils peuvent se permettre de payer.

Cela ne serait pas possible sans les contributions financières de ceux qui ont les moyens de payer, qui soutiennent maintenant notre travail dans 14 pays à travers le monde.

Grâce à votre soutien financier, nous pourrons faire plus d'enquêtes, d'interviews et publier des informations de qualité. Cela protège par ailleurs notre indépendance. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer vous offrir une information en toute indépendance et ceci pour de longues années. Chaque contribution, grande ou petite, est précieuse. Nous vous demandons de contribuer à le mesure de vos moyens 1 ou plusieurs fois par an.

SOUTENEZ BUSINESSTRAVEL.FR AVEC DES DONS A LA MESURE DE VOS MOYENS A PARTIR DE 10 EUROS EN CLIQUANT SUR CE LIEN : CELA NE PREND QU'UNE MINUTE.

D'avance, merci !

 

 

SONDAGE

La France a le pire déficit commercial de l'UE. Pensez-vous que l'export devrait être une priorité du gouvernement?

NEWSLETTER


S'inscrire à la newsletter de Business Traveler France

Derniers messages du Forum

Aller en haut